GermanKits
Bienvenue sur GermanKits !

Le deal à ne pas rater :
Licence Office 2019 Professional Plus 32/64 bits (1 PC)
15.90 €
Voir le deal
Le deal à ne pas rater :
Licence Office 2019 Professional Plus 32/64 bits (1 PC)
15.90 €
Voir le deal

17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein.

Aller en bas

17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein. Empty 17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein.

Message par Jacknap1948 le Ven 17 Fév 2012 - 9:19

17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein.

L'invasion de la Hollande, de la Belgique et de la France en mai-juin 1940 est le fruit d'un plan téméraire concocté par Hitler suite à sa rencontre inopinée avec un obscur général d'infanterie, Erich von Manstein, le 17 février 1940...

André Larané, avec l'aimable contribution de l'auteur Pierre Thomas.


Des reports à n'en plus finir.

Le 10 octobre 1939, alors que l'Allemagne nazie est depuis déjà six semaines officiellement en guerre contre l'Angleterre et la France, Adolf Hitler surprend ses généraux en leur proposant d'attaquer l'ennemi à travers la Belgique, comme en 1914, mais aussi à travers la Hollande et le Luxembourg.

Son projet est d'attirer les armées franco-anglaises en Belgique pour mieux les détruire, selon les grandes lignes du plan Schlieffen, appliqué avec un certain succès en août 1914. L'offensive est prévue pour le 12 novembre 1939 mais elle sera reportée... 14 fois, jusqu'au 10 mai 1940.

Dans un premier temps, les généraux allemands convainquent Hitler de reporter l'offensive du 12 novembre 1939 au 14 janvier 1940 en raison d'une météo défavorable ! Le Führer obtempère non sans maugréer sur la mollesse de son état-major. Le plan Schlieffen est toujours à l'ordre du jour.

Les ordres sont transmis par la route de Berlin au quartier général de l'armée de l'Air, la Luftwaffe, en Rhénanie. Mais les officiers en charge de cette mission perdent quelques journées en libations et soirées enchanteresses. Quand ils se rendent compte de leur retard, il montent dans un petit avion civil pour rattraper le temps perdu. Pris dans une purée de pois, l'appareil est dans l'obligation de faire un atterrissage forcé à Mechelen-sur-Meuse, en Belgique.

Les officiers sont arrêtés par les douaniers belges, lesquels s'emparent de leurs précieux documents. Le plan d'invasion du 14 janvier ayant été ainsi éventé, le projet d'attaque est reporté sine die.


Des libations aux graves conséquences.

C'est alors que survient un événement improbable... Le 17 février 1940, au cours d'un dîner, Hitler est abordé sans avertissement par un général d'infanterie récemment promu à ce grade, Erich von Manstein (53 ans).

Manstein lui soumet son plan à brûle-pourpoint, par-dessus la voie hiérarchique. Il fait valoir le risque d'une attaque frontale en Belgique et l'absence d'effet de surprise depuis la mise en oeuvre du plan Schlieffen en août 1914. Il propose de piéger l'ennemi en simulant la réédition de l'offensive d'août 1914 par une attaque sur la Belgique puis de lancer des divisions blindées dans les Ardennes, mal défendues, et de profiter de l'effet de surprise pour prendre les armées alliées à revers sur la Somme.

C'est finalement ce plan que va retenir le Führer pour son offensive du 10 mai 1940 avec une première attaque de parachutistes sur Liège, au coeur de la Belgique.

Le généralissime français Gamelin, un incompétent notoire, tombe dans le panneau en envoyant le gros de ses troupes au secours des Belges. Pendant ce temps, les divisions blindées du général Guderian et de Rommel franchissent en trombe les Ardennes et, comme prévu, prennent dans la nasse les armées franco-anglaises.

La première phase du plan Manstein, le «Fall Gelb» («Plan Jaune»), entraîne l'enfermement des troupes alliées dans la nasse de Dunkerque, par un mouvement tournant de la Wehrmacht. Après quoi, le 5 juin, celle-ci applique le «Fall Rot» («Plan Rouge»), autrement dit l'invasion de la France...



Une semaine d'Histoire du 13 Février 2012 au 19 Février 2012 avec Herodote.net

_________________
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).




17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein. Signat13
Décor "simpliste" sur lequel nous avions rejoué, à une dizaine de joueurs, la Bataille d'Eylau en 1807.
Jacknap1948
Jacknap1948
Administrateur
Administrateur

Messages : 14602
Date d'inscription : 28/03/2011
Age : 71
Localisation : 93 + 83 + 22
Humeur : Généralement bonne.

Revenir en haut Aller en bas

17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein. Empty L'Histoire

Message par PanzerII le Dim 19 Fév 2012 - 14:45

Merci pour l'info 17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein. 1277903254
PanzerII
PanzerII
Oberst
Oberst

Messages : 1839
Date d'inscription : 04/08/2011
Age : 46
Localisation : Belgium - Mons
Humeur : Joyeux et festif

Revenir en haut Aller en bas

17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein. Empty Re: 17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein.

Message par Jacknap1948 le Dim 19 Fév 2012 - 16:10

PanzerII a écrit:Merci pour l'info 17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein. 1277903254
Salut Mike.
Merci de ta visite.
Jacques.

_________________
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).




17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein. Signat13
Décor "simpliste" sur lequel nous avions rejoué, à une dizaine de joueurs, la Bataille d'Eylau en 1807.
Jacknap1948
Jacknap1948
Administrateur
Administrateur

Messages : 14602
Date d'inscription : 28/03/2011
Age : 71
Localisation : 93 + 83 + 22
Humeur : Généralement bonne.

Revenir en haut Aller en bas

17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein. Empty Re: 17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein.

Message par Jacknap1948 le Mar 17 Fév 2015 - 8:59

Jacknap1948 a écrit:17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein.  


L'invasion de la Hollande, de la Belgique et de la France en mai-juin 1940 est le fruit d'un plan téméraire concocté par Hitler suite à sa rencontre inopinée avec un obscur général d'infanterie, Erich von Manstein, le 17 février 1940...

André Larané, avec l'aimable contribution de l'auteur Pierre Thomas.


Des reports à n'en plus finir.  

Le 10 octobre 1939, alors que l'Allemagne nazie est depuis déjà six semaines officiellement en guerre contre l'Angleterre et la France, Adolf Hitler surprend ses généraux en leur proposant d'attaquer l'ennemi à travers la Belgique, comme en 1914, mais aussi à travers la Hollande et le Luxembourg.

Son projet est d'attirer les armées franco-anglaises en Belgique pour mieux les détruire, selon les grandes lignes du plan Schlieffen, appliqué avec un certain succès en août 1914. L'offensive est prévue pour le 12 novembre 1939 mais elle sera reportée... 14 fois, jusqu'au 10 mai 1940.

Dans un premier temps, les généraux allemands convainquent Hitler de reporter l'offensive du 12 novembre 1939 au 14 janvier 1940 en raison d'une météo défavorable ! Le Führer obtempère non sans maugréer sur la mollesse de son état-major. Le plan Schlieffen est toujours à l'ordre du jour.

Les ordres sont transmis par la route de Berlin au quartier général de l'armée de l'Air, la Luftwaffe, en Rhénanie. Mais les officiers en charge de cette mission perdent quelques journées en libations et soirées enchanteresses. Quand ils se rendent compte de leur retard, il montent dans un petit avion civil pour rattraper le temps perdu. Pris dans une purée de pois, l'appareil est dans l'obligation de faire un atterrissage forcé à Mechelen-sur-Meuse, en Belgique.

Les officiers sont arrêtés par les douaniers belges, lesquels s'emparent de leurs précieux documents. Le plan d'invasion du 14 janvier ayant été ainsi éventé, le projet d'attaque est reporté sine die.


Des libations aux graves conséquences.  

C'est alors que survient un événement improbable... Le 17 février 1940, au cours d'un dîner, Hitler est abordé sans avertissement par un général d'infanterie récemment promu à ce grade, Erich von Manstein (53 ans).

Manstein lui soumet son plan à brûle-pourpoint, par-dessus la voie hiérarchique. Il fait valoir le risque d'une attaque frontale en Belgique et l'absence d'effet de surprise depuis la mise en oeuvre du plan Schlieffen en août 1914. Il propose de piéger l'ennemi en simulant la réédition de l'offensive d'août 1914 par une attaque sur la Belgique puis de lancer des divisions blindées dans les Ardennes, mal défendues, et de profiter de l'effet de surprise pour prendre les armées alliées à revers sur la Somme.

C'est finalement ce plan que va retenir le Führer pour son offensive du 10 mai 1940 avec une première attaque de parachutistes sur Liège, au coeur de la Belgique.

Le généralissime français Gamelin, un incompétent notoire, tombe dans le panneau en envoyant le gros de ses troupes au secours des Belges. Pendant ce temps, les divisions blindées du général Guderian et de Rommel franchissent en trombe les Ardennes et, comme prévu, prennent dans la nasse les armées franco-anglaises.

La première phase du plan Manstein, le «Fall Gelb» («Plan Jaune»), entraîne l'enfermement des troupes alliées dans la nasse de Dunkerque, par un mouvement tournant de la Wehrmacht. Après quoi, le 5 juin, celle-ci applique le «Fall Rot» («Plan Rouge»), autrement dit l'invasion de la France...


Une semaine d'Histoire du 13 Février 2012 au 19 Février 2012 avec Herodote.net
Salut à tous.
Pour ne pas ouvrir un nouveau sujet un rappel.
Bonne fin de journée et à plus tard.
Jacques.


Source : Une semaine d'Histoire du 16 Février 2015 au 22 Février 2015 avec Herodote.net

_________________
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).




17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein. Signat13
Décor "simpliste" sur lequel nous avions rejoué, à une dizaine de joueurs, la Bataille d'Eylau en 1807.
Jacknap1948
Jacknap1948
Administrateur
Administrateur

Messages : 14602
Date d'inscription : 28/03/2011
Age : 71
Localisation : 93 + 83 + 22
Humeur : Généralement bonne.

Revenir en haut Aller en bas

17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein. Empty Re: 17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein.

Message par Nobru le Mar 17 Fév 2015 - 9:54

Intéressant comme toujours! Merci Jacques!
Nobru
Nobru
Oberst
Oberst

Messages : 1889
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 38
Localisation : Saint Michel
Humeur : Le plus souvent de bonne humeur: Optimiste!

http://www.brunofontaine-photography.com/dioramaquettes35/

Revenir en haut Aller en bas

17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein. Empty Re: 17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein.

Message par Jacknap1948 le Mar 17 Fév 2015 - 11:33

Nobru a écrit:Intéressant comme toujours! Merci Jacques!
Salut Bruno.
C'est mon seul but.
Merci de ta visite.

17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein. Je_sui10

À plus tard.
Jacques.

_________________
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).




17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein. Signat13
Décor "simpliste" sur lequel nous avions rejoué, à une dizaine de joueurs, la Bataille d'Eylau en 1807.
Jacknap1948
Jacknap1948
Administrateur
Administrateur

Messages : 14602
Date d'inscription : 28/03/2011
Age : 71
Localisation : 93 + 83 + 22
Humeur : Généralement bonne.

Revenir en haut Aller en bas

17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein. Empty Re: 17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein.

Message par Panzerelite3945 le Mar 17 Fév 2015 - 15:21

Intéressant mais avec certaines approximations (les libations de pilotes allemands, les plans ont été dévoilés suite à une erreur de pilotage, certes, mais quand même et sur un avion militaire type Bf-110 si je ne m'abuse) et affirmations péremptoires (traiter le général GAMELIN d'incompétent notoire est facile a posteriori, à l'époque le plan Dyle-Breda a été conçu et approuvé par des plus hauts gradés que ce général), sinon bon rappel. Wink
Panzerelite3945
Panzerelite3945
General
General

Messages : 3290
Date d'inscription : 14/12/2011
Age : 48
Localisation : Ain
Humeur : Mi-figue mi-raisin

Revenir en haut Aller en bas

17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein. Empty Re: 17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein.

Message par Jacknap1948 le Mar 17 Fév 2015 - 15:42

Panzerelite3945 a écrit:Intéressant mais avec certaines approximations (les libations de pilotes allemands, les plans ont été dévoilés suite à une erreur de pilotage, certes, mais quand même et sur un avion militaire type Bf-110 si je ne m'abuse) et affirmations péremptoires (traiter le général GAMELIN d'incompétent notoire est facile a posteriori, à l'époque le plan Dyle-Breda a été conçu et approuvé par des plus hauts gradés que ce général), sinon bon rappel.
Salut Cédric.
Merci de ta visite.

17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein. Je_sui10

À plus tard.
Jacques.


_________________
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).




17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein. Signat13
Décor "simpliste" sur lequel nous avions rejoué, à une dizaine de joueurs, la Bataille d'Eylau en 1807.
Jacknap1948
Jacknap1948
Administrateur
Administrateur

Messages : 14602
Date d'inscription : 28/03/2011
Age : 71
Localisation : 93 + 83 + 22
Humeur : Généralement bonne.

Revenir en haut Aller en bas

17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein. Empty Re: 17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein.

Message par paszim le Ven 20 Fév 2015 - 19:46

Merci Jacques pour le partage de cet article.

_________________
17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein. Jqe1k32i The panther see you and go catch you !!!
paszim
paszim
Modérateur
Modérateur

Messages : 8254
Date d'inscription : 31/08/2011
Age : 58
Localisation : Châtellerault - 86 -

Revenir en haut Aller en bas

17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein. Empty Re: 17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein.

Message par Jacknap1948 le Dim 17 Fév 2019 - 13:47

17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein.  

L'invasion de la Hollande, de la Belgique et de la France en mai-juin 1940 est le fruit d'un plan téméraire concocté par Hitler suite à sa rencontre inopinée avec un obscur général d'infanterie, Erich von Manstein, le 17 février 1940...

André Larané, avec l'aimable contribution de l'auteur Pierre Thomas.


Des reports à n'en plus finir.  

Le 10 octobre 1939, alors que l'Allemagne nazie est depuis déjà six semaines officiellement en guerre contre l'Angleterre et la France, Adolf Hitler surprend ses généraux en leur proposant d'attaquer l'ennemi à travers la Belgique, comme en 1914, mais aussi à travers la Hollande et le Luxembourg.

Son projet est d'attirer les armées franco-anglaises en Belgique pour mieux les détruire, selon les grandes lignes du plan Schlieffen, appliqué avec un certain succès en août 1914. L'offensive est prévue pour le 12 novembre 1939 mais elle sera reportée... 14 fois, jusqu'au 10 mai 1940.

Dans un premier temps, les généraux allemands convainquent Hitler de reporter l'offensive du 12 novembre 1939 au 14 janvier 1940 en raison d'une météo défavorable ! Le Führer obtempère non sans maugréer sur la mollesse de son état-major. Le plan Schlieffen est toujours à l'ordre du jour.

Les ordres sont transmis par la route de Berlin au quartier général de l'armée de l'Air, la Luftwaffe, en Rhénanie. Mais les officiers en charge de cette mission perdent quelques journées en libations et soirées enchanteresses. Quand ils se rendent compte de leur retard, il montent dans un petit avion civil pour rattraper le temps perdu. Pris dans une purée de pois, l'appareil est dans l'obligation de faire un atterrissage forcé à Mechelen-sur-Meuse, en Belgique.

Les officiers sont arrêtés par les douaniers belges, lesquels s'emparent de leurs précieux documents. Le plan d'invasion du 14 janvier ayant été ainsi éventé, le projet d'attaque est reporté sine die.


Des libations aux graves conséquences.  

C'est alors que survient un événement improbable... Le 17 février 1940, au cours d'un dîner, Hitler est abordé sans avertissement par un général d'infanterie récemment promu à ce grade, Erich von Manstein (53 ans).

Manstein lui soumet son plan à brûle-pourpoint, par-dessus la voie hiérarchique. Il fait valoir le risque d'une attaque frontale en Belgique et l'absence d'effet de surprise depuis la mise en oeuvre du plan Schlieffen en août 1914. Il propose de piéger l'ennemi en simulant la réédition de l'offensive d'août 1914 par une attaque sur la Belgique puis de lancer des divisions blindées dans les Ardennes, mal défendues, et de profiter de l'effet de surprise pour prendre les armées alliées à revers sur la Somme.

C'est finalement ce plan que va retenir le Führer pour son offensive du 10 mai 1940 avec une première attaque de parachutistes sur Liège, au coeur de la Belgique.

Le généralissime français Gamelin, un incompétent notoire, tombe dans le panneau en envoyant le gros de ses troupes au secours des Belges. Pendant ce temps, les divisions blindées du général Guderian et de Rommel franchissent en trombe les Ardennes et, comme prévu, prennent dans la nasse les armées franco-anglaises.

La première phase du plan Manstein, le «Fall Gelb» («Plan Jaune»), entraîne l'enfermement des troupes alliées dans la nasse de Dunkerque, par un mouvement tournant de la Wehrmacht. Après quoi, le 5 juin, celle-ci applique le «Fall Rot» («Plan Rouge»), autrement dit l'invasion de la France...



Une semaine d'Histoire du 11 Février 2019 au 17 Février 2019 avec Herodote.net

_________________
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).




17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein. Signat13
Décor "simpliste" sur lequel nous avions rejoué, à une dizaine de joueurs, la Bataille d'Eylau en 1807.
Jacknap1948
Jacknap1948
Administrateur
Administrateur

Messages : 14602
Date d'inscription : 28/03/2011
Age : 71
Localisation : 93 + 83 + 22
Humeur : Généralement bonne.

Revenir en haut Aller en bas

17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein. Empty Re: 17 février 1940 : Un cocktail pour le plan Manstein.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum