GermanKits
Bienvenue sur GermanKits !


212 ° série de blagues.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

212 ° série de blagues.

Message par Jacknap1948 le Dim 1 Nov 2015 - 8:51

Salut à Tous.
Voici donc une nouvelle petite série de blagues.


C'est un pauvre bougre qui fait la manche dans la rue.
Une vielle bourgeoise passe près de lui et notre homme l'interpelle :
- A votre bon cœur madame, voilà trois jours que je n'ai rien mangé !
- Mais enfin monsieur, c'est pas bien ça, forcez-vous bon sang !!! lui répond la dame... !


Une femme avait résolu de quitter le domicile conjugal.
Elle fait sa valise, la charge dans un taxi auquel elle donne l'adresse de ses parents.
Puis, prise de remords, elle dit de faire demi-tour au chauffeur.
- Je reviens, annonce-t-elle à la bonne. Apportez-moi une bouteille de champagne pour fêter notre réconciliation.
- Ça va être beaucoup pour monsieur, dit la domestique. Il en a déjà bu deux pour fêter votre départ


Au régime
Une femme en avait marre de toujours tout faire à la maison.
Alors elle et son mari se sont mis d’accord pour que chacun fasse le repas du soir à tour de rôle.
Le jour suivant c’est au tour du mari.
Quand la femme rentre, elle voit son mari tout nu avec un verre d’eau à la main :
- Ce soir au menu, c’est amour et eau fraîche, lui dit-il.
Le lendemain c’est au tour de la femme.
À peine rentré le mari lui crie :
- Qu’est-ce qu’il y a au menu ce soir, chérie ?
La femme vient toute nue vers lui, les cheveux ébouriffés, et lui répond :
- Les restes d’hier soir chéri...


Au moment où elle se réveille, une femme dit à son mari :
- Chéri, je viens de faire un rêve incroyable. Je rêvais que tu m'offrais un collier de perles pour la Saint Valentin. A mon avis, qu'est-ce que cela peut vouloir dire ?
- Tu le sauras ce soir, répond son mari avec un petit sourire.
Ce soir-là, l'homme rentre du travail avec un petit paquet à la main.
Sa femme ravie, commence à le déballer, et à l’intérieur, elle découvre... Un livre intitulé "L'interprétation des rêves".


Méfiez-vous des voisins !
Jules le croque-mort travaille tard le soir.
Il prépare le corps de son client et voisin pour la crémation et fait une découverte surprenante .
Le défunt a le plus énorme organe reproducteur qu’il ait jamais vu !
Il se dit en lui-même : désolé voisin, mais je ne peux pas laisser disparaître un pénis aussi imposant dans les flammes… Il faut le garder pour la postérité !
Il découpe le membre et ses attributs avec précaution et met le tout dans un sac isotherme.
Rentré à la maison, il dit à sa femme :
- Je vais te montrer quelque chose tellement incroyable que tu ne vas pas y croire !!!
Il ouvre le sac et en montre le contenu.
- Mon Dieu, dit sa femme, le voisin est mort !!


Un couple sous tension après une récente dispute, ne communique plus que par écrit.
La veille, le mari écrit :
"Réveille-moi à 7 heures".
Le lendemain à 10 heures, l'homme se réveille furieux et aperçoit un mot au chevet du lit :
"Debout! Il est 7 heures".


Football
Désespéré par les résultats désastreux de son équipe un entraîneur de 3ème division d’un club de football rassemble ses joueurs :
- Messieurs, vous êtes si nuls que je crois qu’au point où on en est, il faut tout reprendre depuis le début. Alors voilà … Cet objet rond que je tiens dans les mains est un ballon de foot …
L’avant-centre l’interrompt alors :
- Hou, là, là ! …. Pas si vite !


Un couple arrive devant le guichet d'un théâtre et demande:
- Deux billets, s'il vous plaît!
- Pour "Roméo et Juliette" demanda l'homme du guichet
- Non! Pour moi et ma femme!


Le bœuf est lent.
Mais la terre est patiente.


La montre
Un homme arrive précipitamment dans un hôtel et s’adresse au concierge :
– J’ai quitté ma chambre ce matin, mais j’ai oublié ma montre…C’était la 522.
Le réceptionniste semble bien ennuyé et explique :
– C’est pas de chance, car la 522 vient d’être attribuée à un jeune couple qui semblait très pressé d’y monter, si vous voyez ce que je veux dire…
L’homme décide donc d’aller récupérer l’objet lui-même.
Arrivé à l’étage, il colle son oreille à la porte et devine rapidement ce qui se passe dans la chambre.
Une voix masculine dit :
– C’est à qui ces superbes yeux en forme de noisettes…
La voix féminine répond :
– C’est à moi…
La voix masculine poursuit :
– C’est à qui ces mignons petits seins en poire…
La voix féminine répond :
– C’est à moi…
– C’est à qui ces jolies petites fesses rondes…
La voix féminine répond :
– C’est à moi…
La voix masculine dit alors :
– Et c’est à qui cette merveille-là ?
A ce moment, l’homme derrière la porte se met à crier :
– Si vous parlez de la montre de plongée sur la table de nuit, elle est à moi !


Députes : La fable du bénévole
Un jour, un fleuriste se rendit chez le coiffeur pour se faire couper les cheveux.
Après sa coupe, il demanda combien il devait.
Le coiffeur répondit :
- C'est gratuit, je fais du bénévolat cette semaine.
Le fleuriste s'en alla tout content.
Le lendemain, en ouvrant sa boutique, le coiffeur trouva à sa porte une carte de remerciements et une douzaine de roses.
Plus tard, c'est le boulanger qui se présenta pour se faire couper les cheveux.
Quand il demanda à payer, le coiffeur lui dit :
- Je ne peux accepter d'argent, cette semaine, je fais du bénévolat.
Heureux, le boulanger s'en alla tout content.
Le lendemain, il déposa à la porte du coiffeur une demi-douzaine de croissants, avec un mot de remerciements.
Puis, ce fut le député du coin qui se présenta.
Lorsqu'il voulut payer, le coiffeur lui répondit :
- Mais non, cette semaine c'est gratuit, je fais mon bénévolat !
Très heureux de cette aubaine, le député quitta la boutique.
Le lendemain, quand le coiffeur arriva pour ouvrir, une douzaine de députés et de sénateurs attendaient en ligne pour se faire couper les cheveux gratuitement...
Voilà, la différence fondamentale entre les citoyens de ce pays et les politiciens qui nous gouvernent.
Et il paraît que dans la file, il y avait même...des chauves !!!!!!!..... Si, si !!!!


A Cannes, en pleine saison, un couple de touristes cherche désespérément une chambre.
Dans un grand hôtel de la Croisette, le chef de la réception leur dit :
- Si vous voulez, il me reste la suite nuptiale.
- Je ne suis pas sûr que ça convienne, répond l'homme. Nous sommes un vieux ménage marié depuis plus de trente ans...
- Où est le problème ? fait le réceptionniste. Si je vous proposais la salle de bal, vous danseriez toute la nuit ?


Lors d'une leçon sur les rimes, la maîtresse demande à Toto de donner un exemple.
Toto dit alors :
- Dimanche, je suis allé à la chasse aux grenouilles,
et dans le ruisseau j'avais de l'eau jusqu'aux genoux.
- Mais Toto, ça ne rime pas du tout.
- C'est pas ma faute, y avait pas assez d'eau !


Après plusieurs années de mariage, un couple n'arrive toujours à avoir d'enfant.
La jeune femme se décide à consulter son gynécologue qui lui dît :
- Madame, c'est à cause de la touffe.
- Pardon, quelle touffe ?
- Eh bien, votre système pileux. Je n'ai jamais vu un buisson pareil ! Il est beaucoup trop dru, et c'est un handicap indiscutable pour de bonnes conditions de fécondation. Il faut raser tout ça...
Alors la dame achète un rasoir mécanique, rentre chez elle et s'épile totalement.
Le soir, au moment de se coucher, elle se met nue, et dit à son mari en lui montrant son sexe épilé.
- Regarde, chéri... Et l'autre, bouche bée, fait
- Ça alors ! Je ne savais pas qu'il y avait un deuxième trou.


C'est Levy qui rentre dans le bar qui se trouve en face de son magasin du Sentier.
Il s'adresse au barman (qui est noir) et lui dit :
- Sers-moi un whisky, sale nègre.
Le barman, habitué à garder son calme lui répond :
- C'est pas gentil M. Levy de me parler comme ça. Comment réagiriez-vous si je vous parlais de cette manière ?
Levy lui répond :
- On n'a qu'à essayer: Je vais derrière le bar, et toi tu fais le client!
Le noir approche du comptoir et dit :
- Sers-moi un whisky sale juif
Levy répond alors :
- Désolé mais ici, on ne sert pas les nègres...


Un couple après une nuit d'amour...
Ça continue.... par un beau discours dans la voiture sur le trajet du boulot.
Lui :
- On essaye une position différente ce soir ?
Elle :
- Ouais, bonne idée ! Tu te mets derrière la table à repasser et je m'assieds sur le canapé devant la télé.


La messe
C’est un fermier qui vit tout seul avec son chien, dans une ferme isolée de la lande irlandaise.
Mais le chien est vieux, très vieux, et un beau jour, il meurt.
Le fermier est bouleversé, il s’en va voir le prêtre du village et lui dit :
– Mon père, mon chien est mort. Je n’avais que lui pour me tenir compagnie. C’était un chien foncièrement bon. Pourriez-vous dire une messe pour lui ?
Le curé lui répond :
– Hé non, malheureusement. Il nous est interdit de dire des messes pour les animaux; mais il y a une chapelle protestante au bout de la rue, peut-être qu’avec un don ils accepteraient de faire quelque chose… pour votre animal.
Le fermier répond :
– D’accord. Je vais essayer auprès d’eux. Vous pensez qu’un don de 5000 euros suffirait ?
Et le curé :
– Doux Jésus ! Pourquoi ne pas m’avoir dit que votre chien était catholique ?


Pourquoi il y a une baignoire sur les camions des pompiers Belges?
Pour la sirène.


C'est un couple aux cheveux bruns qui a un enfant.
Seul problème, il se révèle être roux.
Intrigués, ils vont voir un médecin pour lui demander une explication avant d'envisager d'autres hypothèses.
Le médecin leur demande :
- Vous faites l'amour tous les combien ? Tous les jours ?
- Ho non, non...
- Toutes les semaines ?
- Non, non...
- Tous les mois alors ?
- Non, non, même pas.
- Alors tous les deux mois ?
- Non, non...
- Tous les six mois alors ?
- Oui, c'est à peu près ça.
- Alors, cherchez pas, c'est la rouille !


Accident de travail
Monsieur l’assureur,
Je vous écris en réponse à la demande d’informations complémentaires concernant mon accident de travail du 8 novembre dernier.
J’ai précisé : « manque de chance » dans la case réservée aux « causes du sinistre » et vous me demandez des précisions.
Je suis couvreur de formation.
Le jour de l’accident, je travaillais seul sur le toit d’un immeuble de 6 étages.
Une fois le travail terminé, cet après-midi-là, j’ai constaté qu’il restait environ 280 tuiles, ce qui représente un poids de près de 120 kg.
Plutôt que de les descendre à la main, j’ai décidé de les placer dans un monte-charge manuel fonctionnant grâce à une poulie fixée au 6° étage.
J’ai donc chargé les tuiles dans la caisse du monte-charge sur le toit et suis redescendu au bas de l’immeuble pour procéder à sa descente.
Je tenais fermement la corde pour assurer la sécurité de cette manœuvre.
Comme vous le noterez dans mon fichier médical ci-joint, mon poids est actuellement de 68 kg.
Dès que le monte-charge s’est retrouvé suspendu en l’air, j’ai été irrésistiblement attiré vers le haut.
Et, je le reconnais, je n’ai pas eu la présence d’esprit de lâcher la corde.
J’ai donc progressé à grande vitesse vers le haut de l’immeuble et, au niveau du 3° étage, j’ai rencontré le monte-charge qui, lui, progressait à la même vitesse en sens inverse.
Cela explique la fracture du crâne que je vous ai mentionné dans mon courrier précèdent.
Mon ascension s’est toutefois ralentie au niveau du 6° étage et s’est arrêtée lorsque mon index et mon majeur se sont coincés dans la poulie.
Cela détaille les nombreuses fractures de ma main droite que j’avais mentionnées.
Suspendu en l’air et malgré la douleur intense, je n’ai pas lâché prise.
Mais au même moment, le monte-charge percuta le sol à vive allure, ce qui brisa net le fond de la caisse.
Toutes les briques éclatèrent et se répandirent sur le sol.
Le monte-charge endommagé pesait à présent environ 20 kg, si bien que, comme je tenais toujours fermement la corde, j’ai commencé une rapide descente vers le bas.
Au niveau du 3° étage, comme vous l’imaginez, j’ai rencontré le monte-charge à très grande vitesse.
Ce qui explique les quatre dents cassées et les deux côtes enfoncées que je vous ai reporté précédemment.
Cette percussion du monte-charge a toutefois ralenti quelque peu ma descente si bien que mon atterrissage sur le tas de tuiles brisées ne m’a causé qu’une simple fracture du genou.
Le fait que je ne mentionne nulle part dans ce rapport la cause exacte de l’enfoncement de la cage thoracique que j’ai pourtant déclaré dans ma lettre précédente ne vous aura sans doute pas échappé.
J’ai en effet le regret de vous informer que me retrouvant ainsi étendu sur un tas de tuiles brisées avec de multiples fractures, je n’ai pas eu la présence d’esprit de tenir la corde quelques secondes de plus.
J’étais donc dans l’incapacité totale de bouger lorsque le monte-charge de 20 kg a entamé sa rapide redescente…
Très cordialement.


C'est un vieux monsieur sourd qui va chez le médecin avec sa femme pour un examen général.
Le médecin dit:
- Bien, on va vous faire un bilan de santé...
Le vieux monsieur n'a rien entendu (ben ouais il est sourd) et fait répéter le médecin...
- On va vous faire un bilan monsieur. Il me faut un prélèvement d'urine, un prélèvement d'excréments et un de sperme...
- COMMENT???? crie le vieux.
Sa femme lui dit alors:
- LE DOCTEUR DIT QU'IL VEUT TON SLIP!


DU VERBE "PRÉSUMER"
Une maîtresse d'école demande à ses élèves de faire une phrase dans laquelle il y a l' expression "je présume".
Une petite fille dit :
- "Hier, Maman lavait la vaisselle à la main, je présume que le lave-vaisselle était en panne."
- "Très bien, dit la maîtresse."
Un autre dit :
- "Ce matin, papa est sorti du garage avec la Volkswagen , je présume que la BMW ne voulait pas démarrer."
- "Bravo!"
Un p'tit gars au fond de la classe lève la main ...
- "Hier, j' ai vu grand père sortir de la maison et se diriger vers le bois avec le journal sous le bras, je présume que ......"
- "Je t'arrête, dit la maîtresse parce que là, tu ne savais pas du tout ce que ton grand-père allait faire. Et tu ne peux rien présumer."
- "MAÎTRESSE,LAISSEZ MOI TERMINER MA PHRASE, DIT LE PETITS GARS."
- "Très bien, vas-y", dit-elle.
- "Donc, comme je viens de vous le dire, j'ai vu mon grand-père sortir de la maison et se diriger vers le bois avec le journal sous son bras. Je présume qu'il allait chier car il ne sait pas lire !!!"


Dans le désert
Deux jeunes hommes Jean et Paul se perdent dans le désert. Ils marchent pendant des heures et s’épuisent de soif et de fatigue.
Alors qu’ils étaient sur le point de perdre complètement espoir et s’abandonner à leur sort, ils aperçoivent le minaret d’une petite mosquée…
Ils accourent vers la mosquée, quand Jean dit à Paul :
- «Ce sont des musulmans, je vais leur dire que je m’appelle Mohamed ainsi ils vont bien s’occuper de moi.»
Mais Paul n’est pas d’accord :
- «Non, moi je dirai la vérité.»
L’imam de la mosquée les voit et s’approche d’eux :
- «Bienvenus à mes frères. Que puis-je pour vous ?»
Jean :
- «S’il vous plait, aidez-nous. Nous avons soif et faim, ça fait longtemps qu’on marche dans le désert.»
Il hésite un peu mais il continue :
- «Je m’appelle Mohamed» et il pince son ami Paul.
Paul :
- «Moi, je m’appelle Paul» en jetant un regard coléreux à Jean.
L’imam :
- «Entrez, entrez et mettez-vous à l’ombre.»
Puis il s’absente un moment et revient avec un plateau de dattes fraîches, de l’eau, du lait et du pain puis leur dit :
- «Voilà pour toi Paul, quant à toi Mohamed, apparemment la chaleur t’as fait oublier que c’est le mois de Ramadan. Alors un peu de patience, il ne reste que quelques heures avant le coucher de soleil !»


Un jour, alors qu'elle marchait dans la rue, une femme cadre DRH à qui tout réussissait est tragiquement heurtée par un autobus et meurt.
Son âme arrive au Paradis où elle est accueillie par St Pierre.
- Bienvenue au Paradis, avant de vous installer ici, il semble que nous ayons un problème. Voyez-vous, c'est plutôt étonnant mais nous n'avons jamais eu de femme cadre DRH jusqu'ici et nous ne sommes pas tout à fait sûrs de ce que nous devons faire de vous.
- Aucun problème, laissez-moi simplement entrer, dit la femme.
- J'aimerais bien mais j'ai des ordres qui viennent d'en haut. Ce que nous allons faire, c'est vous laisser passer un jour en Enfer et un jour au Paradis et ainsi vous pourrez choisir où vous voudrez passer l'éternité.
- Je pense que j'ai déjà fait mon choix... Je préfère rester au Paradis, dit la femme.
- Désolé, mais nous aussi avons des règles...
Et ainsi St Pierre emmena la femme cadre dans un ascenseur qui descendit en Enfer.
Les portes s'ouvrirent et elle se retrouva sur le green d'un terrain de golf magnifique.
Un peu plus loin, il y avait le country club et devant, tous ses amis, bien habillés, qui l'acclamèrent.
Ils s'approchèrent, l'embrassèrent et parlèrent du bon vieux temps.
Ils firent un excellent parcours de golf et, le soir allèrent au country club où ils dégustèrent un excellent steak et du homard.
La femme cadre rencontra le Diable, réellement quelqu'un de charmant et elle passa un merveilleux moment à raconter des histoires et à danser.
Elle passa un si bon moment qu'avant qu'elle s'en rende compte, il était temps de partir.
Tout le monde lui serra la main, lui fit au revoir et elle monta dans l'ascenseur.
Celui-ci retourna au Paradis et elle retrouva St Pierre.
- Maintenant, vous allez passer un jour au Paradis, dit-il.
Elle passa ainsi les 24 heures suivantes allongée paresseusement sur les nuages à jouer de la harpe et à chanter.
Elle passa un si bon moment qu'avant qu'elle ne s'en rende compte les 24 heures étaient passées et St Pierre était de retour pour l'emmener.
- Alors, vous avez passé un jour en Enfer et un jour au Paradis. Maintenant, vous devez choisir pour l'éternité.
La femme cadre réfléchit un instant et répondit :
- Eh bien, je n'aurais jamais cru que je dirais ceci, le Paradis est vraiment bien mais je crois que je me plairai plus en Enfer.
Alors, St Pierre l'escorta jusqu'à l'ascenseur et elle descendit à nouveau en Enfer.
Quand les portes de l'ascenseur s'ouvrirent, elle se retrouva dans un paysage désolé plein d'immondices.
Elle vit ses amis vêtus de haillons ramassant les saletés pour les mettre dans des sacs.
Le Diable vint vers elle et lui mit brutalement la main sur l'épaule.
- Je ne comprends pas, balbutia la femme cadre, hier j'étais ici et il y avait un parcours de golf et un country club et nous avons mangé du homard et nous avons dansé et nous nous sommes bien amusés. Maintenant, c'est un désert d'immondices et tous mes amis semblent si misérables..."
Le Diable la regarda et sourit :
- Hier nous vous recrutions. Aujourd'hui, vous faites partie du personnel.


C'est un couple de vieux agriculteurs qui ont passé toute leur vie dans les Causses.
Un beau jour, ils gagnent au Loto, et ils sont invités à venir toucher leur chèque à Paris.
Pris en charge dès le début de leur périple par la Française des Jeux, ils passent du TGV au taxi, puis le taxi les amènent dans un palace parisien.
Et là, c'est l'esclandre.
Le ton monte très vite.
Madame dit au groom:
- Il n'est pas question que l'on passe la nuit dans une chambre aussi petite! Qu'il n'y ait pas de salle de bains, passe encore, mais pas de fenêtre, pas de lit, ça c'est trop!
- Mais madame...
- Il n'y a pas de "Mais madame"! Vous ne pouvez pas nous traiter comme de la merde simplement parce qu'on débarque de la campagne et qu'on n'est jamais allé à l'hôtel. Je vais me plaindre au directeur. Où est-il ?
Alors le groom lui dit:
- Mais madame, ce n'est pas votre chambre, c'est l'ascenseur.




Bonne lecture, bons sourires et bonne journée.
Jacques.


_________________
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).





Décor "simpliste" sur lequel nous avions rejoué, à une dizaine de joueurs, la Bataille d'Eylau en 1807.
avatar
Jacknap1948
Administrateur
Administrateur

Messages : 12858
Date d'inscription : 28/03/2011
Age : 69
Localisation : 93 + 83 + 22
Humeur : Généralement bonne.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 212 ° série de blagues.

Message par michel55 le Dim 1 Nov 2015 - 20:17

merci merci lol! geek lol!
avatar
michel55
Oberleutnant
Oberleutnant

Messages : 974
Date d'inscription : 11/09/2014
Age : 62
Localisation : CHANTONNAY 85110 FRANCE
Humeur : de mieux en mieux

Voir le profil de l'utilisateur http://michel-models.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 212 ° série de blagues.

Message par Jacknap1948 le Dim 1 Nov 2015 - 22:45

michel55 a écrit:merci merci
Salut Michel.
Merci de ta visite.



À plus tard.
Jacques.


_________________
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).





Décor "simpliste" sur lequel nous avions rejoué, à une dizaine de joueurs, la Bataille d'Eylau en 1807.
avatar
Jacknap1948
Administrateur
Administrateur

Messages : 12858
Date d'inscription : 28/03/2011
Age : 69
Localisation : 93 + 83 + 22
Humeur : Généralement bonne.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 212 ° série de blagues.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum