GermanKits
Bienvenue sur GermanKits !


273 ° série de blagues.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

273 ° série de blagues.

Message par Jacknap1948 le Dim 22 Jan 2017 - 9:19

Salut à Tous.
Voici donc une nouvelle petite série de blagues.


Les parents d'un jeune garçon interrogent leur fils sur ce qu'il compte faire de son avenir :
- Que veux-tu faire plus tard, Sylvain ?
Comme l'enfant ne répond pas, ils décident de procéder à un test et disposent sur une table quatre objets pour déterminer sur lequel il porte son choix.
Il y a là une bouteille de vodka, une édition de la bible, un billet de 200 euros et un magazine porno.
Le mari dit à sa femme :
- S'il choisit la vodka, ce sera un alcoolique. S'il prend la bible, il rentrera dans les ordres. S'il choisit l'argent, ce sera un homme d'affaires et s'il prend le magazine X, ce sera un voyou...
Le petit Sylvain arrive dans la pièce et regarde les quatre objets disposés sur la table.
Il hésite quelques minutes et finalement les prend tous les quatre.
Sa mère lève les yeux au ciel et s'exclame :
- Je crois qu'il veut se lancer en politique...


Les escargots
Une femme reçoit des amis à dîner ce soir.
Elle décide de leur préparer des escargots et envoie son mari en acheter des frais.
Le mari se met en quête des gastéropodes.
Il fait d’abord le marché, mais ne trouve pas ce qu’il cherche.
Par contre, on lui donne l’adresse d’une ferme hélicicole où il achète une douzaine d’escargots.
En rentrant chez lui, le type voit une pauvre jeune femme en détresse sur le bas-côté de la route.
Le pneu est crevé et la jeune femme n’a jamais changé de roue de sa vie.
Ni une, ni deux, le bon samaritain lui remplace la roue, et comme la madame est gentille, elle lui propose de le remercier en lui offrant un verre chez elle.
Une chose en entraînant une autre, le monsieur passe la nuit avec la madame, et oublie complètement les escargots, sa femme, et la réception prévue pour le soir.
A 8 heures du matin, il bondit comme un fou hors du lit en criant :
– Merde, ma femme… et la réception d’hier soir ! ça va être ma fête !
Il fonce chez lui, arrive devant la porte, pose le sac avec les escargots sur le sol et sonne car il a oublié ses clefs.
Sa femme ouvre la porte, très en colère, lui demande :
– On peut savoir où tu as passé l’après-midi et la nuit dernière ?
Alors l’homme regarde les escargots en train de ramper sur le paillasson, puis il regarde sa femme, puis s’adresse aux escargots :
– Allez les gars! On y est presque !!!…


Ce sont deux filles de joie qui discutent et il y en a une qui dit :
- Tu sais pas la dernière? Je suis enceinte!
- J'espère que tu connais le père !
- Dis donc, ma grande, quand tu manges un boîte de haricots, tu sais lequel te fait péter, toi ?


L'instituteur interroge Martin :
- Martin, dis-moi un peu qui d'entre vous est venu hier voler des pommes dans mon pommier?
Martin lui répond :
- Je ne vous entends pas bien monsieur, vu que je suis sur le dernier banc de la rangée.
L'instituteur ne se laisse pas embobiner et lui rétorque :
- C'est ce qu'on va voir ! Viens ici t'asseoir à ma place. J'irai m'asseoir à la tienne et à ton tour, tu me poseras une question.
Ils échangent leur place et Martin fait ce que l'instituteur lui a demandé.
- Maître, qui est venu dormir avec maman alors que papa était de service de nuit?
L'instituteur :
- Tu as raison Martin, on ne comprend rien ici dans le fond!


Surprise …
Un homme rentre chez lui plus tôt que prévu.
Sa femme, qui ne l’attendait pas, lui ouvre la porte.
Avant même de lui dire « salut », le mari lui ordonne:
– Ferme toutes les portes, et rejoins-moi dans la chambre!
Sa femme, étonnée par cette attitude inattendue, obéit tout de même à ses ordres.
Après avoir vérifié que toutes les portes sont bien fermées, elle rejoint son mari, sans perdre de temps, dans la chambre.
Une fois dedans, son mari lui dit:
– Éteins toutes les lumières!
La femme, toute excitée en pensant à ce que peut avoir son mari en tête, obéit sans mot dire.
Elle le rejoint sur le lit, d’une façon sensuelle, et s’installe confortablement à ses côtés, c’est alors que son mari lui dit:
– Regarde ma montre… Elle s’allume dans le noir !


Une fille ramène son copain à la maison.
Ils filent dans la chambre et elle lui suggère un 69 pour commencer.
- Qu'est-ce que c'est que ça, demande le garçon ?
La fille, constatant l'inexpérience du garçon, lui répond:
- Moi je mets ma tête entre tes jambes, et toi tu mets ta tête entre les miennes.
Sans rien n'y comprendre, mais ne voulant pas gâcher ses chances, le copain accepte.
Au moment précis où ils se trouvent en position, la fille laisse échapper une flatulence bruyante et malodorante.
Le copain tousse, manque de s'étrangler et saute du lit.
La fille, ennuyée, lui demande pardon, et lui dit que ça ne se reproduira pas.
Ils se remettent en position d'attaque, et au moment de s'y mettre, la fille laisse à nouveau échapper un vent nauséabond.
Le copain furieux se lève et commence à se rhabiller.
- Qu'est-ce qu'y t'arrive ? Tu ne vas pas partir comme ça ? Demande la fille.
Et il lui répond:
- Tu crois quand même pas que je vais me taper les 67 autres !?


Dans une exposition de peintures, un cadre est totalement vide.
L’auteur est à côté.
Un visiteur lui demande :
- Qu’est-ce que cela représente ?
- Des vaches dans un pré.
- Mais, je ne comprends pas, on ne voit pas de pré.
- Bien sûr, les vaches ont mangé toute l’herbe.
- Et les vaches ? On ne les voit pas non plus ?
- Vous ne croyez tout de même pas qu’elles vont rester dans un pré où il n’y a plus d’herbe ?


C'est le petit Didier qui fait des courses au supermarché du coin de sa rue.
Il se retrouve à la caisse avec un grand baril de lessive.
La caissière qui connaît le petit Didier veut avoir un petit mot gentil et lui demande si il a beaucoup de linge à laver.
Le petit Didier répond :
- Oh non, c'est pour laver mon chien !
La caissière :
- Mais tu ne devrais pas utiliser de la lessive comme ça pour laver ton chien : Tu vas le rendre malade, et peut-être même qu'il en mourra...
Mais le petit Didier ne s'en laisse pas compter.
Il paie sa boite de lessive et s'en va.
Une semaine plus tard, le petit Didier revient au supermarché pour acheter des bonbons.
La caissière lui demande alors comment va son chien.
Le petit Didier répond :
- Oh, il est mort...
La caissière essaie de compatir mais ajoute quand même :
- Tu vois, tu n'aurais pas du utiliser de la lessive pour le linge. Il ne l'a pas supporté !
Et le petit Didier :
- Je ne pense pas que c'est la lessive qui l'a tué...
La caissière:
- Ah bon, et qu'est-ce que ça serait d'après toi ?
Le petit Didier :
- Je pense que c'est le cycle de rinçage....


Un gars de la ville, sans travail et sans argent, va à la campagne chercher refuge et nourriture le temps que la dèche le lâche un peu.
En arrivant à une ferme, où bien sûr il demande abri et de quoi se remplir la panse, un fermier lui prête bonne oreille.
- Je te loge et te nourris, mais tu travailleras pour ta pitance. Autre chose de très important, j'ai deux filles, et si tu touches l'une d'entre elles, tu es mort!
Le gars de la ville accepte.
Bien repu, il va dormir à la grange afin d'être frais et dispos pour le lendemain.
À la première heure le fermier va le chercher et l'amène aux champs afin qu'il gagne sa pitance.
Voyant les chaussures de notre citadin, le fermier n'en revient pas.
- Tu ne pourras jamais travailler avec ce genre de godasses! Va donc dans la chambre des filles, dans la garde-robe tu trouveras des bottes: mets les et reviens vite.
En arrivant dans la chambre, et voyant les belles à demi vêtues et encore endormies, il ne peut résister et entreprends de bien servir la première des filles.
N'ayant reçu pour ainsi dire pas de résistance avec la première, il ose entreprendre la deuxième.
Malheur, il y a résistance, elle se met à crier :
- Tu ne peux pas faire cela mon père va te tuer.
- Mais non, dit-il, c'est lui qui m'envoie, tu vas voir...
Il va à la fenêtre, l'ouvre et crie :
- Hé le père, je les mets toutes les deux?
Et le père répond:
- Bien sûr, innocent!


C'est un petit garçon qui joue un match de hockey avec ses copains.
Soudain, alors qu'il est assis sur le banc, il enlève son casque et se met à le lécher.
Il retourne ensuite sur la patinoire et marque un but.
Il retourne alors sur le banc, attend cinq minutes, et se remet à lécher son casque, puis il retourne sur la glace et marque un autre but.
Il refait cela, une troisième fois et rebelote...
Son entraîneur qui a remarqué son manège et lui demande pourquoi il lèche son casque.
Alors le petit gars lui répond :
- Hier soir, j'ai entendu mon père qui disait à ma mère : Lèche-moi le casque pis ça va rentrer !!


Le jeune cadre
Un jeune cadre est envoyé par sa société en poste dans un pays lointain.
Le temps de régler un certain nombre de problèmes matériels et d’être certain de rester là-bas, il part seul, sans sa femme.
Au bout de quelques mois sa situation semble stable, il a trouvé une maison, et il fait venir son épouse.
Le lendemain de son arrivée, le mari se lève tôt pour aller au bureau et part discrètement en la laissant dormir.
Une demi-heure plus tard la domestique la secoue en disant :
- Allons, mademoiselle, réveillez-vous ! Il faut vous habiller et rentrer chez vous…


Un gars s'engueule avec sa femme :
- T'es conne, mais conne! Conne comme toi c'est pas possible. Tiens, s'il y avait un concours de la femme la plus conne je suis sûr que tu gagnerais le deuxième prix.
La femme réplique :
- Pourquoi le deuxième si je suis aussi conne ?
- Parce que pour avoir le premier t'es vraiment trop conne.


Un Leclerc vient d'ouvrir ses portes dans le Cantal, à Saint-Flour.
Ils ont installé un vaporisateur d'eau automatique pour conserver les fruits et légumes frais.
Juste avant qu'il ne démarre, vous entendez le son du tonnerre au loin, et l'odeur de la pluie qui vient...
Quand vous passez dans la section des produits laitiers, vous entendez les vaches meugler et vous pouvez sentir l'odeur du foin fraîchement coupé.
Dans la section boucherie, vous pouvez respirer l'odeur d'un steak sur barbecue.
Dans la section des œufs, vous pouvez entendre les poules caqueter, et sentir l'arôme des œufs et bacon en train de cuire.
Et enfin dans la section boulangerie, vos papilles sont titillées par l'odeur du pain fraîchement sorti du four et de bons biscuits
Je pense que je vais aller acheter mon papier-cul ailleurs !


A la frontière suisse, un homme passe tous les matins sur un vélo avec deux sacoches.
Au bout d’un certain temps, le douanier, intrigué par ce manège, fouille les sacoches et n’y trouve qu’un casse-croûte.
Et ça dure pendant des mois et des années.
On démonte la selle du vélo, on dégonfle les pneus, on sonde le cadre, on passe le casse-croûte au rayon X; rien, absolument rien.
Et tous les matins, sourire aux lèvres, l’autre passe.
Au bout de longues années, après l’avoir contrôlé quotidiennement, le douanier lui dit :
– Vous ne me verrez plus. Je prends ma retraite ce soir. Mais pour que j’aie l’âme en paix, dites-moi la vérité : Vous faisiez un trafic ?
– Bien entendu, dit l’autre.
– Et vous passiez quoi ?
– Des vélos…


Une mère, inquiète dit à sa fille qui doit partir à son premier rendez-vous avec son nouveau fiancé :
- Tu sais, les garçons parfois tentent de profiter de la situation, ce sont tous des cochons. Tu dois être prudente. S'il essaie de toucher ta poitrine tu lui dis : "Non, là il y a des épines qui piquent" et si il essaye de te toucher entre les jambes tu dois lui dire : "Non, ici, il y a un four qui brûle".
La fille répond qu'elle a bien compris et se rend au rendez-vous.
Quand elle revient sa mère lui demande comment ça s'est passé ... et... et puis que s'est-il passé ?
La fille :
- Eh bien j'ai découvert que mon four ne fonctionne pas ! Il a laissé cuire sa saucisse pendant plus d'une heure, mais quand il me l'a faite goûter... elle était toujours crue !


Au paradis
Le curé d’un petit village breton perdu, décède.
Il arrive devant Saint-Pierre qui examine ses états de service.
Tout a l’air parfait, une vie tranquille, aucun pêché.
On lui accorde l’entrée au paradis.
Saint-Pierre lui explique qu’il disposera d’un petit nuage motorisé pour se déplacer vers les nuages d’attraction: celui du buffet, celui de la musique, celui des plaisirs charnels.…
Le curé profite pleinement de ses premières journées au paradis, mais il se rend rapidement compte que d’autres sont mieux lotis que lui.
Son nuage motorisé n’est qu’une mobylette et il voit régulièrement un black le dépasser sur un nuage très rapide avec femmes et orchestre.
Il retourne chez Saint-Pierre et lui dit:
– Toute ma vie, j’ai résisté aux tentations, j’ai servi Dieu le mieux qu’il était possible et arrivé ici, je n’ai toujours pas un sort enviable. Qu’a fait, par exemple ce black pour recevoir un nuage rapide et si bien équipé ?
– Vous étiez, lui dit Saint-Pierre, prêtre d’un petit village breton perdu, chaque dimanche, dix fidèles priaient dans votre église. Lui était pilote à Air Afrique, chaque jour, 350 passagers derrière lui priaient Dieu au décollage et à l’atterrissage.


Femmes cougars, familles recomposées : il va y avoir du pain sur la planche pour et les notaires (et leurs généalogistes) en charge de régler les successions dans les années à venir !
Voici un exemple de ce qui les attend :
Je suis un homme de 27 ans et je me suis marié à une divorcée de 46 ans, mère d'une fille de 25 ans.
Comme cette dernière aime les hommes mûrs, elle s'est éprise de mon père qu'elle a épousé !
Dès lors, mon père est devenu mon gendre, puisqu'il a épousé ma belle-fille.
Mais, dans le même temps, ma belle-fille est devenue ma belle-mère, puisqu'elle est désormais la femme de mon père.
Là, le notaire commencera déjà à transpirer…
Or, ma femme et moi avons donné naissance à un fils.
Cet enfant est naturellement devenu le frère de la femme de mon père… c'est à dire le beau-frère de mon père.
Et, dans le même temps, il est devenu mon oncle, puisqu'il est le frère de ma belle-mère.
Mon fils est donc mon oncle !
Là, le notaire se fait apporter un Doliprane par son clerc… Mais il n'est pas au bout de ses surprises !
En effet, mon père et sa femme ont donné le jour à un garçon qui, de fait, est devenu mon frère puisqu'il est le fils de mon père… mais aussi mon petit-fils puisqu'il est le fils de la fille de ma femme.
Je me retrouve ainsi le frère de mon petit-fils !
Et notre grand-mère commune n'est autre que ma femme… du coup, je me retrouve mon propre grand-père !!
Là, le notaire fait un malaise !…
Le pauvre… imaginez ce que cela va être pour lui, après le Mariage Pour Tous, lorsqu'un père sera la mère ou une mère sera le père !!!
Nota: le Doliprane, c'est 4 par jours, pas plus!


La maitresse demande à Toto :
- Pourquoi Charlemagne a-t-il inventé l’école ?
- Parce qu’il ne risquait plus rien. Il était trop vieux pour y aller.


La maîtresse explique :
- Louis XVI a été guillotiné pendant la Révolution.
Aurélie, dis-moi qu’elles en ont été les conséquences ?
- Ben, il est mort.


Magali regarde un mille-feuilles qui coûte 4 euros.
Elle entre et dit à la boulangère :
- Je voudrais 500 feuilles, parce que je n’ai que 2 euros.


Pauline va voir sa maman et demande :
- Est-ce que je pourrais avoir du chocolat ?
- On dit comment ? S’il… s’il ?
- S’il en reste encore ?


Une étudiante consulte un gynécologue.
Elle a des démangeaisons.
- Rien de grave. Vous avez des morpions.
- Impossible docteur. Je n’ai pas encore connu de garçon.
- Hum…
Ulcérée, elle consulte un autre médecin.
- On va régler votre problème rapidement. Rien de grave. Vous avez des morpions.
- Impossible docteur. Je n’ai pas encore connu de garçon.
- Hum…
Enfin, elle consulte un troisième médecin.
Faut dire que c’est au Québec et que ça ne coûte pas cher. Clic. Clic.
- Docteur, aidez-moi! Je deviens folle. Ça me pique toujours, je me gratte au sang et je suis certaine que ce ne sont pas des morpions car aucun garçon ne m’a encore touchée.
Le médecin lui demande de se déshabiller et il l’examine…
Deux minutes.
Cinq minutes.
Il fait un prélèvement et va sur la table et le regarde au microscope.
- Mais non… vous n’avez pas de morpions.
- Bravo! Je le savais!
- Par contre, avertissez votre marchand de fruits et légumes que ses bananes ont des puces!


Cela se passe dans une cuisine, tôt le matin,
Madame, dans un peignoir à peine entrouvert s'affaire à préparer des œufs à la coque pour le petit déjeuner.
Monsieur passe tout près d'elle et l'effleure.
Elle se tourne vers lui et sans embarras lui demande :
--«Fais-moi l'amour, là, de suite! »
Le gars se dit alors que c'est une journée vraiment pas comme les autres. Il embrasse sa femme, la culbute littéralement sur la table de la cuisine et passe à l'acte.
A peine terminé, Madame remet un peu d'ordre à sa tenue et retourne tranquillement vers ses œufs qui cuisent.
Le mari toujours sous le charme l'enlace dans ses bras et lui murmure à l'oreille :
-- « Qu'est-ce qui t'a pris comme ça, d'un coup? »
-- « Oh rien, chéri, le minuteur est cassé !...


Sondage:
D'après une enquête sur ce que les hommes pensent des jambes des femmes:
- 10 % des hommes interrogés préfèrent les jambes fines,
- 20 % les jambes musclées
- Les autres se positionnent entre les deux.


Les 3 gendres
Une belle-mère décide de savoir si ses trois gendres l’aiment ou au moins l’apprécient…
Le lendemain en se promenant au bord du fleuve avec son premier gendre, elle glisse dans l’eau et commence à se noyer, le gendre sans hésitation plonge et sauve sa belle-mère.
Le lendemain, devant la maison, il trouve une voiture neuve, une petite Peugeot 208 avec un mot sur le pare-brise :
– Merci de la part de ta belle-mère qui t’aime.
Elle entreprend le même scénario avec le deuxième gendre, celui-ci plonge et sauve sa belle-mère.
Lui aussi reçoit une voiture, une petite Peugeot 208 avec un mot sur le pare-brise :
– Merci de la part de ta belle-mère qui t’aime.
Même scénario avec le troisième gendre, elle glisse dans l’eau et commence à se noyer et lui regarde sa belle-mère se noyer en se disant :
– Depuis le temps que j’attendais ça !
Le lendemain, il voit une Porsche toute neuve devant sa maison avec un petit mot :
– Merci de la part de ton beau-père qui t’aime.




Bonne lecture, bons sourires et bonne journée.
Jacques.


_________________
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).





Décor "simpliste" sur lequel nous avions rejoué, à une dizaine de joueurs, la Bataille d'Eylau en 1807.
avatar
Jacknap1948
Administrateur
Administrateur

Messages : 12533
Date d'inscription : 28/03/2011
Age : 69
Localisation : 93 + 83 + 22
Humeur : Généralement bonne.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum