GermanKits
Bienvenue sur GermanKits !


276 ° série de blagues.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

276 ° série de blagues.

Message par Jacknap1948 le Dim 12 Fév 2017 - 9:41

Salut à Tous.
Voici donc une nouvelle petite série de blagues.


Le retardataire
C’est le petit Nicolas qui arrive en retard à l’école.
La maîtresse lui demande :
- Pourquoi es-tu en retard ce matin, Nicolas ?
- Ben, je rêvais que je regardais la finale de foot à la télévision, et il y a eu des prolongations. Alors je suis resté !


Une jolie dame rentre un jour dans une animalerie.
Elle est à la recherche d'un animal familier qui sorte un peu de l'ordinaire.
Comme elle est seule dans le magasin, elle se confie au vendeur :
- Je viens de quitter l'homme avec qui je vivais et ce n'est pas demain que je me remettrai en ménage avec un autre homme. D'autre part, je n'aime ni les chien, ni les chat, et en général, aucune bête à poil ou à plumes... Qu'avez-vous à me proposer ?
Le vendeur réfléchit dans sa tête et il a soudain la révélation :
- J'ai exactement l'animal qu'il vous faut. Il s'agit d'une grenouille. Et je vais vous dire, il ne s'agit pas de n'importe quelle grenouille... (et là il s'approche de l'oreille de la dame et lui dit sur le ton de la confidence) elle vous fait des cunnis.
La femme est amusée et achète la super grenouille.
Une fois rentrée chez elle, elle cherche à vérifier les dires du vendeur.
Elle se déshabille, se couche sur le lit et met la grenouille à la bonne place...
Rien ! Pas un mouvement, même pas un 'CROA'.
Alors la dame prend son téléphone, appelle l'animalerie et dit au vendeur :
- Dites donc, votre grenouille là: Vous m'avez menti. Elle ne fait rien du tout de spécial !
- Ah... je sais ce qui ne va pas. Vous allez voir, ça va être vite réglé. J'arrive.
Le gars ferme le magasin, prend sa voiture et arrive chez la dame.
Ils montent dans la chambre et le gars prend la grenouille dans sa main et dit :
- Vilaine! Vilaine! Maintenant, c'est la dernière fois que je te montre comment on fait!


Un paysan s'arrête au garage du coin pour faire réparer sa fourgonnette.
Le garagiste ne peut pas le faire immédiatement et doit garder la fourgonnette pour l'après-midi.
Le paysan se dit alors qu'il n'habite pas loin et qu'il va rentrer à pied.
Sur le chemin du retour, il s'arrête dans une boutique où il achète un seau et une boîte de 10 litres de peinture.
Puis il s'arrête dans une autre boutique et prend deux canards et une oie.
Mais, arrivé laborieusement dehors, il a un problème : comment porter tous ses achats jusqu'à la maison ?
Pendant qu'il se gratte la tête, une petite vieille s'approche de lui et lui dit qu'elle est perdue.
Elle lui demande :
- Pouvez-vous me dire comment me rendre au 58 Chemin des Figuiers ?
Le paysan lui dit :
- Eh bien, en fait, ma ferme est tout près de cette maison. Je me mettrais bien en route, mais je n'arrive pas à porter tout ceci.
La vieille dame suggère :
- Pourquoi ne mettez-vous pas la boîte de peinture dans le seau. Portez le seau d'une main, mettez une poule sous chaque bras et portez l'oie dans l'autre main ?
- Merci bien, dit-il, et il se mit en route accompagnant la vieille dame.
En cours de route, il dit :
- Prenons mon raccourci et descendons par ce sentier. Nous y serons en un rien de temps.
La petite vieille le regarde attentivement et dit :
- Je suis une veuve sans personne pour me défendre... Qui me dit que quand nous serons dans le sentier vous n'allez pas me coincer contre un mur, retrousser ma jupe et me faire Dieu sait quoi ?
Le paysan dit :
- Cré vin di diou, ma petite dame, je porte un seau, une boîte de 10 litres de peinture, deux canards et une oie. Comment diable pourrais-je vous coincer contre le mur et faire ça ?
La vieille dame répondit :
- Posez l'oie, recouvrez-la avec le seau, mettez la boîte de peinture sur le seau, et je tiendrai les canards...


Le chit !
C’est une mémé à la caisse d’un super marché. « Oh! que c’est lourd », dit-elle…
Deux loubards qui suivent à la caisse, repèrent la scène, lorsque la caissière leur demande :
« Eh, les gars, vous pouvez pas aider la mémé à monter ses provisions, elle habite à coté, mais son ascenseur est en panne ! »
La vieille dame renchérit :
« Et puis en arrivant, vous aurez droit à du chit ! »
« Du chit se disent les loubards ?!?!… la vieille a du chit !! »…Les voilà partis, et ils arrivent un peu essoufflés sur le palier du 10 ème étage …
La dame toute contente leur dit alors : »C’est bien les p’tits gars, vraiment merci …Alors pour le chit ?… chit orange… ou chit citron ? »


Le matin dans la salle de bains :
Lui : Pourquoi tu mets un soutif ? T'as rien !
Elle : Tu mets bien des caleçons, non ?


La voyant dans sa tenue d' Eve :
Lui : On tire un coup, vite fait ?
Elle : Quelle différence cela ferait par rapport aux autres fois ?


Ça continue dans la voiture sur le trajet du boulot
Lui : On essaye une position différente ce soir ?
Elle : Ouais, bonne idée ! Tu te mets derrière la table à repasser et je m'assieds sur le canapé devant la télé.


Il s' inquiète de l'attitude de sa femme:
Lui : Pourquoi tu me dis jamais quand tu jouis ?
Elle : Je le ferais bien mais tu ne veux pas que je t'appelle au boulot...


Il s' inquiète de plus en plus :
Lui : Moi tu sais : cinq centimètres de plus et je serais un roi.
Elle : Oui et deux centimètres de moins tu serais une reine.


Des naufragés, que des hommes ....
Une île déserte .......
Les mecs ont trouvé un moyen pour remplacer une femme.
Ils mettent leur sexe dans un trou et se vident......
Au début, Arthur trouvait ça dégueulasse mais au bout de 2 mois d'abstinence, il y va.
Puis, il y prend goût et va régulièrement "se vider".
Après quelques temps, Germain vient le voir et lui dit :
- Aujourd'hui, c'est à ton tour, Arthur, d'aller te planquer dans le tonneau !


C'est un homme sur son lit de mort.
Toute la famille est à son chevet.
Sa femme et les quatre enfants. Il y a 3 garçons beaux, grands, robustes, et le quatrième qui est tout maigrichon et laid comme un cafard.
Il y a 3 garçons beaux, grands, robustes, et le quatrième qui est tout maigrichon et laid comme un cafard.
Le mourant se tourne vers sa femme et lui demande dans un soupir :
- Chérie, avant que je meure, jure moi que notre quatrième fils est bien de moi. Dis-moi la vérité, je veux le savoir avant de mourir. Je te pardonnerai de toute façon, mais je veux savoir !
Sa femme lui pose l'index sur les lèvres et le rassure :
- Chhht. Bien sûr mon chéri qu'il est de toi. Je te le jure sur la tombe de ma mère !
Et l'homme s'éteint, heureux...
Alors sa femme, soulagée de ne pas avoir menti à un mourant, murmure entre ses dents :
- Heureusement qu'il ne m'a pas demandé s'il était le père des trois autres...


Un homme entre dans un restoroute.
Il rentre, s'assied au bar et voit une pancarte :
AU MENU : Sandwich au thon : 2 €, Branlette du chef : 5 €
Il demande à l'une des deux serveuses:
- C'est vous qui faites les branlettes du chef ?
- Oui pourquoi ?
- Lavez-vous les mains et faites-moi un sandwich au thon !!!!


L’aide de Dieu…
Un prêtre se retrouve bloqué dans un trou où de l’eau coule. Il ne peut pas sortir du gouffre. Il prie le bon Dieu de le sauver.
Il a de l’eau jusqu’aux cuisses quand les pompiers arrivent et lui demandent : « Attrapez cette bouée que l’on vous sauve ! ».
Le prêtre leur répond :
« Non, non, le bon Dieu va me sauver ! ».
Après avoir longtemps insisté, les pompiers finissent par repartir.
Le curé a maintenant de l’eau jusqu’au ventre, et les pompiers ne pouvant se résigner à l’abandonner, reviennent pour le secourir : « Allez Monsieur, attrapez cette bouée, il faut absolument que l’on vous sauve ! ».
Mais le curé ne veut rien savoir et il leur répond inlassablement qu’il attend l’aide de Dieu.
Le curé a désormais de l’eau jusqu’au cou. Les pompiers repartent puis repassent encore , proposent à nouveau leur secours, et la réponse est toujours la même.
Totalement sous l’eau, le curé meurt sous l’eau. Arrivé au ciel, il se dirige vers Dieu et lui demande :
« Mais enfin pourquoi tu ne m’as pas sauvé ? ».
Dieu très étonné lui répond alors :
« Tu te moques de moi, il me semble que j’ai fait en sorte qu’interviennent trois fois les pompiers non ?! ».


Le pourri !
Lundi à l’atelier, un jeune apprenti se plaint à son collègue de travail :
– J’en ai marre de ce monde d’individualistes. Personne n’est prêt à lever le petit doigt pour aider son prochain…
– Qu’est-ce qui te fait dire ça ? demande l’autre.
– Regarde, ce week-end, mon beau-frère est venu manger à la maison. Comme je dois réparer mon Peugeot, je lui ai demandé : « Tu pourrais pas me prêter 100 euros pour que je puisse réparer mon scooter? ». Eh bien, tu me croiras si tu veux, ce pourri me les a refusés !
Et le collègue:
– Je te préviens tout de suite : moi aussi je suis un pourri !


Cafougnette est caporal : il s’occupe de l’orientation des jeunes soldats.
- Quo qu’te fesot ti dins l’civil ?
- J’étais interprète : je suis polyglotte.
- Quo qu’ché qu’te toules ? Cha veut dire quoi cha ?
- Eh bien ! Je possède cinq langues !
- D’accord ! T’iras t’occuper de ch’courrier ! Te colleras chés timbres !!


Cafougnette bégaie quand il prononce la lettre B et il n’ose jamais commander une bière.
- Patron ! Eune limonate !
Cela dure jusqu’au jour où il se confie au patron.
- Te n’sais nin prononceu les B et ché pour cha qu’te t’prives d’bière ? Mais qu’t’es biête ! T’n’as qu’à commindeu un d’mi !
- Cha alors ! J’n’y avos jomais pinsé ! Mets-me un d’mi !
- Ché parti ! Eune blonde ou bin eune brune ?
- Euh...euh... eune limonate !


Cafougnette a loué un bateau avec un ami : ils font une bonne pêche.
Cafougnette demande à son camarade s’il n’a pas une craie.
- Pourquoi qu’te veux eune craie ?
- Pour faire eune crox au fond de ch’batieau pour eurpérer l’indrot l’prochaine fos qu’in vient à l’pèque.
- Non, j’n’ai nin d’craie ! Et puis d’toutes façons, rin n’dit qu’in aura l’même batieau, l’prochaine fos !!!


Au café, Cafougnette laisse toujours payer les consommations par des copains.
- Armettez-nous 3 ricards !
- Allez ! A nous les copains ! Et puis, y faut qu’je dépêche, m’fème elle m’atind ! A d’main mes camarates !
Le lendemain, ses deux camarades commandent 2 verres.
- Si t’in veux un, Cafougnette, commande le ti même !
Alors, Cafougnette commande son verre et va le boire seul à une table.
Quand son verre est vide, avec une paille, il fait semblant de pêcher dedans.
- T’as vu, Cafougnette, quo qu’y fait ? Cha n’li réussit nin d’boire sin verre tout seu !
- Mais quo que t’fabrique, Cafougnette ?
- Bin, te l’vos bin ! J’pêque !
- Te pêques dins un verre vide ?
- Te l’vos bin !
- Et, Quo qu’te prinds ?
- Bé, si te me l’demandes, j’vas prinde un ricard, avec vous z’autes !


C’est une institutrice qui est envoyée dans une école dans laquelle les enfants ont un langage patois prononcé.
L’institutrice commence :
- Bon, les enfants, vous allez me dire ce que vous avez eu comme cadeau de Noël.
Un premier enfant lève la main et dit :
- Mi, à Noël, j’ai eu eune poupée qui piche et qui cante
- On ne dit pas cela comme ça, dit l’institutrice. On dit : "Moi , à Noël, j’ai eu une poupée qui fait pipi et qui chante".
Un autre enfant lève la main et dit :
- Mi, à Noël, j’ai eu eune carette qui fonce à toute berzing
- On ne dit pas cela comme ça, dit l’institutrice. On dit : "Moi , à Noël, j’ai eu une voiture qui roule à toute allure".
Le petit Cafougnette lève la main et dit :
- Mi, à Noël, j’ai eu in vélo
- C’est très bien, dit l’institutrice, et un beau ?
- Nin, in fer


Cafougnette rencontre un copain qui lui dit :
- Hier, in rintrant à m’mageon, j’ai trouvé m’fème, dins l’lit, couquée avec un lumbago !
Cafougnette lui répond :
- Te sais, y n’faut pu s’étonneu d’rin ! Et à ch’t’heure y faut faire attintion avec chés étringers ! Mi m’belle-soeur, elle s’est bin fait séduire par sin méd’cin, ché suremint un Irlandais, vu qu’ch’est un nommé O’Pat.


Une jeune femme dit à son médecin :
- Docteur, je n'ai jamais osé vous en parler, mais je n'en peux plus. Mon mari ne pense qu'à sa mère, parle d'elle sans arrêt, compare tout ce que je fais à ce qu'elle fait, en mieux bien sûr. Je cuisine une blanquette ? « Celle de maman est plus légère ? » J'achète une robe ? « Maman ne mettrait pas une couleur aussi criarde.. » Je lui offre une cravate ? « Quand j'étais célibataire, maman avait un goût très sûr pour les choisir ? » Et maman ceci, et maman cela !
- Écoutez, fait le docteur, il y a un domaine où il ne peut pas faire de comparaisons, c'est le sexe. Alors vous allez acheter des sous-vêtement très affriolants, et quand ce soir votre mari rentrera du travail, vous l'attendrez étendue sur votre canapé, uniquement vêtue de dessous très sexy. Là, chère madame, plus question de la belle-mère !
La jeune femme va dans une boutique de lingerie, et quand le soir son mari rentre, il la trouve allongée nue le canapé vêtue seulement d'un slip et d'un soutien-gorge de dentelle noire, d'un porte-jarretelles noir et de bas noirs . Et il s'écrie :
- Mon Dieu ! Il est arrivé quelque chose à maman ?


Dans un lycée de jeunes filles, la prof de biologie fait passer un examen oral à ses élèves de première.
Elle appelle une dénommée Lucie au tableau et lui pose la question suivante :
- Mademoiselle Dupont, quel est l’organe du corps humain qui, dans certaines conditions, peut multiplier sa taille par six ?
Rouge de confusion et furieuse, la jeune Lucie répond :
- Madame, je ne crois pas que ce soit la question la plus appropriée à poser à une jeune fille… Croyez-moi, mes parents vont en entendre parler.
L’élève regagne sa place et la prof se retourne vers une autre élève qui répond immédiatement :
- C’est la pupille de l’œil dans la lumière…
- Très bien Bernadette ! répond la prof, avant d’ajouter… Quant à vous Lucie, laissez-moi vous dire trois choses : d’abord vous n’avez pas appris votre leçon. Ensuite, vous avez l’esprit mal tourné. Et enfin, préparez-vous à la plus grande désillusion de votre vie.


Deux hommes qui viennent de fêter le début de la retraite, parlent du vieillissement et l’un dit à l’autre:
- Le pire, c’est pour nos femmes. Elles refusent d’admettre qu’elles vieillissent et essaient toujours de cacher leurs petits bobos.
L’autre lui répond :
- Tu as bien raison mais j’ai trouvé un sacré bon truc pour les prendre à leur petit jeu… Ainsi, si tu veux savoir si ta femme commence à être sourde, place-toi à 10 mètres d’elle et pose-lui une question.
Puis, quand tu verras qu’elle ne répond pas, avance-toi à 5 mètres.
Puis à 2 mètres.
Puis à 1 mètre.
Et là, elle va devoir se rendre à l’évidence qu’elle est sourde !
Le papy trouve l’idée très bonne et en entrant chez lui, il se place à dix mètres de sa femme et lui demande d’une voix forte :
- Chérie, qu’est-ce qu’on mange pour dîner ?
Pas de réponse…
Il s’approche alors de cinq mètres et lui demande à nouveau :
- Chérie, qu’est-ce qu’on mange pour dîner ?
Pas de réponse…
Il s’approche encore, à deux mètres, et lui redemande :
- Chérie, qu’est-ce qu’on mange pour dîner ?
Pas de réponse…
Le gars n’en revient pas !
Il s’approche alors à un mètre et hurle :
- Chérie, qu’est-ce qu’on mange pour dîner ?
Sa femme se retourne et lui dit, l’air agacée :
- Pour la quatrième fois : du saumon et du riz !


A la porte du Ciel, un type furieux se présente devant St Pierre.
- Mais bon sang, qu'est-ce que je fais là ! hurle-t-il.
- Regardez- moi: j'ai 35 ans, je suis en pleine forme, je ne bois pas, je ne fume pas, hier soir je me couche bien sagement dans mon lit et voilà que je me retrouve au ciel ! C'est certainement une erreur!
- Eh bien ! ça n'est jamais arrivé, mais enfin je vais vérifier, répond St Pierre, troublé. Comment vous appelez-vous ?
- Dugommeau. Norbert Dugommeau.
- Oui... Et quel est votre métier.
- Garagiste.
- Oui... Ah, voilà, j'ai votre fiche. Dugommeau Norbert, garagiste... Eh bien, monsieur Dugommeau, vous êtes mort de vieillesse, c'est tout.
- De vieillesse ? Mais enfin ce n'est pas possible, je n'ai que 35 ans.....
- Ah moi je ne sais pas, monsieur Dugommeau. Mais on a fait le compte de toutes les heures de main d’œuvre que vous avez facturées, et ça donne 123 ans.


L'institutrice demande à la classe:
- Que voulez-vous être en grandissant?
Le petit Bébert répond:
- Moi je veux être milliardaire, fréquenter les plus beaux clubs, trouver la plus belle salope, lui acheter une Ferrari à 1000000 euros, un appartement à Copacabana, une villa à Paris, un jet privé pour voyager partout dans le monde, une carte de crédit sans limite et lui faire l'amour trois fois par jour !
L'institutrice complètement choquée par la réponse vulgaire et crue de Bébert, essaie de récupérer la situation et feignant de l'ignorer et demande :
- Et toi Julie ?
- Moi, je veux être la salope à Bébert !


Un ex va au mariage de son ancienne femme..
Durant la soirée, l'ex un peu bourré va voir le nouveau marié et lui demande d'un air arrogant :
- Comment tu trouves ça, de rentrer dans du stock usagé ?
Le nouveau marié le regarde droit dans les yeux et, inébranlable (!!!), il lui répond :
- C'est stupéfiant ! Passé les 6 premiers centimètres, c'est flambant neuf




Bonne lecture, bons sourires et bonne journée.
Jacques.


_________________
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).





Décor "simpliste" sur lequel nous avions rejoué, à une dizaine de joueurs, la Bataille d'Eylau en 1807.
avatar
Jacknap1948
Administrateur
Administrateur

Messages : 12467
Date d'inscription : 28/03/2011
Age : 69
Localisation : 93 + 83 + 22
Humeur : Généralement bonne.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 276 ° série de blagues.

Message par paszim le Dim 12 Fév 2017 - 19:53

Merci Jacques pour ce bon moment.

J'ai bien aimé celle du mari qui ne jure que par sa mère.

_________________
The panther see you and go catch you !!!
avatar
paszim
Modérateur
Modérateur

Messages : 7343
Date d'inscription : 31/08/2011
Age : 55
Localisation : Châtellerault - 86 -

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 276 ° série de blagues.

Message par Jacknap1948 le Lun 13 Fév 2017 - 8:30

paszim a écrit:Merci Jacques pour ce bon moment. J'ai bien aimé celle du mari qui ne jure que par sa mère.
Salut Pascal.
Merci de ta visite.



Bonne journée et à plus tard.
Jacques.


_________________
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).





Décor "simpliste" sur lequel nous avions rejoué, à une dizaine de joueurs, la Bataille d'Eylau en 1807.
avatar
Jacknap1948
Administrateur
Administrateur

Messages : 12467
Date d'inscription : 28/03/2011
Age : 69
Localisation : 93 + 83 + 22
Humeur : Généralement bonne.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 276 ° série de blagues.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum