GermanKits
Bienvenue sur GermanKits !


293 ° série de blagues.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

293 ° série de blagues.

Message par Jacknap1948 le Dim 11 Juin 2017 - 9:04

Salut à Tous.
Voici donc une nouvelle petite série de blagues.


Deux célibataires endurcis regardent un match de foot à la télé.
Pendant la mi-temps, alors qu'ils vont rechercher des bières au frigo, la discussion dérive sur la nourriture :
- Je me suis acheté un livre de cuisine une fois, dit le premier, mais j'ai jamais pu m'en servir.
- Les plats étaient trop sophistiqués ? demande l'autre.
- Tu l'as dit ! Toutes les recettes commençaient de la même façon: "Prenez un plat propre et..."


Une dame est à la fenêtre de sa maison et voit se garer devant chez elle un camion de la D.D.E.
Un premier gars en descend, prend une pelle et creuse un trou, puis va 2 mètres plus loin et creuse un deuxième trou.
Et ainsi de suite...
Un deuxième gars sort alors du camion, prend une pelle et rebouche tous les trous que son collègue continue à creuser.
Intriguée, la dame va les voir et les interroge sur leur travail.
Et le premier agent lui répond :
- Je sais que ça peut paraître bizarre. D'habitude nous sommes trois dans l'équipe mais aujourd'hui le gars qui plante les arbres est en RTT.


Oh la vache !
Un paysan est dans un troquet en train de boire au beau milieu de la journée.
Un gars le voit et lui demande :
- Hé ! Pourquoi tu es là en train de te saouler par une belle journée comme aujourd’hui ?
- Y’a des affaires qu’on n’est pas capable d’expliquer...
- Qu’est-ce qui t’arrive de si grave ?
- Ben, tu vois, ce matin, j’étais dans l'étable en train de traire ma vache. A la fin, la vache a donné un coup avec sa patte gauche sur le seau et l’a renversé.
- Ça n’a pas l’air si grave que ça...
- Ouai, mais y’a des affaires qu’on n’est pas capable d’expliquer...
- Qu’est-ce qui s’est passé d’autre ?
Le paysan continue :
- Là, j’ai décidé d’attacher la patte gauche de la vache au poteau pour ne pas qu’elle recommence.
- Et puis ?
- Ben, je me suis rassis et j’ai recommencé à la traire. Quelques minutes plus tard, elle a donné un coup sur le seau avec sa patte droite.
- Encore ?
- Ben oui... Y’a des affaires qu’on n’est pas capable d’expliquer...
- Alors, qu’est-ce que t’as fait ?
- J’ai décidé d’attacher la patte droite sur l’autre poteau pour ne pas qu’elle recommence. Là, elle ne pouvait plus donner de coup de patte puisque les deux étaient attachées de chaque côté.
- Et ça a marché ?
- Ben, je me suis rassis et j’ai recommencé à la traire. Tout allait bien, jusqu’à ce que la maudite vache donne un coup de queue et renverse le seau encore une fois.
- Ouai, ça n’allait pas bien !
- Non monsieur. Y’a des affaires qu’on n’est pas capable d’expliquer...
- Alors qu’est-ce que t’as fait ensuite ?
- Ben là, je n’avais plus de corde proche, alors j’ai enlevé ma ceinture pour attacher sa queue sur un poteau pour ne pas qu’elle recommence.
Comme je venais de finir d’attacher la queue, mon pantalon est tombé.
- Et alors... ? ! ? !
- Ben, c’est à ce moment que ma femme est entrée dans l'étable... Y’a des affaires qu’on n’est pas capable d’expliquer...


Douze prêtres étaient sur le point d'être ordonnés.
Leur ultime épreuve était de s'aligner entièrement dénudés dans le jardin du couvent tandis qu'une belle fille très jolie, danserait complètement dévêtue devant chacun d'eux.
Chaque futur prêtre avait une clochette fixée à son s... et il était prévu que... quiconque ferait tinter sa clochette pendant qu'elle dansait ne serait pas ordonné parce qu'il n'avait pas atteint un état de pureté spirituelle.
La fille commença à danser devant le premier candidat.
Aucune réaction.
Elle procéda ainsi le long de la rangée des candidats prêtres avec la même absence totale de réaction de tous jusqu'au dernier : Yves Pauvre Yves.
Alors que la fille s'avançait vers lui en dansant, sa cloche sonna si fort qu'elle s'envola dans le jardin et atterrit loin devant lui.
Confus et honteux, Yves s'avança rapidement vers la clochette et se baissa pour la récupérer.
C'est à ce moment que toutes les autres clochettes se mirent à carillonner...


Au bout des rouleaux
Un locataire décide de refaire son appartement.
Il commence à prendre les mesures pour savoir combien de rouleaux de papier-peint acheter, mais il s’y perd.
Et tout à coup, il se souvient que son voisin du dessus, qui a exactement le même appartement, a refait le sien trois mois plus tôt.
Il monte le voir et lui demande :
– Combien de rouleaux de dix mètres avez-vous pris ?
– Vingt-huit.
Alors il achète vingt-huit rouleaux, et il colle son papier.
Mais, quand l’appartement est terminé, il lui reste six rouleaux.
Il remonte chez son voisin et lui dit :
– Je ne comprends pas. J’ai tapissé tout l’appartement, et il me reste six rouleaux…
– Eh bien, moi c’est pareil !…


La maitresse de calcul pose un petit problème à ses élèves
- Combien font trois bouteilles de vins rouge plus quatre bouteilles de vins blanc ?
Tchio Quinquin lève la main
- Oui ,Tchio Quniquin.
- Ben, à la maison deux jours madame !!!!!!


Au coin d'un zinc deux paysans parlent politique.
- Dis Fernand, je comprends pas bien , explique moi le communisme comment ça marche..??
- Jules c'est pas compliqué je vais te donner un exemple, tes deux ânes....moi n'en ayant pas si tu es communiste , tu m'en donne un et nous sommes égaux
Jules réfléchi un moment, se gratte la tête , le nez.... regarde Fernand
- Je crois avoir compris puisque tu as deux vaches et moi pas , si, tu étais communiste tu m'n donnerais une...!!!!
- Non, non Fernand cela ne marche qu'avec les ânes....!!!!!!!


Ce sont un mari et sa femme qui sont invités à une réception.
A un moment, une très belle jeune femme passe devant eux.
Alors le mari dit à sa femme :
- Regarde, c'est la maîtresse de notre voisin.
Sa femme est plutôt choquée, mais ne répond rien.
Quelques minutes plus tard, une autre très belle jeune femme passe devant eux, et le mari ajoute alors :
- Et elle, c'est MA maîtresse.
L'épouse garde tout d'abord le silence, puis elle dit :
- La nôtre est mieux !


Un homme et une femme qui ont bu se posent des questions existentielles comme celle-ci :
"Qui, de l'homme ou de la femme, prend le plus de plaisir pendant l'acte sexuel ?"
L'homme dit:
- Ce sont les hommes qui prennent le plus de plaisir ! Sinon pourquoi penses-tu qu'ils aient toujours envie de faire l'amour ?
La femme répond:
- Ça ne prouve rien du tout. Réfléchis deux secondes à ça : Quand ton oreille te gratte et que tu utilises ton petit doigt, qui se sent mieux après ? Ton petit doigt ou bien ton oreille ?


Dans une caserne de Gendarmerie, le Capitaine croise un jeune élève-gendarme fraîchement débarqué de l'école de Gendarmerie.
- Comment vous appelez-vous, mon garçon ?
- Rémi, et vous ?
Le capitaine, furieux, s'écrie :
- Mon petit bonhomme, je ne sais pas d'où vous arrivez, mais sachez que je suis le Capitaine et que je m'appelle "Mon CAPITAINE". De même, dans ma compagnie, j'appelle les gens par leur nom de famille. Si vous vous appelez Rémi Tartempion, je vous appellerai "Tartempion", pas Rémi. Me suis-je bien fait comprendre ?
- Oui, mon capitaine.
- Alors, c'est quoi votre nom de famille ?
- Montcherry.
- Très bien, Rémi, au travail.


Le ver de terre
C’est un grand-père qui emmène son petit-fils à la pêche.
Mais toutes les 5 minutes :
– Papy, papy, j’ai tout emmêlé la ligne.
Au bout d’un moment, le papy en a marre, et ne pense qu’à se débarrasser du gamin.
Il prend un bâton, fait un trou étroit dans le sol, et dit à son petit-fils :
– Tiens, je vais te montrer un jeu. Prend un ver de terre, et essaie de le glisser dans le trou. Si tu y arrives, je te donne 10 euros.
Évidemment, le ver se tortille sans arrêt, et c’est pas demain la veille que le petit aura réussi à le rentrer dans le trou…
Pendant ce temps, le grand-père, enfin tranquille, se remet à la pêche.
Au bout d’un moment, le petit-fils revient vers lui:
– Ça y est, j’ai fini.
Le grand-père :
– Hein ?
– Ben oui, comme le ver y bougeait tout le temps, je l’ai aspergé de laque, et j’ai pu l’enfiler dans le trou.
– Ah ! ben oui, c’est bien mon petit…
Et le lendemain matin, le grand-père de tenir sa promesse :
– Tiens, voilà tes 10 euros, et voilà 10 euros de la part de ta grand-mère…


Cela me rappelle cette anecdote, dans l'Espagne franquiste et puritaine des années 60.
C'était la mode du bikini, et une touriste française prenait, sur la plage, son bain de soleil vêtue de ce deux pièces.
Un représentant de la Guardia Civil vint l'interpeller en ces termes :
" Madame, en Espagne, seul le maillot de bain une pièce est toléré ! "
" Pas de problème lui répondit le jeune femme.
Quelle partie voulez-vous donc que j'enlève ?"


Un homme se balade sur la plage, il trouve une lampe magique, il la frotte et un génie en sort.
Le génie lui dit:
- "Tu peux faire trois vœux !!!"
L'homme répond:
- "OK, alors, j'aimerais avoir le ventre plein, le cul au chaud et une femme qui me tienne la queue!"
Et là il se transforma en casserole...


Je connais une variante de ce cher Lao Tseu :
"Qui va se coucher avec la crotte au cul,
Se réveille avec le doigt qui pue..."


TOUT NE PEUT PAS ETRE ROSE !
Un homme se réveille en enfer et tire légèrement la gueule...!!
Satan passe par là et l'interpelle :
- Salut toi ! Pourquoi tu fais la gueule ?
- Eh bien, premièrement je suis MORT et deuxièmement je suis en enfer.
- Pas de quoi se réjouir....!!
- Bof, tu sais, c'est pas mal ici-bas... tu fumes ?
- Quelle question, bien sûr !
- Alors tu vas aimer les lundis car pendant toute la journée on fume des cigares, des clopes, sans devoir se soucier du cancer... tu es déjà mort !
- Ouais, pas mal.
- Tu bois ?
. Comme un trou...
- Alors tu vas aimer les mardis car pendant toute la journée on picole du pinard, de la goutte, de la bière ... puis on vomit et on continue à boire sans se soucier de la cirrhose .. tu es déjà mort !
- Ah, pas mal le début de la semaine...
- Tu bouffes ?
- Comme un porc !
- Alors tu vas te régaler les mercredis car pendant toute la journée on s'empiffre de gras, de desserts, de viandes sans se soucier du cholestérol ... tu es déjà mort !
- Aaah, de mieux en mieux.
- Tu te drogues ?
- Régulièrement.
- Alors les jeudis c'est pour toi, on a tout ici herbe, poudre, seringues, on se pique sans se soucier d'une overdose... tu es déjà mort !
- Ouaiiis, super l'endroit, je ne croyais pas que c'était si cool en enfer...
-Tu baises ?
- Oh oui un max...
- Les vendredis on tire dans tous les coins, des jeunes, des vieilles dans toutes les positions, tout est permis et on ne risque pas d'attraper des saloperies, tu es déjà mort... !!!
- Putain c'est trop super l'enfer...
- T'es Pédé ?... -
- Ah non !!! !!!!
- Oulala... tu vas pas aimer le Samedi ...!!!


Le Chef de service à un salarié :
- Ça fait la quatrième fois cette semaine que tu es en retard. Qu'est-ce que tu en conclus ?
- Que c'est jeudi !


Une assistante de direction, dit à son patron qui arrive au bureau:
-Monsieur le directeur, quelqu'un est venu pour vous voir tout à l'heure, et il voulait vous casser la figure !
Le patron sous le choc demande plus de précisions :
-Oh! Et que lui avez-vous dit ?
- Que vous n'étiez pas là, et que j'étais vraiment désolée...


Auscultations
À l'hôpital, une belle jeune femme attend dans le couloir sur sa civière avant d'être conduite au bloc opératoire pour subir une petite intervention.
Elle s'inquiète un peu quand même, d'autant plus que l'heure tourne.
Un type en blouse blanche s'approche, relève le drap qui la recouvre et examine son corps nu.
Il rabat le drap, s'éloigne vers d'autres blouses blanches et discute.
Un deuxième en blouse blanche s'approche, relève le drap et l'examine.
Puis il repart.
Quand le troisième blouse blanche approche, lève le drap, et la scrute, la jeune femme s'impatiente :
- "C'est bien beau toutes ces auscultations, mais quand allez-vous m'opérer ?"
L'homme en blouse blanche hausse les épaules :
- "Je n'en ai aucune idée, nous on repeint le couloir."


Comme chez les Durand
Une femme est au lit avec son amant quand elle entend son mari arriver !
– Allons, lui dit-elle, vite, mets-toi debout là dans le coin.
Elle enduit prestement le corps de son amant d’huile et le saupoudre de talc et elle lui dit :
– Ne bouge pas jusqu’à ce que je te le dise. Tu es une statue ! J’ai vu la même chez les Durand.
Sur ce, le mari entre et demande à sa femme :
– Qu’est-ce que c’est ça ?
– Ça, c’est une statue; les Durand en ont mis une dans leur chambre, et ça m’a tellement plu que j’ai acheté la même.
Et il ne fut plus question de la statue.
A deux heures du matin elle dormait et son mari regardait encore la télé.
Soudain, il se lève, va à la cuisine, prépare un sandwich, prend une boîte de bière et retourne dans la chambre.
Là, il se dirige vers la statue et lui dit :
– Tiens, mange et bois quelque chose ! Moi, je suis resté bloqué deux jours comme un con, dans la chambre des Durand, même pas un verre d’eau !…


Pour voir les étoiles…
Deux amis vont boire un verre dans une discothèque.
Mais comme l’un deux est plutôt timide, l’autre drague une fille pour lui, la ramène à leur table, et après l’avoir bien chauffée, il s’éclipse en glissant à l’oreille de son copain d’emmener la demoiselle faire un tour au bois pour conclure.
Le lendemain il vient aux nouvelles :
- Alors ça a marché hier soir ?
- Pas terrible…
- Tu l’as emmené au bois comme je t’ai dit ?
- Oui. J’ai arrêté la voiture dans une allée tranquille, j’ai pris la fille dans mes bras, ça démarrait bien. Et puis elle m’a dit qu’avec une nuit pareille elle avait envie de voir les étoiles et elle a voulu que j’ouvre le toit avant d’aller plus loin. Alors je l’ai fait. Mais quand j’ai eu fini, le jour était levé, elle dormait à moitié, et elle m’a demandé de la raccompagner parce qu’il fallait qu’elle aille à son travail.
- Mais qu’est-ce que tu as fabriqué ? Moi, mon toit, je l’ouvre en trente seconde !
- Oui, mais toi tu as une décapotable…


Les cadeaux
Deux jeunes bonnes sœurs font du stop.
Une prostituée, au volant d’un superbe coupée grand sport, s’arrête et les prend à son bord.
Au bout de quelques minutes l’une des sœurs dit :
- Elle est belle votre voiture, madame, ça a dû vous coûter cher ?
- Un week-end avec un Japonais.
- Et votre manteau de fourrure, il est joli aussi, fait la seconde sœur, c’est du quoi ?
- C’est du chinchilla. Ça m’a coûté trois nuits avec un homme d’affaire américain.
- Oh ! Je n’avais pas vu votre collier en diamants. Ce sont des vrais ?
- Bien sûr c’est un émir avec qui j’avais passé la semaine qui me l’a offert…
Alors les deux petites sœurs se regardent et la première dit :
- Eh ben ! Il nous a bien eu, monsieur le curé, avec ses porte-clés …


Le sept
Encore aujourd’hui, de nombreuses personnes, en écrivant le chiffre sept, utilisent une barre supplémentaire horizontale au milieu du chiffre.
La plupart des typographies l’ont fait disparaître aujourd’hui, comme vous pouvez le constater ici : 7
Mais savez-vous pourquoi cette barre a survécu jusqu’à nos jours?
Il faut remonter bien loin, aux temps bibliques :
Lorsque Moise eut gravi le mont Sinaï et que les 10 commandements lui furent dictés, il redescendit vers son peuple et leur lut, à haute et forte voix, chaque commandement.
Arrivé au septième, il annonça:
– Tu ne désireras pas la femme de ton prochain.
Et là, de nombreuses voix s’élevèrent parmi le peuple lui criant :
– Barre le sept, barre le sept !!!…


Colonie de vacances
Une nouvelle monitrice s’étonne, auprès du directeur de la colonie, accueillant des jeunes d’une quinzaine d’années.
- Pourquoi grouper d’un côté les garçons et de l’autre les filles, sur deux îles, éloignées d’une trentaine de mètres.
- Croyez-en ma vieille expérience, répond-il. Avec ce système, à la fin des vacances, ils auront tous appris à nager !


Ce fermier des Vosges reçoit la visite inopinée d'un contrôleur des impôts, car il apparaîtrait qu'il ne paie pas son personnel correctement !
L'inspecteur :
- "J'aimerais voir la liste de vos salariés ainsi que leurs fiches de paye ! "
- "Bien sûr", dit le fermier, qui l'entraine dans la pièce qui lui sert de bureau et pose devant lui un petit classeur :
- "D'abord il y a le garçon de ferme : il travaille 35h par semaine et je le paie 1.200 Euros par mois plus le logement et le couvert"
- "Ensuite il y a la cuisinière : elle travaille 30h par semaine et je lui donne 1.100 euros par mois plus logement et couvert".
- "Enfin, il y a le Simplet"...
- "Le simplet "? dit le contrôleur d'un air interrogateur.
- "Oui, il travaille 18 heures par jour c'est à dire 126h par semaine, il accomplit 80% de tous les travaux de la ferme. Je lui donne 200 Euros par mois, mais il paie sa nourriture et son logement. Le samedi soir je lui achète une bouteille de whisky et à l'occasion, il dort avec ma femme ! "
- "Ahhh", dit l'inspecteur en se frottant les mains, c'est LUI que je veux voir !
- "Il est en face de vous monsieur le contrôleur", dit le fermier, "c'est moi... "


Un ingénieur qui se cherchait un poste depuis très longtemps décide de monter une clinique médicale privée.
Il place une pancarte dehors qui dit :“Un remède à votre problème médical garanti pour 500 € et on vous paye 1.000 € si on ne réussit pas.”
Un vrai docteur, fâché de voir ceci, se dit qu’il va aller se faire 1000€ sur le dos de cet ingénieur et entre dans la clinique.
Docteur :
- “J’ai perdu mon sens du gouter.”
Ingénieur :
- “Infirmière, allez me chercher la boite de soins 22 et mettez 3 gouttes dans la bouche du patient.”
Docteur :
- “ARK c’est de l'essence !!!”
Ingénieur :
- “Félicitations Vous avez retrouvé votre sens du gout. Ça fera 500 € svp.”
Le docteur vraiment fâché revient quelques jours plus tard pour regagner son argent perdu.
Docteur :
- “J’ai perdu ma mémoire, je me rappelle plus de rien.”
Ingénieur :
- “Infirmière, allez me chercher la boite de soins 22 et mettez 3 gouttes dans la bouche du patient.”
Docteur :
- “Aye minute là !!! Je veux pas boire à nouveau 3 gouttes d’essence !!!”
Ingénieur :
- “Félicitations ! Vous avez retrouvé votre mémoire. Ça fera 500 €”
Le docteur encore plus frustré paye et sort de la clinique.
Il revient plusieurs jours plus tard, déterminé à regagner son argent.
Docteur :
- “Je perds ma vision, je ne vois plus rien.”
Ingénieur :
- “Désolé, on n’a aucun remède pour ça...voici vos 1.000 €”
Docteur :
- “C’est un billet de 500 € et pas de 1000 €”
Ingénieur :
- " Félicitations, vous avez retrouvé votre vision. CELA FERA 500 €”.




Bonne lecture, bons sourires et bonne journée.
Jacques.


_________________
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).





Décor "simpliste" sur lequel nous avions rejoué, à une dizaine de joueurs, la Bataille d'Eylau en 1807.
avatar
Jacknap1948
Administrateur
Administrateur

Messages : 12866
Date d'inscription : 28/03/2011
Age : 69
Localisation : 93 + 83 + 22
Humeur : Généralement bonne.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum