GermanKits
Bienvenue sur GermanKits !


356 ° série de blagues.

Aller en bas

356 ° série de blagues.

Message par Jacknap1948 le Dim 16 Sep 2018 - 9:13

Salut à Tous.
Voici donc une nouvelle petite série de blagues.

Fin d'après-midi, un gynécologue attend une dernière patiente qui n'arrive pas.
Au bout de trois quarts d'heure, il conclut qu'elle ne viendra pas et se sert un apéritif pour se détendre de sa journée avant de fermer son cabinet.
Il s'installe confortablement dans un fauteuil et commence à lire son journal lorsque la sonnette retentit.
Sa patiente arrive et présente ses excuses pour son retard.
- Ce n'est pas grave chère Madame, répond le médecin, vous voyez, je vous attendais en dégustant un petit verre. Désirez-vous en prendre un également avant que je vous examine ?
- Volontiers.
Il lui sert un verre, s'assied en face d'elle et ils se mettent à discuter.
Soudain un bruit de clé se fait entendre à la porte d'entrée.
Le médecin sursaute, se lève brusquement et dit :
- Ma femme ! Vite, déshabillez-vous et écartez les jambes !!!


La prof de biologie dans une école chic pose quelques questions à ses élèves.
- Mademoiselle Smith pouvez-vous me dire quel est l'organe humain dont la taille peut, dans certaines conditions atteindre jusqu'à six fois plus que sa taille normale. Après m'avoir dit le nom de l'organe, donnez-moi les conditions qui affectent cette expansion.
Mademoiselle Smith rougit, verdit, pâlit puis finalement de sa petite voix offusquée :
- Madame, je ne pense pas que ce soit une chose à me demander. Je vous préviens que mes parents seront mis au courant de cela.
Sur ce, elle s'assoit, les bras croisés.
Imperturbable, la prof demande à sa voisine la même question.
Et Mademoiselle Johnson de répondre :
- La pupille de l'œil quand il n'y a pas beaucoup de lumière.
- C'est exact, Mademoiselle Johnson. 20 sur 20. dit la prof.
Et elle continue :
-" Et maintenant, vous Mademoiselle Smith, j'ai trois choses à vous dire. Un, vous n'avez pas étudié. Deux, vous avez l'esprit mal tourné. Trois, vous allez être terriblement déçue, un de ces jours.


NOM :
Ronald Mc. D.
POSITION SOUHAITÉE :
Couchée. Ha, ha. Non, sérieusement, n'importe quoi de disponible. Si j'avais les moyens de faire des chichis, je ne serais pas là !
SALAIRE SOUHAITE :
600 000 euros par an, des stocks options, et des conditions générales de footeux professionnel, si ce n'est pas possible faites-moi une offre, que l'on puisse marchander au moins.
FORMATION :
Oui.
DERNIÈRE FONCTION OCCUPÉE :
Cible pour cadres moyens hostiles.
SALAIRE :
Moins que ce que je valais.
SUCCÈS DONT TU ES FIER :
Mon incroyable collection de stylos et post-it volés.
RAISONS DE TON DÉPART :
C'était merdique.
TEMPS DE TRAVAIL SOUHAITE :
Aucune idée.
HORAIRES SOUHAITÉS :
13 h 30 - 15 h 30, Lundi, Mardi et Jeudi.
AS-TU DES COMPÉTENCES PARTICULIÈRES ? :
Oui, mais elles conviennent mieux à un environnement plus intime.
POUVONS-NOUS CONTACTER TON EMPLOYEUR ACTUEL ?
Si j'en avais un, est-ce que je serais ici ?
AS-TU UN PROBLÈME PHYSIQUE QUI T'EMPÊCHERAIT DE SOULEVER DES CHARGES DE MOINS DE 25 kg ?
25 kg de quoi ?
DISPOSES-TU D'UN VÉHICULE ?
Je crois que la question serait mieux formulée si vous disiez : As-tu un véhicule en état de marche ?
AS-TU REÇU DES PRIX OU RÉCOMPENSES ?
Peut-être ai-je gagné au Loto cette semaine.
FUMES-TU ? :
Seulement si on m'allume.
QUE SOUHAITERAIS-TU FAIRE DANS CINQ ANS ?
Vivre aux Bahamas avec un top-modèle fabuleusement riche et convaincue que je suis la meilleure affaire de sa vie. En fait, c'est même maintenant que j'aimerais faire ça.
CERTIFIES-TU QUE TOUT CE QUI PRÉCÈDE EST AUTHENTIQUE ET COMPLET SAUF ERREUR ?
Non, mais je vous défie de prouver le contraire.
SIGNE ICI :
Scorpion ascendant Balance.


Nous sommes en 2015.
Le risque d'actions terroristes existe toujours mais grâce à la nouvelle loi de sécurité intérieure, le croisement des fichiers est enfin autorisé et permet, pour notre bien-être, notre bonheur et notre sécurité, l'affichage des informations en temps réel. Voilà à quoi pourrait donc ressembler la commande d'une pizza en L'an 2015>>>
Standardiste :
- Speed-Pizza, bonjour.
Client :
- Bonjour, je souhaite passer une commande s'il vous plaît.
Standardiste :
- Oui, puis-je avoir votre NIN, Monsieur ?
Client :
- Mon Numéro d'Identification National, oui, un instant, voilà, c¹est le 6102049998-45-54610.
Standardiste :
- Je me présente je suis Habiba Ben Said, merci Monsieur Jacques Lavoie. Donc, nous allons actualiser votre fiche, votre adresse est bien le 174 avenue de Villiers à Carcassonne, et votre numéro de téléphone le 04 68 69 69 69. Votre numéro de téléphone professionnel à la Société Durand est le 04 72 25 55 41 et votre numéro de téléphone mobile le 06 06 05 05 01. C'est bien ça Monsieur Lavoie ?
Client :(timidement) :
- Oui !!
Standardiste :
- Je vois que vous appelez d'un autre numéro qui correspond au domicile de Mlle Isabelle Denoix, qui est votre assistante technique. Sachant qu'il est 23h30 et que vous êtes en RTT, nous ne pourrons vous livrer au domicile de Mlle Denoix que si vous nous envoyez un XMS à partir de votre portable en précisant le code suivant AZ25/JkPp+88.
Client :
- Bon, je le fais, mais d'où sortez-vous toutes ces informations ?
Standardiste :
- Nous sommes connectés au 'système croisé' Monsieur Lavoie.
Client : (Soupir) :
- Ah bon !.... Je voudrais deux de vos pizzas spéciales mexicaines.
Standardiste :
- Je ne pense pas que ce soit une bonne idée, Monsieur Lavoie.
Client :
- Comment ça ???...
Standardiste :
- Votre contrat d'assurance maladie vous interdit un choix aussi dangereux pour votre santé, car selon votre dossier médical, vous souffrez d'hypertension et d'un niveau de cholestérol supérieur aux valeurs contractuelles. D'autre part, Mlle Denoix ayant été médicalement traitée il y a 3 mois pour hémorroïdes, le piment est fortement déconseillé. Si la commande est maintenue, la société qui l'assure risque d¹appliquer une surprime.
Client :
- Aie ! Qu'est-ce que vous me proposez alors ?...
Standardiste :
- Vous pouvez essayer notre Pizza allégée au yaourt de soja. Je suis sûre que vous l'adorerez.
Client :
- Qu'est-ce qui vous fait croire que je vais aimer cette pizza?..
Standardiste :
- Vous avez consulté les Recettes gourmandes au soja à la bibliothèque de votre comité d'entreprise la semaine dernière, Monsieur Lavoie, et Mlle Denoix a fait, avant hier, une recherche sur le Net, en utilisant le moteur http://www.moogle.fr/ mots clefs 'soja' et 'alimentation'. D'où ma suggestion.
Client :
- Bon d'accord. Donnez- m'en deux, format familial.
Standardiste :
- Vu que vous êtes actuellement traité par Dipronex et que Mlle Denoix prend depuis 2 mois du Ziprovac à la dose de 3 comprimés par jour et que la pizza contient, selon la législation, 150mg de Phenylseptine par 100g de pâte, il y a un risque mineur de nausées si vous consommez le modèle familial en moins de 7 minutes. La législation nous interdit donc de vous livrer. Par contre j'ai le feu vert pour vous livrer immédiatement le modèle mini.
Client :
- Bon, bon, ok, va pour le modèle mini. Je vous donne mon numéro de carte de crédit.
Standardiste :
- Je suis désolée Monsieur, mais je crains que vous ne soyez obligé de payer en liquide. Votre solde de carte de crédit VISA dépasse la limite et vous avez laissé votre carte American Express sur votre lieu de travail. C'est ce qu'indique le Credicard-Satellis- Tracer.
Client :
- J'irai chercher du liquide au distributeur avant que le livreur n'arrive.
Standardiste :
- Ca ne marchera pas non plus Monsieur Lavoie, vous avez dépassé votre plafond de retrait hebdomadaire.
Client :
- Mais ?.. Ce n'est pas vos oignons ! Contentez-vous de m'envoyer les pizzas ! J'aurai le liquide. Combien de temps ça va prendre ?
Standardiste :
- Compte-tenu des délais liés aux contrôles de qualité, elles seront chez vous dans environ 45 minutes. Si vous êtes pressé, vous pouvez gagner 10 minutes en venant les chercher, mais transporter des pizzas en scooter est pour le moins acrobatique.
Client :
- Comment diable pouvez-vous savoir que j'ai un scooter ?
Standardiste :
- Votre Peugeot 408 est en réparation au garage de l'Avenir, par contre votre scooter est en bon état puisqu'il a passé le contrôle technique hier et qu'il est actuellement stationné devant le domicile de Mlle Denoix. Par ailleurs j'attire votre attention sur les risques liés à votre taux d'alcoolémie. Vous avez en effet réglé quatre cocktails 'afroblack' au Tropicalbar il y a 45 minutes. En tenant compte de la composition de ce cocktail et de vos caractéristiques morphologiques, ni vous ni Mlle Denoix n'êtes en état de conduire. Vous risquez donc un retrait de permis immédiat.
Client :
- @#%/$@&?#!...!!
Standardiste :
- Je vous conseille de rester poli Monsieur Lavoie. Je vous informe que notre standard est doté d¹un système anti-insulte en ligne qui se déclenchera à la deuxième série d'insultes. Je vous informe en outre que le dépôt de plainte est immédiat et automatisé. Or, je vous rappelle que vous avez déjà été condamné en juillet 2009 pour outrage à agent.
Client : (Sans voix)
Standardiste :
- Autre chose Monsieur Lavoie ?
Client :
- Non, rien. Ah si, n'oubliez pas le Coca gratuit avec les pizzas, conformément à votre pub.
Standardiste :
- Je suis désolée Monsieur Lavoie, mais notre démarche qualité nous interdit de proposer des sodas gratuits aux personnes en surpoids. Cependant à titre de dédommagement, je peux vous consentir 15% de remise sur une adhésion flash au contrat Jurishelp, le contrat de protection et d'assistance juridique de Speed assurance. Ce contrat couvre, en particulier, les frais annexes liés au divorce. Il pourrait donc vous être utile, vu que vous êtes marié à Mme Claire Lavoie née Girard depuis le 15/02/2008 et vu votre présence tardive chez Mlle Denoix, ainsi que l'achat il y a une heure à la pharmacie du Canal d'une boite de 15 préservatifs et d'un flacon de lubrifiant à usage intime. A titre promotionnel, je vais faire joindre aux pizzas un bon de 5 EUROS de réduction pour vos prochains achats de préservatifs valable chez Speed-Parapharma. Toutefois veuillez éviter les pratiques susceptibles d'irriter les hémorroïdes de Mlle Denoix, pour lesquelles Speed-Parapharma se décharge de toute responsabilité. Bonsoir Monsieur et merci d¹avoir fait appel à Speed-Pizza.


Voici le conte le plus court que vous n'ayez jamais lu.
Il était une fois une jeune fille qui demanda à un garçon s'il voulait se marier avec elle.
Le garçon lui répondit 'Non !'.
Dès lors la jeune fille vécut toujours heureuse, sans laver, ni cuisiner, ni repasser pour personne, en sortant avec ses amies, en couchant avec celui qu'elle voulait, en travaillant et dépensant son argent comme elle le voulait. **FIN**
Le problème, c'est que depuis que nous sommes toutes petites, on ne nous a jamais raconté cette histoire. Et ils nous ont bien foutues dans la merde... avec ce putain de prince charmant !


Dans une ferme, un éleveur de vaches qui vient tout juste de se marier donne les instructions à sa jeune épouse avant de partir en ville pour la matinée:
- Alors, l'inséminateur va passer ce matin pour une des vaches. J'ai accroché un clou en face de la stalle de la vache à inséminer
La femme, qui est de la ville, et qui manque un peu de bon sens, trouve cela étrange, mais lui dit qu'elle a bien compris, et le mari quitte la ferme pour la ville.
L'inséminateur arrive plus tard, et la femme le conduit à l'étable, et dans l'étable, à la stalle avec le clou planté par le mari.
- C'est cette vache-là lui dit la femme.
- Et à quoi sert le clou? demande l'inséminateur.
- Je ne sais pas. Je suppose que c'est pour accrocher votre pantalon.


Au bord de l'eau, dans un petit village du sud de l'Inde un canot rentre au port.
Un américain qui est là, complimente le pêcheur tamoul sur la qualité de ses prises et lui demande combien de temps il lui a fallu pour les capturer.
- Pas très longtemps, répond l'indien tamoul.
- Mais alors, pourquoi n'êtes-vous pas resté en mer plus longtemps pour en attraper plus? demande l'Américain.
L'Indien répond que ces quelques poissons suffisent à assurer la subsistance de sa famille.
L'Américain demande alors :
- Mais que faites-vous le reste du temps?
- Je fais la grasse matinée, je pêche un peu, je joue avec mes enfants, je fais la sieste avec ma famille. Le soir, je vais au village voir mes amis ,nous buvons du thé au lait et nous chantons. J'ai une vie bien remplie.
L'Américain l'interrompt :
- J'ai un MBA de l'université de Harvard et je peux vous aider. Vous devriez commencer par pêcher plus longtemps .Avec les bénéfices dégagés, vous pourriez acheter un plus gros bateau. Avec l'argent que vous rapporterait ce bateau, vous pourriez en acheter un deuxième et ainsi de suite jusqu'à ce que vous possédiez une flotte de chalutiers. Au lieu de vendre votre poisson à un intermédiaire, vous pourriez négocier directement avec l'usine et même ouvrir votre propre usine. Vous pourriez alors quitter votre petit village pour Bombay, Los Angeles, puis peut-être New-York d'où vous dirigeriez toutes vos affaires.
- L'Indien demande alors : Et combien de temps cela prendrait-il ?
- 10 ou 20 ans, répond l'Américain.
- Et après?
- Après? C'est là que ça devient intéressant ,répond l'Américain en riant, quand le moment sera venu, vous pourrez introduire votre société en bourse et vous gagnerez des millions.
- Des millions? Mais après?
- Après?.......Vous pourrez prendre votre retraite, habiter dans un petit village côtier, faire la grasse matinée, jouer avec vos enfants, pêcher un peu, faire la sieste avec votre famille, et passer vos soirées à boire du thé au lait et à chanter avec vos amis ...


Un bon vieux Ch'ti-mi se promène dans sa campagne natale et remarque un jeune s'abreuvant à l'eau d'un ruisseau.
Il lui dit en patois :
- Bô pa ch't'iô là, min garchon, ché vaques, y z'on kié d'din ! ! !(Ne bois pas cette eau, mon garçon, les vaches ont chié dedans ! ! !)
Le jeune lui répond :
- Monsieur, parlez-moi en français s'il vous plaît, je suis un parisien, supporter du PSG et je ne comprends pas votre dialecte.
Alors le brave Nordiste lui réplique :
- Bois doucement......... elle est froide !


Ou les preuves que vous êtes alcoolique ...
01. vous n'avez pas le dessus en vous disputant avec des objets inanimés
02. vous vous accrochez a l'herbe pour ne pas tomber sur le sol
03. Travailler vous empêche de boire autant que vous le voulez.
04. une analyse sanguine a montré que votre alcool contenait des traces de sang.
05. Si vous êtes breton, votre carrière politique n'ira pas plus loin que sénateur.
06. la lunette des W.C. tombe régulièrement sur l'arrière de votre tête.
07. vous pensez sincèrement que l'alcool représente un type d'aliment comme les glucides, les lipides, les protides...
08. comme c'est bizarre : il y a 24 heures dans une journée, et tous les jours il vous faut un pack de 24 canettes
09. votre regret c'est : 2 mains... et seulement une bouche
10. le barman vous connaît tellement bien qu'il vous permet de le remplacer derrière le bar.
11. vous vous concentrez mieux en fermant un œil
12. le parking n'était pas au même endroit lorsque vous êtes arrivé.
13. chaque femme que vous rencontrez se ballade avec sa sœur jumelle.
14. en vous réveillant, vous trouvez Windows 95 installé sur votre ordinateur
15. vous demandez à votre femme: "Ou sont les enfants?". Mais vous n'avez pas d'enfants, et encore moins de femme. Vous êtes en train de parler à votre oreiller.
16. votre lit vous fait penser à un bateau sur une mer démontée
17. dans votre tête, lorsque vous fermez les yeux, vous rejouez la scène de la charge des hélicoptères dans Apocalypse Now.
18. vous appelez vos enfants Heineken et Kanterbrau.
19. Votre armoire de santé, c'est 50% Alka seltzer, 50% citrate de Betaïne
20. l'alcool un problème? Je bois, je suis bourre, je tombe. Où est le problème
21. le verre s'obstine à rater votre bouche
22. vous commencez à comprendre ce que dit Michel Rocard
23. ils ne veulent plus de vous au 'Don du Sang
24. les moustiques meurent d'overdose quand ils vous piquent
25. aux Alcooliques Anonymes, vous prenez la parole et ça donne "Bonjour, je. m'appelle... heu..."
26. Ah, vomir un bon coup, et la journée peut commencer...
28. Un troupeau d'éléphants rose a fait son nid dans un arbre de votre jardin
29. vous avez votre nom grave sur un tabouret du bar.


La distance standard entre 2 rails de chemin de fer aux US est de 4 pieds et 8,5 pouces.
C'est un chiffre particulièrement bizarre.
Pourquoi cet écartement a-t-il été retenu ?
Parce que les chemins de fer US ont été construits de la même façon qu'en Angleterre, par des ingénieurs anglais expatriés, qui ont pensé que c'était une bonne idée car ça permettait également d'utiliser des locomotives anglaises.
Pourquoi les anglais ont-ils construits les leurs comme cela ?
Parce que les premières lignes de chemin de fer furent construites par les mêmes ingénieurs qui construisirent les tramways, et que cet écartement était alors utilisé.
Pourquoi ont-ils utilisé cet écartement ?
Parce que les personnes qui construisaient les tramways étaient les mêmes qui construisaient les chariots et qu'ils ont utilisé les mêmes méthodes et les mêmes outils.
Okay, pourquoi les chariots utilisent un tel écartement ?
Et bien, parce que partout en Europe et en Angleterre les routes avaient déjà des ornières et un espacement différent aurait causé la rupture de l'essieu du chariot.
Donc, pourquoi ces routes présentaient elles des ornières ainsi espacées ?
Les premières grandes routes en Europe ont été construites par l'empire romain pour accélérer le déploiement des légions romaines.
Pourquoi les romains ont-ils retenu cette dimension ?
Parce que les premiers chariots étaient des chariots de guerre romains.
Ces chariots étaient tirés par deux chevaux.
Ces chevaux galopaient côte à côte et devaient être espacés suffisamment pour ne pas se gêner.
Afin d'assurer une meilleure stabilité du chariot, les roues ne devaient pas se trouver dans la continuité des empreintes de sabots laissées par les chevaux, et ne pas se trouver trop espacées pour ne pas causer d'accident lors du croisement de deux chariots.
Nous avons donc maintenant la réponse à notre question d'origine.
L'espacement des rails US (4 pieds et 8 pouces et demi) s'explique parce que 2000 ans auparavant, sur un autre continent, les chariots romains étaient construits en fonction de la dimension de l'arrière train des chevaux de guerre.
Et maintenant, la cerise sur le gâteau.
Il y a une extension intéressante de cette histoire concernant l'espacement des rails et l'arrière train des chevaux.
Quand nous regardons la navette spatiale américaine sur son pas de tir, nous pouvons remarquer les deux réservoirs additionnels attachés au réservoir principal.
La société THIOKOL fabrique ces réservoirs additionnels dans leur usine de l'UTAH.
Les ingénieurs qui les ont conçus auraient bien aimé les faire un peu plus larges, mais ces réservoirs devaient être expédiés par train jusqu'au site de lancement.
La ligne de chemin de fer entre l'usine et Cap Canaveral emprunte un tunnel sous les montagnes rocheuses.
Les réservoirs additionnels devaient pouvoir passer sous ce tunnel.
Le tunnel est légèrement plus large que la voie de chemin de fer, et la voie de chemin de fer est à peu près aussi large que les arrières train de deux chevaux.
Conclusion : une contrainte de conception du moyen de transport le plus avancé au monde est la largeur d'un cul de cheval.
Les spécifications et la bureaucratie vivront pour toujours.
Aussi, la prochaine fois que vous avez des spécifications entre les mains et que vous vous demandez quel cul de cheval les a inventées, vous vous serez peut être posé la bonne question.


On ne dit pas : la connerie mais l'idiote s'amuse.
On ne dit pas parasite assoiffé de sang originaire de l'Est, on dit rustique.
On ne dit pas arrête de boire Bruce, on dit des grizzlis.
On ne dit pas charmant drogué, on dit botox.
On ne dit pas ce n'est pas une plage de sable fin, on dit sénégalais.
On ne dit pas personne de père inconnu souffrant de constipation, on dit bâtard sans sel.
On ne dit pas avoir du tabac mâché au revers de sa chemise, on dit colchique.
On ne dit pas partager un grand bateau de frimeur, on dit coyote.
On ne dit pas parasite sanguinaire du massif central, on dit caustique.
On ne dit pas marée humaine d'abrutis, on dit flocon.
On ne dit pas: c'est là ma zone, mais c'est ici que j'habite!
On ne dit pas "mine de rien", mais gisement épuisé!
On ne dit pas "le massif central" mais le gros du milieu!


Juan arrive du Mexique à la frontière séparant le Mexique des Etats-Unis en bicyclette.
Il a un gros sac sur ses épaules.
Le douanier l'arrête et lui demande :
- Qu'est-ce que tu as dans ton sac ?
Il répond :
- Du sable.
Le douanier, incrédule, lui dit :
- On va voir ça... Descends du vélo.
Le douanier ouvre le sac et répand le sable qu'il contient sur le sol.
Il fouille dedans sans rien y trouver.
- C'est bon, lui dit-il.
Juan ramasse le sable du mieux qu'il peut et repart sur sa bicyclette.
Une semaine plus tard, la même chose se produit .
Le douanier demande à Juan :
- Qu'est-ce que tu as dans ton sac cette fois ?
Juan répond :
- Du sable.
Le douanier, qui n'est toujours pas convaincu, décide de détenir Juan pour la nuit et d'envoyer un échantillon du sable pour analyse.
Le lendemain, les résultats révèlent qu'il s'agit bien de sable.
Il laisse donc Juan repartir sur son vélo.
Le petit manège se poursuit tous les deux ou trois jours pendant les quelques années qui suivent.
A chaque fois, le douanier fouille le sac de sable.
Il envoie régulièrement des échantillons pour analyses de toutes sortes mais toujours sans rien trouver d'autre que du sable.
Finalement, quelques années plus tard, Juan arrête de traverser la frontière en bicyclette avec son sac de sable.
Un beau jour, alors qu'il est en retraite, le douanier prend ses vacances au Mexique et rencontre Juan dans un petit bar sur la plage.
- Hé ! je te reconnais, toi! Tu n'es pas le gars qui traversait la frontière en bicyclette avec un sac de sable ?
Juan reconnaît le douanier et lui répond :
- Oui, c'est moi.
- Qu'est-ce que tu deviens ? lui demande le douanier.
- Je me suis acheté ce petit bar et je vis tranquillement, répond Juan.
Le douanier se décide finalement à lui demander :
- Ecoute, je suis à la retraite et je n'ai plus aucun pouvoir. Je voudrais bien savoir une chose. Je n'ai jamais arrêté de penser à ça depuis que je t'ai vu la première fois. Juste entre toi et moi, tu faisais de la contrebande ?...
Juan esquisse un petit sourire et répond :
- Oui, et c'est comme ça que je me suis acheté ce bar.
Le douanier s'approche un peu et demande à voix plus basse :
- Et qu'est-ce que tu passais frauduleusement aux douanes ?
- Des bicyclettes.


C'est un gars qui découvre une nouvelle marque de préservatifs: les Préservatifs Olympiques.
Il en achète une boite, pensant impressionner sa femme avec le soir même.
De retour à la maison, il raconte la découverte qu'il vient de faire à la pharmacie et montre la boite à sa femme.
- Des capotes Olympiques ? lui dit-elle. Qu'est-ce qu'elles ont de si spécial ?
- Eh bien regarde, il y a trois couleurs, répond le mari. Or, Argent et Bronze...
- Et quelle est la couleur que tu vas porter ce soir ?
- Ben, euh c'est l'OR, bien sûr, répond le mari en bombant le torse.
- Pourquoi tu ne prendrais pas l'ARGENT plutôt ? Ça serait plutôt sympa si pour une fois tu finissais deuxième...


C'est un homme sur son lit de mort.
Toute la famille est à son chevet : sa femme et les quatre enfants.
Il y a 3 garçons beaux, grands, robustes, et le quatrième rachitique et moche comme un pou.
Le mourant se tourne vers sa femme et lui demande dans un soupir :
- Chérie, avant de mourir, jure moi que notre quatrième fils est bien de moi. Dis-moi la vérité, je veux le savoir avant de mourir. Je te pardonnerai de toute façon, mais je veux savoir !
Sa femme lui pose l'index sur les lèvres et le rassure :
- Bien sûr mon chéri qu'il est de toi. Je te le jure sur la tombe de ma mère !
Et l'homme s'éteint, heureux...
Alors sa femme, soulagée de ne pas avoir menti à un mourant, murmure entre ses dents :
- Heureusement qu'il ne m'a pas demandé s'il était le père des trois autres...


Y’a des affaires qu’on n’est pas capable d’expliquer…
Un paysan est dans un troquet en train de boire au beau milieu de la journée.
Un gars le voit et lui demande :
– Hé ! Pourquoi tu es là en train de te saouler par une belle journée comme aujourd’hui ?
– Y’a des affaires qu’on n’est pas capable d’expliquer…
– Qu’est-ce qui t’arrive de si grave ?
– Ben, tu vois, ce matin, j’étais dans l’étable en train de traire ma vache. A la fin, la vache a donné un coup avec sa patte gauche sur le seau et l’a renversé.
– Ça n’a pas l’air si grave que ça…
– Ouais, mais y’a des affaires qu’on n’est pas capable d’expliquer…
– Qu’est-ce qui s’est passé d’autre ?
Le paysan continue :
– Là, j’ai décidé d’attacher la patte gauche de la vache au poteau pour ne pas qu’elle recommence.
– Et puis ?
– Ben, je me suis rassis et j’ai recommencé à la traire. Quelques minutes plus tard, elle a donné un coup sur le seau avec sa patte droite.
– Encore ?
– Ben oui… Y’a des affaires qu’on n’est pas capable d’expliquer…
– Alors, qu’est-ce que t’as fait ?
– J’ai décidé d’attacher la patte droite sur l’autre poteau pour ne pas qu’elle recommence. Là, elle ne pouvait plus donner de coup de patte puisque les deux étaient attachées de chaque côté.
– Et ça a marché ?
– Ben, je me suis rassis et j’ai recommencé à la traire. Tout allait bien, jusqu’à ce que la maudite vache donne un coup de queue et renverse le seau encore une fois.
– Ouai, ça n’allait pas bien !
– Non monsieur. Y’a des affaires qu’on n’est pas capable d’expliquer…
– Alors qu’est-ce que t’as fait ensuite ?
– Ben là, je n’avais plus de corde proche, alors j’ai enlevé ma ceinture pour attacher sa queue sur un poteau pour ne pas qu’elle recommence.
Comme je venais de finir d’attacher la queue, mon pantalon est tombé.
– Et alors… ? ! ? !
– Ben, c’est à ce moment que ma femme est entrée dans l’étable… Y’a des affaires qu’on n’est pas capable d’expliquer…



Couverture sociale
Suite à une crise cardiaque un homme subit une chirurgie à cœur ouvert.
Il se réveille après l’opération et se trouve soigné par des religieuses dans un hôpital catholique.
Comme il retrouve ses esprits, une religieuse lui demande comment il allait payer ses soins.
Elle lui demande s’il a une assurance maladie.
Il répond d’une voix encore faible :
- « Pas d’assurance maladie. »
Elle lui demande :
- « Avez-vous de l’argent à la banque ? »
Il répond :
- « Pas d’argent à la banque. »
Elle poursuit :
- « Avez-vous un membre de votre famille qui peut vous aider ? »
Il dit :
- « Je n’ai qu’une sœur, vieille-fille, qui est religieuse dans un couvent. »
La sœur se fâche et lui dit :
- « Les religieuses ne sont pas des vieilles-filles, elles sont mariées à Dieu ! »
Et le patient lui répond :
- « Dans ce cas envoyez donc la facture à mon beau-frère. »


Une histoire d' écolier très courte ........
Le travail de maman
Dans une classe de 5ème, le professeur demande aux élèves de venir à tour de rôle devant le groupe pour expliquer le travail de leur mère.
Il y a toutes sortes de réponses typiques comme infirmière, vendeuse...
Mais Toto, étrangement silencieux dans le fond de la classe, semble éviter le regard du professeur.
Celui-ci ne se laisse pas berner et lui demande expressément de parler du métier de sa mère.
Après plusieurs secondes d'hésitation, Toto se lève, soupire ... et il explique :
- "Ma mère est danseuse érotique dans un cabaret. Elle enlève tous ses vêtements devant des hommes. Quelquefois, elle s'isole avec un monsieur dans une espèce de confessionnal, et elle se laisse faire toutes sortes de choses sexuelles pour de l'argent"…
Le professeur, complètement assommé par ces révélations, envoie sur le champ les autres élèves en récréation à l'extérieur, garde le petit David et lui demande :
- "Toto, est-ce que c'est bien vrai pour ta mère ?"
- "Non, m'sieur !... Elle travaille au Parti Socialiste, mais j'allais quand même pas dire ça devant tout l'monde !"


Le gros ventre
Le petit Nicolas regarde sa mère enceinte se dévêtir…
– Dis Maman, pourquoi t’as un gros ventre ?
– Ça, lui répond sa maman, c’est parce que papa m’a donné un petit bébé..
Il sort de la chambre et s’en va retrouver son père pour lui demander :
– Papa, c’est vrai que t’as donné un petit bébé à maman ?
– Oui, lui répond tendrement son jeune papa…
– Hé ! bien ! Elle l’a mangé !!!!!


Un Anniversaire mémorable
Je me suis réveillé ce jour et j’avais 50 ans.
Je ne me sentais pas très bien mais j’espérais que ma femme me souhaiterait joyeux anniversaire.
A ma déception, elle ne m’a même pas dit bonjour.
Au petit déjeuner mes enfants ne m’ont pas parlé.
Arrivé au bureau, ma secrétaire m’a dit :
- « Joyeux anniversaire !! ».
J’étais heureux car au moins elle s’était rappelée de moi, mais à ma grande tristesse, mes collègues ne s’étaient pas rappelés.
A midi, ma secrétaire m’a dit :
- « Pourquoi ne pas manger ensemble ? »
J’ai dit que c’était la plus belle chose qu’on m’avait proposé ce jour.
Nous sommes partis prendre des verres, et manger ensemble.
Sur le chemin du bureau, elle m’a dit pourquoi retourner au boulot si tôt un tel jour et me proposa de passer chez elle.
Arrivés chez elle, elle m’a offert un verre et m’a dit :
- « Ça ne te dérange pas que je me mette à l’aise ? »
J’ai répondu :
- « Quelle question ! »…
Dans ma tête je me disais que ce serait peut-être la dernière fois que j’aurais l’occasion de coucher avec une jeunette.
Elle rentra dans sa chambre et sortit avec un énorme gâteaux et derrière elle il y avait ma femme, mes enfants, mon patron et mes collègues …
…Et moi j’étais comme un con, à poil dans son salon !!!


Deux fous décident de dormir dans la rue.
- Tiens, on devrait se mettre contre cet arbre là
- Crois-moi, on sera bien plus à l’abri au milieu de la route !
Interloqué, le premier fini par se laisser convaincre, et ils s’installent donc au milieu de la route
Une voiture arrive à toute allure, les évite de justesse et va s’encastrer dans l’arbre
- Tu vois, je te l’avais dit…


Le « Ware »
Les Anglais sont très forts sur la terminologie du « ware », en informatique ils en mettent partout (shareware, hardware, freeware, netware, etc…)
Nous aussi en français dans nos termes informatiques nous pouvons largement les concurrencer :
– Serveur de réseau : Abreuvware
– Logiciel très compliqué : Assomware
– Procédure de sortie d’un logiciel : Aurevware
– Logiciel de nettoyage du disque dur : Baignware
– Réseau local d’une entreprise : Coulware
– Poubelle de Windows : Dépotware
– Logiciel lent à dormir : Dortware
– Logiciel filtrant les données inutiles : Egoutware
– Logiciel pour archivage longue durée : Embaumware
– Logiciel de compression de données : Entonware
– Logiciel de vote électronique : Isolware
– Logiciel seconde résidence pour riches : Manware
– Logiciel de copie : Mirware
– Logiciel antivirus : Mouchware
– Logiciel de préparation de discours : Oratware
– Logiciel pour documents en attente : Purgatware
– Logiciel d’observation : Promontware
– Logiciel de démonstration : Promouvware
– Salle informatique pas climatisée : Rotisware
– Logiciel de merde : Suppositware
– Logiciel de classement : Tirware
– réunion des directrices de l’informatique : Tupperware
– Et le meilleur …: logiciel de demande d’augmentation : Vatfervware.


Deux étudiants en médecine se promènent quand ils voient un vieil homme marcher avec les jambes écartées, les jambes raides il marche lentement.
L'un d'eux dit :
- "Je suis sûr que le pauvre homme a de l'arthrite. Ces personnes marchent comme ça."
L'autre étudiant dit :
- Non, je ne crois pas. Le vieil homme a sûrement de l'arthrose. Il marche lentement et ses jambes sont écartées, tout comme nous avons appris en cours.
En désaccord, ils décident donc d'interpeller le vieil homme.
S 'approchant de lui l' un des étudiants lui demande :
- Nous sommes étudiants en médecine et nous avons remarqué votre façon de marcher. Nous ne partageons pas le même diagnostic vous concernant ... Pourriez-vous nous dire de quoi vous souffrez ?
Le vieil homme répond :
- Je vais vous le dire, mais tout d'abord dites-moi ce que vous en pensez, puisque vous avez étudié la médecine.
Le premier dit :
- Je pense que vous faites de l'arthrite.
Le vieil homme répondit :
- Vous pensiez ça, mais, vous vous trompez.
Le second étudiant dit :
- Je pense que vous avez de l’arthrose.
Le vieil homme répondit :
- Vous avez pensé ça, mais, vous vous trompe.
- Eh bien, cher monsieur, quelle est donc votre pathologie ?
Le vieil homme dit :
- Eh bien, je pensais que c'était un petit pet, mais moi aussi je me suis trompé !!!!!
Comme disait ma chère grand-mère, à partir d'un certain âge, on n'est même plus maître de son c... !!!


La Marine américaine avait un excédent d’hommes et a offert un Programme d’incitation à la retraite.
La Marine a promis à tous les volontaires désirant prendre leur retraite une somme de 1,000$ pour chaque pouce mesuré en ligne droite entre deux points différents du corps.
Chaque militaire pouvait choisir quelles parties du corps il pouvait utiliser pour déterminer le montant de la prime.
Le premier candidat demanda que la distance entre le dessus de sa tête et le bout de ses orteils soit utilisée.
Comme il mesurait six pieds, il a obtenu une prime de 72.000 $.
Le deuxième candidat, un peu plus rusé, demanda d’être mesuré du bout de ses bras levés au-dessus de sa tête au bout de ses orteils.
Il obtint 96.000 $.
Le troisième candidat, un vieux sergent-major qui en avait vu plus d’une, demanda à être mesuré du bout de son pénis jusqu’à ses testicules !
On lui recommanda de reconsidérer la situation, soulignant les montants avantageux que les deux premiers candidats avaient reçus.
Mais le vieux soldat insista et on respecta son choix à condition que la mesure soit prise par un médecin militaire.
Le médecin militaire arriva et demanda au sergent-major de baisser son pantalon, ce qu’il fit.
Le médecin plaça le ruban à mesurer sur le bout du pénis du sergent-major et procéda vers l’arrière.
” Mon Dieu ! dit le médecin, mais où sont vos testicules ? “
” Au Vietnam ! “


Dans une société de services, cinq cannibales viennent d’être embauches en tant que programmeurs.
Lors de leur arrivée, le directeur leur dit :
- ” Vous pouvez travailler ici, gagner beaucoup d’argent et manger dans notre cantine. Mais laissez les autres collaborateurs tranquilles.
Les cannibales promettent de n’embêter personne….
4 semaines plus tard le directeur revient et leur dit :
- “ Vous travaillez très bien. Mais il nous manque une femme de ménage ; est-ce que vous savez ce qu’elle est devenue ? “
Les cannibales répondent tous par la négative et jurent n’avoir rien à voir avec cette histoire.
Dès que le directeur est parti, le chef des cannibales demande :
- “Quel est le con parmi vous qui a mangé la femme de ménage ?”
Le dernier au fond répond d’une petite voix :
- “C’est moi”
Le chef des cannibales :
-“Pauvre abruti !! Depuis 4 semaines on se nourrit que de chefs de service et de chefs de projet, afin que personne ne remarque rien, et toi il faut que tu bouffes la femme de ménage !!”


Du bon choco
Une petite fille s’approche de sa mère et dit :
« Maman donne-moi du chocolat ! »
La mère interloquée répond :
– Allons Sophie, qu’est-ce-qu’on dit ? S’il…
– S’il en reste encore ?


Harcèlement
Un homme vient déposer une plainte à la gendarmerie.
– Depuis des semaines, je n’arrête de recevoir des menaces par courrier !
– Ah ! Des lettres anonymes je suppose ?
– Pas du tout ! Elles sont toutes signées : EDF, Centre des Impôts, recouvrement de créances…


François et Marine sont perdus dans le désert.
Cela fait 2 jours qu’ils n’ont pas mangés.
Soudain ils aperçoivent une mosquée au loin…
- Nous sommes sauvés !
François :
- Mais non ! Nous ne sommes pas sauvés ! Qui dit mosquée dit musulmans ! Ils ne nous accepteront jamais ! Il faut faire semblant d’être musulman. À partir de maintenant je m’appelle Hakim. Et toi ?
Marine :
- Je ne vois pas pourquoi je devrais changer de nom. Je garde mon prénom et s’ils ne veulent pas de moi tant pis !
François :
- Tant pis pour toi mais tu ne viendras pas te plaindre quand je serai en train de me régaler et pas toi !
Les deux personnes arrivèrent dans la mosquée.
François :
- Salam ! Je suis Hakim et voici mon amie Marine. Nous nous sommes perdus…
L'homme de la mosquée :
- Mes pauvres… Vous avez l’air affamés. Nous allons vous servir à manger !
Une assiette remplie arriva pour Marine qui se régala.
François :
- Et moi ?
L’homme :
- Allons Hakim ! C’est le ramadan ! Tu devras attendre jusqu'à ce soir !


La femme d'un pasteur attendait un bébé pour bientôt...
Le pasteur, devant l'assemblée des fidèles, leur demanda une augmentation..
Après de longues discussions, ils adoptèrent la règle suivante :
Chaque fois que la famille du pasteur s'élargirait, ils augmenteraient son écot.
Au bout de 6 enfants, cette formule commençait à couter cher aussi l'assemblée décida de tenir une autre réunion pour rediscuter des augmentations de salaire.
Des débats très animés suivirent: combien d'autres enfants le pasteur pourrait-il encore avoir et combien cela finirait par couter ?
Après les avoir écoutés pendant près d'une heure, le pasteur se leva de sa chaise et dit :
- "Les enfants sont un don de Dieu, et nous en prendrons autant qu'il nous en donnera."
Le silence régna dans l'assemblée.
À l'arrière banc une vieille dame, ayant du mal à se tenir debout, se leva et dit de sa voix frêle :
- "La pluie aussi est un don de Dieu , mais quand nous en recevons trop, nous portons des " imperméables."
Toute l'assemblée répondit :
- "Amen !"


Le téléphone sonne juste au moment où un plombier part au restaurant avec sa fiancée.
- Bonsoir monsieur le plombier, ici le docteur Dupont, votre médecin.
- Bonsoir docteur, que puis-je faire pour vous ?
- Écoutez, mes toilettes sont bouchées, je n'arrive pas à les réparer. Venez chez moi tout de suite !
- Mais docteur, nous sommes vendredi soir, j'ai réservé une table au restaurant, j'y vais avec ma fiancée !
- Ecoutez ! Quand vous êtes malade et que vous m'appelez, vous ne demandez pas si je suis en train de partir avec ma femme au théâtre. Moi, je viens quand vous avez besoin de moi.
- Bien sûr docteur, je serai chez vous dans 10 minutes.
10 minutes passent et le plombier arrive en costume trois pièces gris.
Il se dirige directement vers les toilettes, jette deux pastilles blanches dans les WC et en les regardant mousser dit :
- Voilà , j'ai mis deux pastilles, je vous en laisse encore 6, mettez-en une toutes les 6 heures. Observez bien vos toilettes pendant le week-end et, si ça ne s'améliore pas, vous me rappelez lundi.


Le cadeau d’anniversaire
C’est un gars fortuné qui ne sait pas trop quel cadeau choisir pour l’anniversaire de sa belle-mère.
Finalement, en désespoir de cause, il opte pour l’achat d’une concession funéraire dans un cimetière huppé de la ville.
Mais un an plus tard, il ne lui achète rien et le reproche ne tarde pas à venir :
– Alors, on n’a plus de considération pour sa belle-mère ?
– C’est-à-dire… je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer que vous ne vous étiez pas servi de mon cadeau de l’année dernière, chère belle-maman !


Anniversaire
Trois frères, devenus adultes à présent, se réunirent.
Ils discutèrent à propos des cadeaux d’anniversaire qu’ils venaient d’offrir à leur vieille mère.
Le premier dit :
- « J’ai fait construire une grande maison pour notre mère… »
Le second dit :
- « Je lui ai offert une belle Mercedes avec chauffeur… »
Le troisième sourit et dit :
- « J’ai eu une bien meilleur idée que vous. Vous savez comme Maman aime lire la bible ? Et vous savez que sa vue a énormément baissé. Je lui ai donc envoyé un perroquet remarquable qui récite la bible en entier. Cela a pris aux aînés de l’église 12 ans pour lui l’enseigner. C’est un spécimen rare. Maman doit seulement dire le chapitre et le verset et le perroquet récite. »
Quelques jours plus tard, la mère envoya une lettre à ses fils pour les remercier.
- « André », elle écrivit à un de ses fils » La maison que tu m’as construite est si grande. Je vis que dans une pièce…mais je dois nettoyer toute la maison… »
- « Gérard », elle écrivit à un autre… » Je suis trop vieille pour voyager… Je reste la plupart du temps à la maison. J’utilise rarement la Mercedes… et le chauffeur est si grossier au volant… »
- « Mon cher Albert », écrivit-elle à son troisième fils… »Tu connais les goûts de ta maman… tu sais toujours exactement ce qui pourrait me faire plaisir…. Merci, le poulet était vraiment délicieux… »


Un homme se réveille mal en point à l'hôpital.
Le chirurgien entre dans la chambre et lui dit :
- Vous ne vous en souvenez peut-être pas mais vous êtes rescapé d'un terrible carambolage sur l'autoroute... Ne vous en faites pas, vous pourrez marcher, travailler et conduire à nouveau. Cependant, je dois vous dire que vous vous êtes fait couper le sexe

Le patient est paniqué et le docteur continue :
- Vos assurances prévoient une indemnité de 4.000 €. En tant que chirurgien, je peux vous poser un sexe neuf qui fonctionnera très bien. C'est 200 € du centimètre. Avec le montant des assurances, vous pouvez décider de la longueur. Mais attention, si vous

Le lendemain le médecin vient s'informer de la décision de la femme du patient.
Il trouve ce dernier plutôt abattu...
- Alors ? Qu'avez-vous décidé ?
- Avec 4.000 €, elle préfère refaire la cuisine.


Pour son anniversaire, un homme offre un téléphone mobile à sa femme blonde.
Pendant plusieurs heures, il tente vainement d'en expliquer le fonctionnement à son épouse.
Découragé, il demande finalement à sa femme de mettre le téléphone dans son sac à main et d'aller se promener.
Il lui recommande:
- Dès que ça sonne, tu appuies sur le petit bouton vert.
La blonde va donc faire des courses et, au moment où elle arrive à l'épicerie, le téléphone se met à sonner.
Immédiatement, elle presse le bouton vert.
Le mari s'exclame alors à l'autre bout de la ligne.
- Félicitations chérie, tu as réussi à répondre. Tu vois, ce n'est pas si compliqué.
Et la blonde, fière d'elle- même :
- Oui c'est facile. Mais comment tu as fait pour savoir que j'étais à l'épicerie ?


Au tribunal
La scène se passe dans le tribunal d’une petite ville de province dont je tairai le nom.
Le procureur appelle son premier témoin à la barre, une grand-mère très âgée.
Il s’approche d’elle et lui demande :
– Mme Jeanne, me connaissez-vous ?
Elle répond :
– Oh ! Oui je vous connais Me Van der Bruck. Je vous connais depuis votre enfance et sincèrement vous me décevez beaucoup. Vous êtes un grand menteur, vous trompez votre femme, vous manipulez les gens et vous êtes un médisant et un calomniateur. Vous pensez être « un as du barreau » alors que vous ne pouvez réaliser que vous n’êtes qu’une mauviette et que vous ne voyez pas plus loin que le bout de votre nez. Oh ! Oui je vous connais.
L’avocat surpris, ne sachant que faire, pointe l’autre avocat du doigt et demande :
– Mme Jeanne connaissez-vous l’avocat de la défense ?
Elle répond :
– Bien sûr que le connais. Je connais Me Richard depuis qu’il est tout jeune. Il est paresseux, obèse et il est alcoolique. Il ne peut pas avoir de relation normale avec quiconque et il est l’un des pires avocats de toute la ville. Non seulement il a trompé sa femme avec 3 femmes différentes et l’une d’entre elles est votre femme. Oh ! Oui je le connais.
L’avocat de la défense est au bord de l’évanouissement.
A ce moment de l’audience, le juge demande aux deux avocats d’approcher de la barre, et avec un voix très calme leur dit :
– Si l’un d’entre vous demande à cette vieille si elle me connaît je vous envoie tous deux pourrir en prison pour complot.



Bonne lecture, bons sourires et bonne journée.
Jacques.


_________________
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).





Décor "simpliste" sur lequel nous avions rejoué, à une dizaine de joueurs, la Bataille d'Eylau en 1807.
avatar
Jacknap1948
Administrateur
Administrateur

Messages : 13753
Date d'inscription : 28/03/2011
Age : 70
Localisation : 93 + 83 + 22
Humeur : Généralement bonne.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum