GermanKits
Bienvenue sur GermanKits !



Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

GermanKits
Bienvenue sur GermanKits !

GermanKits
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -54%
PHILIPS HI5910/99 Centrale Vapeur – effet ...
Voir le deal
59.99 €

496 ° - 25

Aller en bas

496 ° - 25 Empty 496 ° - 25

Message par Jacknap1948 Dim 18 Avr 2021 - 17:50

Salut à Tous.
Voici donc une nouvelle petite série de blagues.


Un homme va voir son docteur pour lui demander conseil:
- Docteur, ma femme ne veut plus faire l’amour depuis plus de 7 mois!
- Je vois, demandez-lui de venir me voir.
La femme rencontre le docteur et ce dernier lui demande pourquoi elle ne veut plus faire l’amour avec son mari.
La femme répond:
- Depuis 7 mois, je prends le taxi chaque matin pour aller au travail. Je ne fais pas beaucoup d’argent, alors le chauffeur de taxi me demande toujours: « Alors, vous allez me payer aujourd’hui ou quoi? » Et comme je n’ai pas assez d’argent, je lui donne toujours le « ou quoi », vous voyez ce que je veux dire…
- Ah bon !
- Ce petit jeu me fait arriver en retard au travail, alors mon patron me demande: « Voulez-vous que je coupe votre salaire ou quoi? » Et oui, je donne encore un « ou quoi »…
- Et alors ?
- Lorsque je reviens du travail, je prends encore un taxi et le chauffeur me demande: « Allez-vous me payer cette fois-ci ou quoi? » Encore un « ou quoi ».
- Ah oui !
- Vous voyez, alors, quand j’arrive à la maison je suis tellement épuisée que je ne veux plus faire l’amour avec mon mari…
Le docteur:
- Je comprends. Maintenant, allons-nous le dire à votre mari ou quoi ?


Un vieux prêtre prend son bain, il appelle Sœur Nathalie, la petite nouvelle, pour l’aider.
Après le bain, la Mère Supérieure va demander à la nonne :
– Tout s’est bien passé?
– Oh, ma Mère! J’ai été sauvée!
– Sauvée? Par quel miracle?
– Et bien, lorsque le Père Joseph était dans le bain, il m’a demandé de le laver et il a guidé ma main entre ses jambes en disant « C’est là que le Seigneur garde la clé du paradis ».
Énervée, la Mère répond :
– Il a fait ça!
– Oui et il a dit que si sa clé fonctionnait avec ma serrure, les portes des cieux me seraient ouvertes et je serais sauvée. Ensuite, il a mis sa clé dans ma serrure.
– Ah oui, et?
– Au début, ça faisait mal, mais il m’a dit : « le chemin de la rédemption est rempli de douleur, mais la gloire de Dieu emplirait bientôt mon cœur avec extase. » Et c’est ce qui est arrivé, je suis sauvée!
– Le vieil escroc! Il m’avait pourtant dit que c’était la trompette de l’ange Gabriel et ça fait 30 ans que je souffle dedans!


C’est Raymond, un camionneur qui s’en va à Lyon.
Il voyage à bord de son gros camion chante tout haut:
– Je m’appelle Raymond, je m’en vais à Lyon, avec mon gros camion… Je m’appelle Raymond, je m’en vais à Lyon, avec mon gros camion…
Il regarde sur le côté de la route et voir une none qui fait du pouce.
Elle est vraiment sexy pour une none et bien vite, il se met à imaginer toutes sortes de scénarios…
Il s’arrête et comme elle va à Lyon elle aussi, il l’embarque dans le camion.
Il se remet à chanter:
– Je m’appelle Raymond, je m’en vais à Lyon, avec mon gros camion… Je m’appelle Raymond, je m’en vais à Lyon, avec mon gros camion…
Il s’arrête soudainement et dit à la none:
-Bon, on se fait une petite baise ou quoi ?
-Oh mais non, vous savez bien que je dois rester vierge. Il faut respecter la tradition.
Il se remet à chanter en réfléchissant à tout ça puis soudain, il a une idée…
– Allez madame, une petite vite par en-arrière et vous garderez votre virginité !
La none réfléchit quelques instants et finit par accepter. Elle lui dit, avec un étrange sourire:
– D’accord, allons-y mon gros cochon.
Raymond arrête le camion et la none se penche pour qu’il puisse faire son truc.
Ensuite, ils repartent et le chauffeur recommence:
– Je m’appelle Raymond, je m’en vais à Lyon, avec mon gros camion… Je m’appelle Raymond, je m’en vais à Lyon, avec mon gros camion…
La none se met aussi à chanter:
– Je m’appelle Roger, je m’en vais à une soirée, je suis déguisé!


Une femme rentre chez elle et dit à son mari:
- "Il faut renvoyer le chauffeur, ça fait deux fois qu'il manque de me tuer!"
- "Laisse-lui encore une chance..."!!!


Le petit Paul joue au train électrique sur le tapis du salon pendant que sa maman vaque à son repassage...
La maman entend :
- "Gare d'Hendaye...Gare de racailles ... 2min d'arrêt..."
La maman :
- "Paul s'il te plaît surveille ton langage, sinon je t'envoie dans ta chambre..."
Le petit Paul continue à jouer...
"Gare de Pau... gare de salauds... 2min d'arrêt..."
La maman :
- "Paul cesse d'être grossier sinon tu vas dans ta chambre..."
Quelques minutes passent et le petit Paul :
- " Gare d'Avignon ... gare des cons... 3min d'arrêt..."
Le petit Paul n'a pas le temps de finir sa phrase, il prend une paire de gifles, sa maman l'envoie dans sa chambre.
Le petit Paul pleure, hurle, trépigne rien n'y fait...
Le temps passe, la maman termine son repassage, tout en pensant qu'elle a peut-être été un peu sévère avec Paul.
Elle finit par aller le rechercher, et le petit Paul peut reprendre son jeu...
Le petit Paul recommence à jouer et après quelques minutes la maman entend :
- "Gare Montparnasse ... deux heures de retard à cause d'une connasse..."


Deux copines attendent aux portes du paradis après leur mort.
La première demande à l'autre :
- Comment es-tu morte ?
- Je suis morte gelée.
- Ah, c'est horrible! Comment c'est de mourir gelée ?
- Tu trembles, tu as mal aux doigts et aux orteils. Mais après un certain temps, tu deviens très calme comme si tu t'endormais...
- Et toi, comment es-tu morte ?
- Ah moi, j'ai eu une crise cardiaque. Je soupçonnais mon mari de me tromper, alors un jour j'ai décidé d'en avoir le cœur net.
Je suis rentrée à La maison en plein après-midi et j'ai trouvé mon mari en train de regarder la télé...
J'ai couru dans la chambre à coucher et je n'ai trouvé personne, puis au sous-sol à toute vitesse, personne ne s'y cachait non plus.
Je suis montée au deuxième étage à toute allure, mais encore personne.
Je suis finalement montée en trombe au grenier, et avant même d'y parvenir, j'ai fait une crise cardiaque et je suis morte.
La deuxième dit alors :
- Quel malheur ! Si seulement tu avais vérifié dans le réfrigérateur, nous serions toutes les deux vivantes !


Yantot va chez le barbier pour se faire raser.
Le patron étant déjà occupé avec un client, il demande à l'apprenti de s'occuper de lui.
Celui-ci commence à raser Yantot, mais voilà qu'il lui fait une petite estafilade sous le menton.
Le patron s'en aperçoit, et en colère crie après l'apprenti, lui lance un blaireau qui vient s'écraser contre le front de Yantot.
L'apprenti, tremblant de peur continue à raser Yantot, mais voilà qu'il lui fait une petite entaille sur la joue.
Alors, le patron fou de rage lui lance les ciseaux, mais comme l'apprenti esquive, c'est Yantot qui prend les ciseaux sur le front.
L'apprenti continue en tremblant, terrorisé, à raser Yantot, mais voilà qu'il lui sectionne une oreille.
Alors Yantot lui souffle discrètement:
- "Mets vite le pied dessus avant que le patron la voie !


Vers la fin de la messe du dimanche, le prêtre demande :
- Combien d'entre vous ont pardonné à leurs ennemis ?
80 % des gens lèvent la main.
Le curé répète sa question.
Tous lèvent la main cette fois-ci, sauf un vieillard, un golfeur passionné qui s'appelle Jean.
Il assiste à la messe seulement quand la météo est mauvaise.
- Jean, puisqu'il ne fait pas assez beau pour jouer au golf, je vous souhaite la bienvenue dans notre église. Vous ne voulez donc pas pardonner à vos ennemis ?
- Je n'ai aucun ennemi, répond-il tranquillement.
- Jean, ceci est très inhabituel.
- Quel âge avez-vous ?
- 99 ans et 11 mois.
Toute la foule se lève et l'applaudit.
- Monsieur Jean, c'est merveilleux, pourriez-vous, s'il vous plaît, venir devant l'autel, et nous dire comment une personne peut vivre 99 ans et 11 mois et n'avoir aucun ennemi ?
Le vieux Jean marche le long de l'allée et vient dire au micro avec un petit sourire sur les lèvres.
- Ils sont tous morts, ces enc.... !


La création de l’homme
Un jour, dans le jardin d’Eden, Ève appelle Dieu :
– Seigneur, j’ai un problème !
– Quel est ton problème, Ève ? répond Dieu.
– Seigneur, je sais que Tu m’as créée et m’as donné ce magnifique jardin et tous ces merveilleux animaux et ce serpent carrément marrant, mais voilà, je ne suis pas heureuse.
– Qu’y a-t-il Ève ? fut la réponse du ciel.
– Seigneur, je me sens seule, et j’en ai ras le bol des pommes, elles me rendent malade.
– Bon, Ève, dans ces conditions, je vais te créer un homme.
– Un homme, Seigneur ? C’est quoi ça ?
– Eh bien c’est une créature légèrement défectueuse avec pas mal de bugs : il ment, il triche, il est vaniteux. En gros, il va te donner un sacré boulot. Mais… Il est plus grand, il court plus vite, il aime chasser et tuer des tas de choses. Il aura l’air un peu con quand il sera satisfait, mais puisque tu t’es plainte, je vais le créer de telle façon qu’il comble tes besoins physiques. Je te préviens qu’il n’aura pas beaucoup d’esprit et appréciera plutôt des choses puériles comme se battre ou donner des coups de pieds dans une baballe. Bref il ne sera pas très intelligent, aussi il aura besoin de tes conseils pour penser correctement.
– Ca m’a l’air pas mal, dit Ève, le sourcil un peu ironique. Où est le truc, Seigneur ?
– Eh bien… Tu peux l’avoir, mais à une seule condition.
– Laquelle Seigneur ?
– Comme je le disais, il sera fier, arrogant et narcissique. Aussi tu devras lui laisser croire que je l’ai créé en premier… Rappelle-toi, ce sera notre petit secret, entre femmes !


La limitation de l’activité sexuelle
Deux jeunes époux qui en étaient au dixième jour de leur lune de miel se trouvèrent obligés de consulter le médecin en raison d’un état d’épuisement extrême.
Le docteur, après les avoir examinés tous les deux, et pris connaissance de leurs pratiques sexuelles ne tarda pas à comprendre la raison de leur fatigue :
– Ce qui vous arrive n’est pas rare, pour des jeunes mariés. Les premières semaines après le mariage sont une période pendant laquelle les organismes doivent suivre le rythme des pulsions amoureuses… Ce n’est pas simple. Tout ce dont vous avez besoin l’un est l’autre, c’est du repos. Je veux que pour le mois qui vient, vous limitiez votre activité sexuelle aux jours de la semaine qui contiennent un R, c’est à dire le Mardi, le Mercredi et le Vendredi.
La consultation avait lieu un vendredi soir.
Pas de problème à signaler pendant la nuit qui fut une nouvelle fois prétexte à toutes sortes de folies érotiques.
La nuit du jour suivant, le samedi, était la première nuit qui devait se dérouler platoniquement.
Le jeune marié en profita pour s’endormir comme une masse, alors que son épouse ne parvenait pas à trouver le sommeil tant elle avait encore soif d’amour.
Elle passa la nuit à donner des coups de coudes, à se tourner et à se retourner dans le lit nuptial sans pouvoir réveiller son amant tout fourbu.
Vint enfin la lumière du jour, et les premiers mots du mari qui, bredouillant, demanda :
– On est quel jour, chérie ?
Sa femme lui lança alors un regard de braise et dit :
– Dimanche.


La vieille qui a ce qu’il vous faut
C’est une petite vieille qui monte dans un bus archibondé et qui vient se placer debout devant une jeune fille.
Portant la main à sa poitrine, elle lui dit d’une voix tressautant :
– Jeune fille, si vous saviez ce que j’ai, vous me laisseriez votre place !
Et aussitôt, la jeune fille se lève et cède sa place à la vieille dame.
Comme il fait très très chaud dans ce bus archibondé (on est en pleine canicule estivale), la jeune fille qui vient de céder sa place sort de son sac un petit ventilateur personnel.
De son fauteuil, la vieille la regarde et lui dit :
– Jeune fille, si vous saviez ce que j’ai, vous me laisseriez votre ventilateur aussi !
Et la jeune fille conciliante cède son petit ventilo à la vieille dame.
Dix minutes plus tard, la vieille femme se lève, rend le ventilo à la jeune fille, s’approche tant bien que mal du chauffeur du bus et lui dit :
– Arrêtez-moi là, c’est ici que je descends !
Le chauffeur lui répond qu’elle devra attendre le prochain arrêt de bus pour descendre, et tout de suite la vieille refait son numéro ; la main sur la poitrine elle lui dit :
– Si vous saviez ce que j’ai, vous me laisseriez descendre ici sans poser de question !
Et le chauffeur, conciliant lui aussi, arrête le bus et lui ouvre la porte.
Comme elle descend du bus, il lui demande tout de même :
– Pardon madame d’être indiscret, mais, qu’avez-vous exactement ?
Alors la vieille se retourne vers lui et le regarde avec un petit sourire en disant :
– Du culot !


La mauvaise démonstration
Une maman rentre à la maison un soir et retrouve une lettre :
« Maman chérie,
Je suis désolée de devoir te dire que j’ai quitté la maison pour aller vivre avec mon copain. Il est l’amour de ma vie. Tu devrais le voir, il est tellement mignon avec tous ses tatous, son piercing et sa super moto.
Mais ce n’est pas tout ma petite maman chérie. Je suis enfin enceinte et Abdul dit que nous aurons une vie superbe dans sa caravane en plein milieu des bois. Il veut beaucoup d’enfants avec moi, c’est mon rêve aussi.
Je me suis enfin rendu compte que la marijuana est bonne pour la santé et soulage les maux. Nous allons donc en cultiver et en donner à nos copains lorsqu’ils seront à court d’héroïne et de cocaïne pour qu’ils ne souffrent pas.
Entre-temps, j’espère que la science trouvera un remède contre le sida pour qu’Abdoul aille mieux. Il le mérite vraiment tu sais.
Ne te fais pas de soucis pour moi maman, j’ai déjà 15 ans, je peux faire attention à moi toute seule… et l’expérience qui me manque, Abdoul peut la compenser avec ses 44 ans.
J’espère pouvoir te rendre visite très bientôt pour que tu puisses faire la connaissance de tes petits enfants. Mais d’abord je vais avec Abdul chez ses parents en caravane pour que nous puissions nous marier. Comme ça ce sera plus facile pour lui, pour son permis de séjour.
Ta fille qui t’aime.
PS : Je te raconte des idioties maman. Je suis chez les voisins ! Je voulais juste te dire qu’il y a des choses bien pires dans la vie que le bulletin scolaire que tu trouveras sur ta table de nuit… »

Et voici la réponse du père :
« J’ai donné ta lettre à ta mère. Elle a fait immédiatement un infarctus et nous avons dû l’hospitaliser. Les médicaments la maintiennent en vie.
Lorsque j’ai expliqué à nos avocats ce qui s’était passé, ils m’ont recommandé de te répudier. Aussi tu n’es plus notre fille et nous t’avons retirée de nos testaments.
Nous avons mis à la poubelle toutes tes affaires et utilisons ta chambre comme débarras. Nous avons aussi changé la serrure de la porte, il te faudra trouver un logement, mais n’essaie pas d’utiliser notre carte de crédit car nous l’avons annulée, ainsi que fermé ton compte bancaire (l’argent qu’il y avait dessus nous allons l’utiliser pour le traitement de ta mère).
N’essaie pas de nous appeler pour demander de l’argent, nous avons de toute façon résilié ton contrat de téléphone mobile.
Les jouets que tu gardais, tes instruments de musique, ta collection de CD et de photos, nous les avons vendus au voisin (celui dont tu disais qu’il te regardait par la fenêtre quand tu t’habillais).
Ah ! bien sûr il te faudra trouver du travail, puisque nous n’allons plus payer pour toi ni tes études ni tes cours de musique.
Si tu ne peux trouver ni logement ni travail, je te conseille d’aller voir Paulo. C’est quelqu’un que j’ai connu dans l’armée, je ne sais pas bien ce qu’il fait… mais je lui ai envoyé une photo de toi et il m’a dit qu’une fille comme toi n’aurait aucun mal à vivre dans certains pays du Maghreb qu’il connait bien, et qu’il pourrait t’aider.
Enfin j’espère que tu seras très heureuse dans ta nouvelle vie.
L’homme que tu appelais Papa

PS : Ma chérie c’est une blague ! Je regarde la télé avec ta mère, qui se porte très bien. Je voulais juste te montrer qu’il y a des choses plus graves que de passer les 8 prochaines semaines sans sortir, et sans regarder la télé pour le mauvais bulletin, et pour la petite blague. »


Un taxi débutant
Un passager dans un taxi se penche vers l’avant pour pouvoir poser une question au chauffeur et lui touche l’épaule doucement pour attirer son attention.
Le chauffeur lâche un cri, perd le contrôle du véhicule, évite un autobus de justesse, monte sur le trottoir et s’arrête à quelques centimètres de la vitrine d’un magasin !
Pendant quelques instants c’est le silence et le chauffeur déclare, d’une voix tremblante :
- Je regrette, mais vous m’avez vraiment fait peur !
Le passager s’excuse en disant qu’il ne pensait pas qu’un simple touché sur l’épaule pourrait l’apeurer autant.
Le chauffeur répond :
- Ne vous excusez pas, c’est entièrement de ma faute. C’est ma première journée de conduite de taxi. Ces 25 dernières années, je conduisais un corbillard…


L’âne et le cheval
Un âne et un cheval broutent de l’herbe dans un pré.
Le cheval dit à l’âne :
- J’en ai marre de brouter, viens chez moi, je t’offre un coup à boire.
L’âne acquiesce et ils se rendent tous les deux chez le cheval. Arrivé chez ce dernier, l’âne remarque une multitude de trophées sur des étagères ainsi qu’un tableau représentant un cheval et un jockey brandissant une coupe.
L’âne demande au cheval :
- C’est toi sur le tableau ?
Le cheval répond :
- Oui, c’est quand j’ai remporté le grand prix d’Amérique il y a quelques années.
Impressionné, l’âne demande :
- Et toutes ces coupes ?
Le cheval répond fièrement :
- Ce sont les nombreux prix que j’ai remporté durant ma carrière.
L’après-midi passe, et en partant l’âne propose au cheval de venir chez lui le lendemain, ce que le cheval accepte.
Le lendemain, l’âne cherche dans toutes les brocantes de la ville des coupes ou tableaux, histoire de se faire un peu mousser auprès de son ami le cheval.
Mais il ne trouve rien, excepté un tableau de zèbre qu’il achète sur le champs.
Une fois chez lui, il accroche le tableau dans l’entrée, bien en vue, pour que le cheval ne puisse pas le rater.
Le cheval tape à la porte.
L’âne l’accueille :
- Entre mon ami ! bienvenu chez moi.
Évidemment, le cheval ne peut que remarquer cet immense toile de zèbre qui trône au milieu de l’entrée, et interpelle l’âne :
- Oh l’âne, ne me dit pas que c’est toi sur le tableau !
Et l’âne répond :
- Bien sûr que c’est moi, lorsque je jouais à la Juventus de Turin…


Le lord désabusé
Un jeune homme cherchant un emploi de jardinier a rendez-vous chez son (peut-être) futur employeur, un lord anglais.
Le lord lui propose de se promener dans sa propriété avec lui, pendant qu’il lui posera des questions. Au bout de quelques minutes de marche, ils arrivent sur un green.
- Oh, vous jouez au golf ?
- How, j’ai juste essayé une fois et j’ai arrêté, c’était trop fatigant.
Un peu plus loin, le jeune homme voit un court de tennis.
Vous êtes tennisman ?
- Oh non, no, j’ai essayé le tennis une fois, mais ça ne m’a pas plu, c’est fatigant.
Encore un peu plus loin, il voit une piscine.
- Vous nagez ?
- How très peu, j’ai essayé une fois, mais ça m’a fatigué…
Ils arrivent enfin à la grande maison et un autre homme se tient sur le perron.
Le lord et le jeune homme vont à sa rencontre et le lord dit :
- Voici mon fils, Stanley.
Le jeune homme lui sert la main et dit :
- Enchanté !… Fils unique, je suppose ?


Un jeune homme entre chez le boucher et lui dit :
– Bonjour Monsieur, je voudrais la main de votre fille.
Le boucher répond :
– D’accord, avec ou sans os ?


Dans un camping, 3 potes dorment dans une même tente.
Au petit matin, ils discutent :
– J’ai rêvé qu’on me caressait le zizi.
– Moi aussi j’ai rêvé de ça !
Le dernier gars, qui a dormi au milieu, dit :
– J’ai rêvé que je faisais du ski de fond…


C’est l’histoire d’un vieux couple marié depuis 25 ans.
Chaque fois qu’ils font l’amour, l’homme demande à le faire dans le noir.
La femme accepte, puis un soir, allume la lumière et s’aperçoit que son mari utilise un sextoy.
– Salaud, dire que ça fait depuis 25 ans que tu me fais croire que c’est toi qui me fais l’amour !
– Écoute, je veux bien t’expliquer pour le sextoy, mais toi, faut que tu m’expliques pour les enfants !


Au-delà des limites…
– Salut, poupée ! dit un lycéen à une adolescente. Je voudrais t’offrir un verre.
– D’accord, dit la jeune fille qui le suit dans un bar.
Quand ils ont bu un coca, le garçon s’écrie :
– Je voudrais que tu m’accompagnes dans ma chambre.
– D’accord, répond la fille, qui lui emboîte le pas.
Une fois arrivé chez lui, le lycéen lui dit :
– Je voudrais que tu te couches dans mon lit.
– D’accord, répond la jeune fille qui jette tous ses vêtements à terre et va se glisser sous les draps.
Le lycéen l’imite. Cinq minutes passent. Dix minutes passent…
– Et maintenant, demande la fille, étonnée et impatiente, qu’est-ce que tu attends ?
– Je ne sais pas, avoue le garçon. Je n’ai jamais pu aller plus loin que le Coca-Cola sans recevoir une paire de claques


L’honnêteté amicale
Deux couples d’amis jouent aux cartes. Jeff fait tomber des cartes par terre et, en se baissant pour les ramasser sous la table.
Il s’aperçoit que la copine de Dave, Jessica, n’a pas de culotte.
Surpris, il se cogne la tête et ressort tout rouge.
Plus tard, quand il va à la cuisine pour des rafraîchissements, Jessica le suit et demande :
– As-tu vu quelque chose qui te plaisait sous la table ?
– Oui, ça m’a plu, dit-il.
Elle fait un clin d’œil, sourit, et dit :
– Tu peux l’avoir pour 100 euros.
Après une ou deux minutes, Jeff dit qu’il est intéressé.
Elle dit que puisque Dave travaille les vendredis après-midi et pas Jeff, qu’il vienne chez elle vendredi vers 14h00.
Ce qu’il fait.
Après que Jeff ait payé les 100 euros, ils vont dans la chambre et font l’amour dans toutes les positions pendant 2 heures, puis Jeff s’en va.
Dave rentre vers 18h00 et demande :
– Est-ce que Jeff est venu cet après-midi ?
Choquée, Jessica répond :
– Oui, il est venu quelques minutes.
– Et est-ce qu’il t’a donné 100 euros ?
Elle pense : « Zut ! il est au courant. »
À regret, elle dit :
– Oui, il m’a donné 100 euros.
– Très bien, dit Dave. Jeff est passé à mon bureau ce matin et m’a emprunté 100 euros et il a dit qu’il passerait chez nous pour me les rendre. C’est super d’avoir des amis honnêtes.


Le curé et la sexualité
Un curé affecté au Monastère des cigales, traverse une épaisse forêt, sa petite valise à la main.
Tout en parcourant son chemin, il entend des soupirs derrière un buisson.
Il se penche et voit un homme et une femme en pleine action.
Il fait un signe de croix et dit :
– Mon dieu accorde leur ton pardon, ils sont fous, ils ne savent pas ce qu’ils font.
Il continue ainsi son chemin.
Deux kilomètres plus loin, il entend de nouveau des soupirs derrière un buisson.
Il se penche et aperçoit deux hommes en pleine action.
Il fait de nouveau un signe de croix et dit :
– Mon dieu, accorde leur ton pardon, ils sont fous, ils ne savent pas ce qu’ils font.
Et il continue son chemin.
Un kilomètre plus loin, il entend de nouveau des soupirs derrière un buisson.
Il se penche et aperçoit deux lesbiennes en pleine action.
Il fait de nouveau un signe de croix et dit :
– Mon dieu, accorde leur ton pardon, elles sont folles, elles ne savent pas ce qu’elles font.
Et il continue son chemin.
Enfin il arrive au monastère et il est accueilli par le père supérieur qui lui dit :
– Bienvenue mon fils, avez-vous fait bon voyage ?
– Oui mon père, mais mouvementé…
– Comment cela ?
– Ben, tout en marchand, j’ai entendu des soupirs derrière un buisson, et j’ai vu Lui et Elle, un peu plus loin, j’ai vu Lui et Lui, ensuite j’ai vu Elle et Elle…
Le père supérieur, lui tape sur l’épaule pour le rassurer et dit :
– Si vous étiez arrivé dix minutes plutôt, vous auriez vu Moi et Moi…


Le père d'un citoyen belge exilé en Australie vient de mourir.
Malheureusement, des obligations sur ce continent vont l'empêcher de prendre l'avion pour assister aux obsèques (sa femme est à l'hôpital).
Alors il appelle son frère cadet en Belgique, et il lui dit :
- Ecoute, fais quelque chose de bien pour papa de ma part. Je te laisse choisir. Tu n'auras qu'à m'envoyer la facture.
Un mois plus tard, il reçoit une facture de 1.000 francs, provenant d'un tailleur bruxellois.
Il paie cette facture.
Le mois suivant, il reçoit à nouveau une facture de 1.000 francs qu'il ne paie pas, pensant qu'il s'agit d'une erreur.
Mais les mois suivants, de nouvelles factures de 1.000 francs, ainsi que des rappels pour les factures précédentes non payées arrivent...
A ce moment, l'Australien passe un coup de fil à son frère cadet et il lui demande :
- Dis-moi, qu'est-ce que tu as fait quand je t'ai demandé de faire quelque chose pour papa lors de ses obsèques ? Je n'arrête pas de recevoir des factures d'un tailleur !
Et le frérot répond :
- Ben tu m'avais dit de trouver quelque chose de bien pour papa, et tu sais comme ça lui plaisait de toujours être bien habillé... Alors je lui ai loué un smoking.


Un belge en discothèque
Un français et un belge sont dans une discothèque et aperçoivent deux superbes créatures.
Le français dit alors :
F> On va les draguer !
B> Moi j'veux bien (une fois), mais je suis très très timide et je ne sais vraiment pas quoi faire pour emballer une fille...
F> Bon, OK ! Laisse-moi faire... Tu regardes comment je fais et tu fais pareil.
Le français s'approcha alors de la plus belle des 2 filles (normal !) et dit:
F> Salut, choisissez un chiffre entre 1 et 9 !
- Je n'sais pas moi, 5
F> Bravo, vous venez de gagner le droit de danser avec moi toute la soirée !
Le belge, voyant son copain avec la 1ère fille, se décide à aborder l'autre fille et dit :
B> Salut, choisissez un chiffre entre 1 et 9 !
- ben... 8
B> Ah, dommage, c'est perdu !


Un touriste en train de faire une randonnée en montagne croise un troupeau de moutons avec son berger.
Ils discutent de tout et de rien et sur la proposition du touriste en viennent à faire un pari :
Le touriste parie qu'il peut donner en moins de 10 secondes le nombres exact de moutons que contient le troupeau.
Le berger tient le pari en promettant au touriste de lui laisser un mouton s'il gagne le pari.
Le touriste lance ;
- Il y en a 847 !
- Incroyable répond le berger, c'est tout à fait ça. Je m'incline, vous pouvez choisir votre mouton.
Le touriste met son mouton sur les épaules et s'apprête à partir lorsque le berger le hèle :
- Attendez ! Je vous propose un "Quitte ou double", si je devine votre nationalité, vous me rendez mon mouton, sinon, vous partirez avec 2 moutons...
- Hé hé TENU, répond le touriste.
- Vous êtes belge ! Lui sort le berger.
- Ca alors, comment avez-vous fait ? Je n'ai jamais eu l'accent et ça n'est pas marqué sur ma figure...
Et le berger lui répond :
- Exact, mais vous avez embarqué mon chien au lieu d'un mouton..."


Nous sommes le 24 décembre et le Président du Tribunal correctionnel est de très bonne humeur.
Il demande au prévenu ;
_ " Accusé, que vous reproche-t-on ?"
_" D' avoir fait mes courses de Noël à l'avance, monsieur le Président."
_ " Tout de même, anticiper n'est pas un crime, ! " répond le Président étonné.
_ " Ben..., monsieur le Président, quand les magasins ne sont pas encore ouverts, ça le devient !"


Nous sommes le 25 décembre, il y a bien, bien longtemps, et le Père a passé une nuit terrible.
Tout d'abord, son costume s'est déchiré, en accrochant le traineau.
Il s'est perdu deux fois au-dessus du Groenland, si bien qu'il s'est enrhumé.
Il a une rage de dents terrible avec toutes les friandises que les enfants lui ont laissé.
Et pour clore le tout, une gueule de bois horrible avec tous les mélanges de vins bus pendant la tournée.
Alors ce matin, la seule chose que veut le Père Noël c'est deux aspirines et aller se coucher.
Mais à cet instant le Ciel s'illumine, les trompettes retentissent et un ange apparait :
_" Père Noël, je viens t' annoncer une grande nouvelle. Dans son infinie bonté, Dieu a décidé que désormais, chaque foyer devrait décorer et illuminer un sapin afin que tu ne te perdes plus les soirs de Noël."
Mais le Père Noël est trop fatigué, trop malade, trop énervé de ne pas trouver ses aspirines.
Il se retourne brusquement et dit sèchement à l'ange :
- " tu sais où tu peux te le mettre ton sapin ?"
Et c'est depuis cette terrible journée, qu' un petit ange trône toujours en haut du sapin.


496 ° - 25 Je_sui10

Bonne lecture, bons sourires et bonne journée.
Jacques.


_________________
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).




496 ° - 25 Signat13
Décor "simpliste" sur lequel nous avions rejoué, à 9 joueurs, la Bataille d'Eylau en 1807.
Jacknap1948
Jacknap1948
Administrateur
Administrateur

Messages : 15355
Date d'inscription : 28/03/2011
Age : 73
Localisation : 93 + 83 + 22
Humeur : Généralement bonne.

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum