GermanKits
Bienvenue sur GermanKits !



Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

GermanKits
Bienvenue sur GermanKits !

GermanKits
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
SEAGATE – Disque Dur Externe – Expansion ...
Voir le deal
79.99 €

491° - 25

Aller en bas

491° - 25 Empty 491° - 25

Message par Jacknap1948 Dim 14 Mar 2021 - 11:19

Salut à Tous.
Voici donc une nouvelle petite série de blagues.


Le mec bourré
La nuit dernière un mec complètement bourré se permet de sonner chez moi à 4 heures du matin.
Je me lève, m’approche de l’interphone à tâtons et demande :
- Qu’est-ce que vous voulez ?
L’autre me répond :
- Viens me pousser ! Il faut que tu viennes me pousser !
Excédé je lui dit :
- Je ne vous connais pas, il est 4 heures du matin, vous me réveillez pour me dire de vous pousser, allez vous faire foutre…
De nouveau dans ma chambre, je me remets au lit, et relate à ma femme (inquiète) la petite conversation qui viens d’avoir lieu.
Ma femme pas contente du tout, me dit :
- Quand même tu exagères, cela t’est déjà arrivé d’être en panne, tu aurais pu le pousser ce pauvre type !
- Ouais, mais en plus il est bourré.
- Raison de plus pour le pousser, il ne va pas y parvenir tout seul. Non là vraiment je ne te reconnais pas, et je suis très déçue de ton attitude…
Pris de remords, j’enfile un pantalon, un pull et une chaussette (je ne retrouve pas l’autre), et redescend.
J’ouvre la porte, il fait nuit noire et je n’y vois pas grand-chose. Alors je dis à la cantonade :
- Eh mec je vais te pousser, t’es où ?
Et le mec bourré me répond :
- Ben là, sur la balançoire !


La rhétorique des mathématiciens
4 juillet 2020 Publié dans la catégorie Blagues, Coquine
Alex et Sébastien sont amis d’enfance, ayant fait les mêmes études, colocataires d’un studio à Paris et professeurs de mathématiques dans un Lycée au 8ème arrondissement.
Alex est un vrai play-boy ayant beaucoup de succès avec les filles alors que Sébastien est un timide invétéré.
En guise de cadeau d’anniversaire, Alex concède à Sébastien une relation éphémère avec une de ses meilleures amies pour lui permettre d’assouvir un vieux fantasme !
Magali, l’amie d’Alex, accepte avec plaisir de jouer le jeu et trouve que son action est bénéfique dès lors qu’elle va contribuer à libérer Sébastien de son inhibition.
Sur le lit, Sébastien peine à vaincre sa timidité et encore moins à exécuter convenablement sa tâche.
Il écrit un SMS à son ami Alex et lui dit :
"7 et 3, 13 et 3 ?"
Et Alex de répondre :
"6, 7 et 3 donc 7 et 9"


Le propriétaire d'un haras est très embêté : son étalon le plus célèbre, le plus admiré est atteint d'une sorte de dépression.
L'animal reste dans son box, empreint d'une tristesse qui fait peine à voir.
Son maitre a tout essayé : distractions, promenades, bonne nourriture...
Puis il a fait appel à un vétérinaire, un psychologue... un psychiatre !
Rien n'y fait, le cheval est toujours triste, déprimé et pleure à longueur de journée.
De guerre lasse il pose une annonce dans les journaux spécialisés :
"J'offre 10 000 euros à celui qui fera rigoler mon cheval."
Bientôt des volontaires se présentent, de tout sorte : on y trouve des amateurs, des "spécialistes" et même des clowns.
Rien n'y fait, le cheval est toujours triste.
Un jour un petit monsieur sans importance, banal, se présente pour l'annonce.
Il demande à rester seul avec l'animal, puis lui parle doucement à l'oreille et là, miracle, le cheval éclate de rire, se tord de rire sans pouvoir s'arrêter.
Le petit monsieur encaisse sa prime et rentre chez lui.
Quelques jours plus tard le propriétaire du haras n'en peut plus : son cheval rit bruyamment 24h sur 24, ce qui perturbe tout le monde, en particulier la nuit, et cause de l'effervescence dans l'écurie... ce n'est plus possible!
Il fait alors revenir le petit monsieur et lui propose 10 000 euros si celui-ci fait pleurer son cheval.
Le petit homme accepte, s’enferme une minute avec le cheval et voici que celui-ci pleure à nouveau.
Intrigué, le propriétaire lui demande comment, par quel miracle il a obtenu des résultats aussi facilement.
Le monsieur lui explique.
- Vous voyez : la première fois, pour faire rire votre animal, je lui ai dit que j'en avais une plus grosse que la sienne…
- Et la deuxième fois ?
- Hé bien, la deuxième fois je la lui ai montrée.


Une vrai pro
Un papa est au restaurant avec son fils de 4 ans lorsque ce dernier avale un euro qui traînait sur la table.
Il s’étouffe, devient bleu et toutes les tentatives du papa restent vaines.
A la table d’à côté, une femme qui lisait tranquillement son journal, pas pressée du tout, s’approche.
Sans dire un mot, très sûre d’elle, elle prend les testicules du petit garçon et se met à serrer de plus en plus fort.
Le petit devient mauve, violet et comme de fait, recrache soudain la pièce d’un euro que la dame attrape au vol d’un geste souple.
- Wow ! s’écria le papa, je n’ai jamais vu ça ! Vous êtes médecin ?
- Non, dit la femme, je suis inspecteur des impôts…


Le coup du zinc
Un client entre dans une brasserie dotée d’un immense zinc, s’accoude au milieu et commande un demi.
- Je vous dois combien ?
- 3 euros, fait le garçon.
Le type sort trois pièces de 1 euro, pose la première devant lui, va tout au bout à gauche poser la seconde, puis tout au bout à droite poser la troisième.
Sans broncher le garçon fait tout le zinc pour récupérer ses 3 euros.
Le lendemain, même manège : une pièce au milieu, une au bout à gauche, une au bout à droite.
Et le barman fait tout le zinc pour récupérer ses 3 euros.
Chaque jour c’est la même chose.
Mais voilà qu’un matin, le type paye avec un billet de cinq euros.
Alors le garçon sort deux pièces de 1 euros de la caisse pour la monnaie, et avec un sourire triomphant, il va en poser une à un bout du zinc, et la seconde à l’autre bout.
Et quand il revient au milieu, le type sort 1 euro de sa poche et dit en le posant devant lui :
- Réflexion faite, remettez-moi ça…


Capitaine Crochet
Le capitaine d’un navire corsaire de Louis XIV vient d’enrôler un mousse.
Le jeune garçon est très impressionné par cet énorme gaillard qui a un bandeau noir sur l’œil et un crochet à la place de la main droite.
- Tu regardes ma main, petit gars , rugit le vieux marin. Je l’ai perdue au large de La Rochelle, dans cette fameuse bataille contre l’Anglais ! Alors on m’en a mis une en fer…
- Et votre œil, c’était dans la même bataille ? demande le mousse admiratif.
- Non, mon gars, c’était trois semaines plus tard, au large de Brest. Une saloperie de mouette m’a lâché une fiente en plein dans l’œil ! J’ai complètement oublié que j’avais un crochet, et j’ai voulu enlever la crotte avec mon doigt…


C'est Denis, qui rentre un peu bourré vers 2h00 du mat'
Il rentre dans l'immeuble, monte les étages et croit se trouver devant son appartement.
Il introduit la clé et constate que le verrou n'est pas fermé.
Il entend de la zicmu et s'étonne que sa compagne puisse écouter la radio si tard...
Il entre et la chanson de Gesch Patty lui parvient à fond dans les oreilles.
"Etienne, Etienne, oh! tiens le bien!!!"
Il se déshabille à la salle de bain en se disant qu'il ignorait que sa "moitié" appréciait ce type de chanson?
Denis se dirige à tâtons en direction de la chambre à coucher et là:
Une superbe créature pulpeuse et vêtue d'une guêpière à damner un saint, lui tend les bras et scande :
- Etienne, Etienne…
Il essaye de couvrir la musique et lui dit:
- Perso, je m'appelle pas Etienne mais pour toi j'veux bien!!!


Le téléphone sonne :
- Je voudrais parler à Mme Dupond.
- C’est moi.
- Ici le docteur Durand du laboratoire médical. Nous avons reçu deux échantillons au nom de M. Dupond, mais nous ne savons pas lequel est celui de votre mari. Le résultat est soit très mauvais soit terrible.
- Que voulez-vous dire ,
- Eh bien, le premier Dupond est positif à l’Alzheimer et l’autre à la syphilis. Et nous ne savons pas lequel est votre mari.
- C’est affreux ! Ne devrait-on pas refaire les tests ?
- Normalement oui, mais l’assurance maladie ne paie pas deux fois pour les mêmes tests.
- Alors, que me conseillez-vous ?
- On vous suggère de déposer votre mari au centre-ville. S’il retrouve son chemin vers la maison, ne couchez pas avec !


Défilé du 14 juillet sur les Champs-Élysées à Paris, le général de L’ONU Mac Allister inspecte les troupes en compagnie du président de la république.
Il commence par les troupes américaines. Les GI sont alignés, au garde à vous. Le général salue les hommes et s’approche d’un soldat. Il défouraille le colt du soldat et lui met un grand coup de crosse sur la tempe. Le soldat reste stoïque, toujours au garde à vous.
Mac Allister lui demande :
- Boy, as-tu ressenti quelque chose ?
- No ! sorry my général !
- Pourquoi n’as-tu rien ressenti ?
- Parce que les GI ne ressentent pas la douleur ! Général !
Il inspecte alors les troupes russes situées à côté des américains.
Il fixe un soldat, lui retire sa Kalachnikov et lui assène un grand coup dans le ventre.
Tout comme le GI, le russe reste figé.
- Camarade, as-tu ressenti quelque chose ?
- Niet camarade Mac Allister !
- Et pourquoi n’as-tu rien ressenti camarade soldat ?
- Parce que grande Russie apprendre aux soldats à ne pas avoir souffrance !
Le général continue son inspection et s’approche alors du régiment français.
Les rangs sont assez désorganisés et l’ambiance semble assez décontractée.
Il s’approche du soldat Dupont, saisit son fusil à baïonnette et lui plante la lame dans le pied. Le soldat reste immobile et sans voix.
- As-tu ressenti quelque chose soldat ?
- Non ! Mon général !
- Et pourquoi n’as-tu rien ressenti ?
- Parce que je chausse du 38 et ces abrutis de fainéants de fourriers à l’intendance m’ont refilé du 43 !


Deux blondes attendent aux portes du paradis après leur mort.
La première demande à l’autre :
- Comment es-tu morte ?
- Je suis morte gelée.
- Ah, c’est horrible! Comment c’est de mourir gelée ?
- Tu trembles, tu as mal aux doigts et aux orteils. Mais après un certain temps, tu deviens très calme et tu finis par partir doucement, comme si tu t’endormais… Et toi, comment es-tu morte ?
- Ah moi, j’ai eu une crise cardiaque. Je soupçonnais mon mari de me tromper, alors un jour j’ai décidé d’en avoir le cœur net. Je suis rentrée à la maison en plein après-midi et j’ai trouvé mon mari en train de regarder la télé. J’ai couru dans la chambre à coucher et je n’ai trouvé personne, puis au sous-sol à toute vitesse, personne ne s’y cachait non plus. Je suis montée au deuxième étage à toute allure, mais encore personne. Je suis finalement montée en trombe au grenier, et avant même d’y parvenir, j’ai fait une crise cardiaque et je suis morte.
La deuxième blonde dit alors :
- Quel malheur ! Si seulement tu avais vérifié dans le congélateur, nous serions toutes les deux vivantes !


Une femme est allongée sur un lit d’hôpital, au bord de la mort.
Son mari est à ses côtés, les larmes aux yeux, la main posée sur la main de sa femme.
La femme est très faible mais essaie de dire un mot :
- Mon amour…
Le mari met un doigt sur sa bouche :
- Non. Garde tes forces. Ne dit rien.
La pauvre femme insiste d’une voix faible et chevrotante :
- Mon amour… Je dois te parler. Je dois te dire quelque chose…
Le mari en pleur :
- Ne m’avoue rien… Tout va bien.
La pauvre femme :
- Je dois partir en paix… je dois t’avouer… je dois t’avouer que je t’ai… trompé !
Le mari lui sert alors tendrement la main avec affection :
- Ne te soucie pas de ça. Je le savais ma chérie… Sinon, pour quelle raison t’aurais-je empoisonnée ?


A la frontière franco-belge, une Audi Quattro passe la douane côté français.
Or, il y a cinq passagers dans la voiture.
Le douanier veut verbaliser :
- Vous êtes cinq dans une Audi Quattro. Ce n’est pas réglementaire !
- Mais attendez, dit la chauffeur. Audi Quattro, c’est la marque de la voiture. Cela n’a pas de rapport avec le nombre de places.
- Je vous dis que ce n’est pas réglementaire…
Le douanier maintient sa position et le chauffeur finit par s’énerver :
- Mais enfin, c’est idiot ! Appelez votre chef, vous verrez !
- Il ne peut pas venir. Il est occupé avec deux types dans une Fiat Uno !


Deux turfistes discutent.
- Dis-moi, demande le premier, comment fais-tu pour toucher aussi souvent le tiercé ? T’as une combine ? T’es de mèche avec un entraîneur ?
- Comme tu es mon ami, je vais te donner le tuyau, dit l’autre. tu es croyant ?
- Oui… Enfin, comme tout le monde.
- Alors dimanche matin, tu vas aller à la messe. Tu vas prier très fort, et au moment de la communion, tu demanderas à Dieu de te souffler la bonne combinaison. Crois-moi, ça marche…
Le lundi suivant, dès qu’il l’aperçoit, son copain lui dit :
- Ah, je te retiens ! Hier, pour le tiercé de Longchamp, je suis allé à la messe comme tu me l’as dit, j’ai prié, et à la communion, Dieu m’a soufflé le 7, le 15 et le 3. Le 7 a fini cinquième, le 15 douzième, et le 3 dernier !
- Je ne comprends pas… fait l’autre. A quelle église es-tu allé ?
- A Saint-Philippe-du-Roule…
- Imbécile ! Saint-Philippe-du-Roule, c’est pour le trot attelé !


Un homme téléphone à un de ses amis. Au bout du fil, une toute petite voix répond :
- Allô…
- Bonjour, fait l’homme. Tu peux me passer ton papa ?
- Papa est occupé… dit le petit garçon.
- Alors passe-moi ta maman !
- Maman est occupée…
- Il n’y a personne d’autre dans la maison ?
- Si, la police…
- Ah bon ? Alors, passe-moi un policier !
- Ils sont tous occupés… Il y a aussi les pompiers…
- Les pompiers ? Eh bien, passe -moi un pompier !
- Ils sont tous occupés…
- Qu’est-ce que ça veut dire ? Ton père est occupé, ta mère est occupée, la police, les pompiers sont là, ils sont tous occupés ! Mais qu’est-ce qu’ils font ?
Et le petit garçon murmure tout doucement :
- Ils me cherchent…


Une petite fille demande à son arrière-grand-mère :
- Mamie, quel âge tu as ?
- Ooh !… fait l’aïeule, ma pauvre chérie, je ne m’en souviens plus !
- Eh bien, regarde ta culotte…
- Comment ?
- Oui, c’est marqué. Moi, sur l’étiquette de la mienne, il y a écrit : 5 ANS.


Un homme dans un supermarché semble inquiet et regarde un peu partout dans le magasin.
Il est tellement préoccupé qu’il bouscule un autre homme qui semble aussi distrait que lui.
- Excusez-moi, monsieur, dit le premier, j’ai la tête ailleurs. Je cherche ma femme.
- Ah ! Moi aussi, je cherche ma femme, rétorque le second. A quoi ressemble la vôtre.
- Elle s’appelle Emmanuelle. C’est une belle blonde aux yeux verts, elle mesure 1,80 mètre, cheveux tombant sur les épaules, elle est vêtue d’une minijupe, chemisier blanc transparent, elle a de gros seins, un soutien-gorge noir en dentelle bien garni et une immense bouche. Et la vôtre, à quoi elle ressemble ?
- Oubliez la mienne, on cherche la vôtre…


Ma femme et moi avions décidé de partir en week-end à la plage et de descendre au même hôtel qu’il y a 10 ans, lors de notre lune de miel.
Mais, au dernier moment, à cause d’un problème au travail, ma femme n’a pas pu prendre son jeudi. Nous avons donc décidé que je prendrais l’avion le jeudi, et ma femme le lendemain.
Arrivé comme prévu et après avoir loué la chambre d’hôtel, je me rend compte que dans la chambre, il y a un ordinateur avec connexion Internet. Je décide alors d’envoyer un courriel à ma femme. Mais je me suis trompé en écrivant l’adresse.
C’est ainsi qu’à Perpignan, une veuve qui venait de rentrer des funérailles de son mari mort d’une crise cardiaque, reçoit mon e-mail.
La veuve consulte sa boîte aux lettres électronique pour voir s’il n’y a pas de messages de la famille ou des amis, et s’évanouit à la lecture du premier d’entre eux. Son fils entre dans la chambre et trouve sa mère allongée sur le sol, sans connaissance, au pied de l’ordinateur.
Sur l’écran, on pouvait lire le message suivant :
» A mon épouse bien-aimée. Je suis bien arrivé. Tu seras certainement surprise de recevoir de mes nouvelles maintenant et de cette manière. Ici, ils ont des ordinateurs et tu peux envoyer des messages à ceux que tu aimes. Je viens d’arriver et j’ai vérifié que tout était prêt pour ton arrivée, demain vendredi. J’ai hâte de te revoir. J’espère que ton voyage se passera aussi bien que s’est passé le mien.
PS : Il n’est pas nécessaire que tu apportes beaucoup de vêtements : il fait une chaleur d’enfer ici ! «


Une belle-mère décide de savoir si ses trois gendres l’aiment ou au moins l’apprécient…
Le lendemain en se promenant au bord du fleuve avec son premier gendre, elle glisse dans l’eau et commence à se noyer, le gendre sans hésitation plonge et sauve sa belle-mère.
Le lendemain, devant la maison, il trouve une voiture neuve, une petite Peugeot 208 avec un mot sur le pare-brise :
» Merci de la part de ta belle-mère qui t’aime. «
Elle entreprend le même scénario avec le deuxième gendre, celui-ci plonge et sauve sa belle-mère. Lui aussi reçoit une voiture, une petite Peugeot 208 avec un mot sur le pare-brise :
» Merci de la part de ta belle-mère qui t’aime. «
Même scénario avec le troisième gendre, elle glisse dans l’eau et commence à se noyer et lui regarde sa belle-mère se noyer en se disant : » Depuis le temps que j’attendais ça. «
Le lendemain, il voit une Porsche toute neuve devant sa maison avec un petit mot : » Merci de la part de ton beau-père qui t’aime. «


Donald Trump meurt et se retrouve par hasard à l’entrée du paradis.
Il est très surpris d’y voir toutes sortes d’horloge au fonctionnement bizarre. Sous chacune, un nom d’homme politique célèbre.
Il interroge Saint-Pierre :
- Dis-moi, à quoi servent ces horloges ?
- Elles avancent d’un quart d’heure chaque fois que la personne dit une connerie.
- Tout d’un coup l’horloge de Macron fait un bond d’un quart d’heure.
Trump cherche alors sa propre horloge, mais ne la trouve pas.
- Dis-moi, Saint-Pierre, je ne vois pas mon horloge…
- La tienne, Donald ? Elle est dans mon bureau, elle me sert de ventilateur !


- Bonjour mon cœur, c’est papa au téléphone… Tu peux me passer maman ?
- Ze peux pas, elle est à l’étaze dans sa chambre avec oncle David.
Bref silence.
- Mais ma chérie, tu n’as pas d’oncle David.
- Si, si, il est dans la chambre avec maman !
- Bien, OK, bon, alors, voilà ce que je veux que tu fasses : pose le téléphone, cours en haut, frappe à la porte de la chambre, et crie à maman et oncle David que la voiture de Papa vient de rentrer dans le garage…
- D’accord papa…
Quelques secondes plus tard, la fillette, affolée et en pleurs, revient au téléphone.
- Z’ai fait ce que tu m’as dit, papa.
- Qu’est-ce qui s’est passé ?
- Ben, maman s’est mise à crier, à sauter hors du lit toute nue, elle s’est mise à courir partout, elle a glissé sur le tapis, elle est tombée sur le coin du lit. Il y a plein de sang et elle ne bouze plus, ze crois qu’elle est morte !
- Oh mon Dieu ! mon Dieu ! mon Dieu !… Et oncle David ?
- Ben, il a sauté hors du lit tout nu, s’est mis à courir partout, puis il a sauté par la fenêtre de derrière dans la piscine… Mais il a oublié que le week-end dernier, tu avais vidé la piscine pour la nettoyer, et maintenant ze pense qu’il est mort lui aussi…
Long silence.
Puis papa dit :
- La piscine ? Quelle piscine ? Je ne suis pas au 01.00.00.00.00 ?


Ça se passe un dimanche matin.
Un monsieur est victime d’une crise d’hémorroïdes carabinée.
Ne voulant pas déranger le médecin un dimanche, il demande à son épouse si elle ne connaît pas un remède de « bonne femme ».
Elle lui répond qu’effectivement, elle se souvient que sa grand-mère utilisait des cataplasmes à base de marc de café.
Alors le monsieur suit les conseils de son épouse et s’applique sur le fondement des compresses imbibées de marc de café pendant toute la journée.
Le lundi matin, il décide malgré tout de consulter car la douleur est encore très importante.
Le médecin le reçoit, le fait se déshabiller puis se pencher en avant.
Le monsieur reste comme ça, en position pendant cinq bonnes minutes, puis il commence à s’inquiéter :
- Alors Docteur, qu’est-ce qui se passe ? Qu’est-ce que vous voyez ?
Et le docteur répond :
- Je vois… des changements dans votre carrière… un grand amour avec une belle jeune femme brune… de l’argent, beaucoup d’argent…


C’est une femme qui ne pouvait pas s’empêcher de se ronger les ongles.
Alors une de ses amies lui dit :
- Tu devrais prendre des cours de yoga, ça t’enlèverait le stress.
Quelques temps plus tard, elles se croisent à nouveau, et l’amie voyant que sa copine a de beaux ongles bien longs et peints impeccablement, lui dit :
- Je vois que le yoga t’a réussi. Tu ne te ronges plus les ongles ?!
- Ben si, mais depuis que je fais du yoga, j’arrive à atteindre les ongles des orteils.


Footing dans la savane
Un petit lièvre court dans la savane et aperçoit une girafe.
Il s’approche d’elle et s’aperçoit qu’elle fume un joint.
Il lui dit :
- Girafe, ce n’est pas bien de fumer des joints, viens plutôt courir avec moi dans la savane.
La girafe se rend compte de sa léthargie et part courir avec le lièvre.
En chemin tous deux croisent un singe. Ils s’approchent et s’aperçoivent qu’il mange des extasys.
Le lièvre lui dit alors :
- Singe, ce n’est pas bien de se droguer, viens plutôt faire du sport et courir avec nous dans la savane.
Le singe se rend compte de sa stupidité et part courir avec le lièvre et la girafe.
En route, ils croisent le lion. Ils s’avancent et s’aperçoivent qu’il est en train de se faire une piqûre d’héroïne.
Le lièvre lui dit :
- Lion, c’est très dangereux ce que tu fais là, viens plutôt courir avec nous dans la savane.
Le lion, malgré sa mollesse, frappe le lièvre d’un coup de poing et l’envoie voler très loin.
Le singe et la girafe s’étonnent de ce geste et lui demandent pourquoi cette agressivité.
Et le lion de répondre :
- C’est bon, chaque fois que le lièvre se fait un rail de cocaïne, il veut toujours qu’on aille courir avec lui….


Deux couples ont l’habitude de se rencontrer chaque week-end afin de jouer aux cartes…
Mais un jour, ils décident, pour changer, de tester un nouveau jeu dont le but est de faire deviner un métier en le mimant.
Une des deux femmes commence :
Elle enlève sa chemise, son soutien-gorge et prend ses deux seins à pleine main.
- Alors, à votre avis c’est quoi le métier que je mime ?
Tout le monde se regarde et attend la réponse.
- Hé, bien, c’est médecin.
L’autre femme, elle aussi, veut essayer de mimer un métier.
Elle enlève alors sa chemise, son soutien-gorge, prend ses deux tétons et les fait se toucher l’un avec l’autre.
- Alors, à votre avis c’est quoi le métier que je mime ?
Personne ne sait…
- Hé bien, c’est bourrelier.
C’est maintenant au tour des deux hommes…
Le premier, enlève son pantalon, son slip et prend son membre dans la main. Il l’enrobe ensuite dans une serviette.
- Alors, à votre avis, c’est quoi le métier que je mime ?
Mais là encore personne ne sait… Et tout le monde attend impatiemment sa réponse.
- Hé bien, c’est le boulanger.
C’est désormais au tour du dernier homme, mais il avoue alors ne pas avoir compris les précédents jeux de mots…
Aussi les trois autres décident de lui expliquer. Ils prennent alors un papier où ils font une liste et écrivent :
« boulanger = bout langé »
« bourrelier = bouts reliés »
« médecin = mes deux seins ».
L’homme en question prend alors la liste et se la met dans le trou du cul…
Les autres le regardent d’un air étonné et lui demandent ce qu’il fait.
- Ben, je mime un métier !
- Mais c’est quoi ce métier ?
- C’est oculiste !!!!


Un avocat et une blonde sont assis l’un à côté de l’autre dans le TGV Paris Lyon.
L’avocat se penche vers elle et lui demande si elle aimerait jouer un petit jeu amusant.
La blonde est fatiguée et veut seulement faire un petit somme, donc elle décline poliment et se tourne vers la fenêtre pour sommeiller.
L’avocat persiste et dit que le jeu est vraiment facile et très amusant. Il explique comment le jeu fonctionne :
Je vous pose une question et si vous ne savez pas la réponse vous me payez et vice-versa.
Encore, elle décline poliment et essaie d’obtenir un peu de repos.
L’avocat s’imagine gagner facilement le match, puisque son adversaire est une blonde et il fait une autre offre :
- OK, d’accord. Qu’en pensez-vous, si vous ne savez pas la réponse vous me paierez seulement 5 Euros, mais si je ne sais pas la réponse, je vous paierai 50 Euros.
De guerre lasse, la blonde se dit qu’elle sera plus vite débarrassée de cet avocat insistant en jouant avec lui et elle accepte la proposition.
L’avocat pose la première question :
- Quel est la distance entre la terre et la lune ?
La blonde ne dit pas un mot. Elle porte la main à son porte-monnaie, en retire un billet de 5 Euros et le donne à l’avocat.
Maintenant, c’est le tour de la blonde. Elle demande à l’avocat :
- Qu’est-ce qui monte une colline avec trois jambes et en revient avec quatre ?
L’avocat la regarde d’un air perplexe. Il prend son ordinateur portable et cherche dans toutes ses références. Il se branche à internet avec son modem et son cellulaire. Il recherche sur internet et même à la Bibliothèque Nationale de France. Frustré, il envoie des courriers électroniques à tous ses collègues et amis qu’il connaît. Après une heure, il abandonne.
Il réveille la blonde et lui donne 50 Euros. La blonde prend les 50 Euros poliment et se tourne pour recommencer à dormir.
L’avocat, frustré au plus haut point, réveille la blonde et demande :
- Bien, donc quelle est la réponse ?
Encore sans un mot, elle porte la main à son porte-monnaie, donne 5 Euros à l’avocat et retourne dormir.


491° - 25 Je_sui10

Bonne lecture, bons sourires et bonne journée.
Jacques.

_________________
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).




491° - 25 Signat13
Décor "simpliste" sur lequel nous avions rejoué, à 9 joueurs, la Bataille d'Eylau en 1807.
Jacknap1948
Jacknap1948
Administrateur
Administrateur

Messages : 15355
Date d'inscription : 28/03/2011
Age : 73
Localisation : 93 + 83 + 22
Humeur : Généralement bonne.

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum